SAUVEZ LES TOURBIÈRES
A la saison du jardinage, Pro Natura fait campagne pour nous inciter à utiliser du terreau sans tourbe.

Par Mireille Monnier - Mis en ligne le 05.06.2012

Paradoxe. En achetant du terreau pour soigner avec amour notre jardin et nos plantes d’intérieur, nous contribuons à détruire les tourbières. La plupart des terreaux mis sur le marché sont en effet composés de 30 à 90% de tourbe, tourbe provenant surtout des pays baltes, puisque nos tourbières sont protégées depuis 1987. «Elles abritent des espèces qu’on ne trouve nulle part ailleurs; en Suisse, on y voit notamment un papillon très rare, l’azuré des mouillères, et une plante carnivore, le droséra. Et puis, rappelle Nicolas Wüthrich, responsable de l’information à Pro Natura, la tourbe n’est pas une ressource renouvelable: il lui faut des milliers d’années pour se recomposer.» Pro Natura nous invite donc à adopter les terreaux qui s’en passent. «Il y en a de plus en plus et, aujourd’hui, les distributeurs se donnent vraiment la peine de les mettre en avant», relève Nicolas Wüthrich. Ils sont tout aussi efficaces. Les plantes de terre de bruyère comme le rhododendron et l’azalée sont les seules à ne pouvoir se passer de tourbe.

Le reconnaître: il doit porter la mention «sans tourbe», la mention «bio» ne suffit pas. Liste non exhaustive des commerces qui en vendent: www.pronatura.ch/sanstourbe, Guide d’achat.

Le fabriquer: brochure Mon jardin sans tourbe, sur le même site ou à l’adresse Pro Natura, case postale, 4018 Bâle.