DISNEYLAND DÉBARQUE DANS VOTRE SALON!
Etait-il sous le sapin? Ce jeu vidéo pour toute la famille propose une excursion féerique dans le célèbre parc d’attractions. Nous l’avons testé!

Par Quan Ly - Mis en ligne le 04.01.2012

Un jeu pour (re)découvrir le monde merveilleux de Disney. Tel est le but de Kinect: Disneyland Adventures. Mais, une fois l’aspect marketing mis de côté, on pénètre dans un autre univers. Le graphisme et la musique d’ambiance du jeu sont fidèles au style coloré et enjoué des dessins animés des Studios Disney.
Une fois notre avatar créé (fille ou garçon, Blanc ou Noir, pas de discrimination), l’aventure débute à l’entrée du parc.
Le parcours est parsemé de manèges forains, de personnages clés: Mickey, Donald, sans oublier Blanche-Neige, Peter Pan ou encore Pinocchio, nous serrent dans leurs bras, signent un autographe ou effectuent quelques pas de danse avec nous. Au total, on peut rencontrer une quarantaine de personnages, monter dans une vingtaine d’attractions ou se lancer dans une centaine d’aventures, tout cela réparti dans huit zones distinctes de Disneyland. Un précieux plan sur papier nous aide à évoluer dans l’immense parc.
On nous promet près de cent heures de jeu! Inutile de dire que nos deux jeunes testeurs attitrés (Thomas, 7 ans, et Robin, 5 ans) ne les ont pas (encore!) tous découverts. Ils ont cependant pu apprécier leur combat à l’épée avec le Capitaine Crochet ou un vol avec Peter Pan à travers le pays enchanteur de Neverland. Avec Buzz l’éclair, ils ont évolué dans l’espace, éliminant sans pitié les aliens. En plongée avec Nemo, ils ont navigué dans le monde fascinant des profondeurs.
Un bémol, toutefois, grippe toute cette magie. Lorsqu’il s’agissait de voler, le capteur avait du mal à suivre nos mouvements. Les réactions se sont révélées trop lentes et, du coup, en décalage avec la vitesse imposée par le jeu: on ne compte plus le nombre de fois où nos testeurs en herbe ont percuté des astéroïdes, des murs ou des rochers. Plus embêtant, il est arrivé que le jeu se fige car la caméra ne détectait plus la présence du joueur. Certes, il suffit de bouger les bras pour débloquer la situation, mais cela a l’art d’irriter des enfants peu patients. Parions néanmoins que l’indéfectible féerie labellisée Disney va tout faire oublier.

Disneyland Adventures, Kinect (uniquement sur Xbox 360): 69 fr.