RUÉE VERS L'OR DANS L'ENTLEBUCH
Au beau milieu des pâturages vert émeraude et des fermes décorées de géraniums de Suisse centrale se trouve l’une des plus grandes réserves d’or du pays. Suivons le guide pour dénicher les PAILLETTES cachées dans le lit de la rivière Emme (LU). Revivez la ruée vers l’or à l’Entlebuch!

Par Muriel Jarp - Mis en ligne le 31.08.2011

Un orpailleur comme guide

FESTIVAL DE PAILLETTES!


 

La paillette, minuscule, scintille au fond de ma batée. Enfin, de mon «pan», comme on dit chez les orpailleurs. De l’or! J’ai trouvé de l’or! A voir mon regard, mi-émerveillé mi-vénal, mon guide, Stefan Grossenbacher, sourit. «C’est toujours amusant de voir la réaction des personnes qui participent à mes stages. Certains en oublient de déjeuner, comme ce groupe de banquiers qui étaient venus faire une sortie de boîte ici!» Il freine aussi gentiment mon entrain: inutile de rêver, ce n’est pas en Suisse que je deviendrai l’oncle Picsou. Reste que lorsqu’on connaît bien le lit de la rivière de l’Emme, on est assuré de trouver des paillettes en quelques heures.

UNE SUISSE RICHE!


 

Stefan, lui, est orpailleur professionnel. Le seul en Suisse d’ailleurs. «Même s’il y a des quantités non négligeables d’or en Suisse, on ne peut pas vivre de l’activité d’orpailleur. L’extraction doit se faire manuellement, les machines sont interdites. Tout au plus trouve-t-on 1 gramme par jour.» L’été, il organise ses stages dans la région du Napf, et l’hiver il file en Nouvelle-Zélande, où il est propriétaire de plusieurs kilomètres de rivière. «Là-bas, je peux trouver jusqu’à 30 grammes par jour, ce qui rapporte environ 1000 francs. Mais c’est un travail très physique. C’est peut-être pour cela qu’il n’y a pas beaucoup d’orpailleurs.» Le principe est lui aussi physique. L’or, beaucoup plus lourd que le sable, coule à pic. Dans un premier temps, on creuse le lit de la rivière pour récolter du sable et des cailloux en profondeur. Les plus grosses pierres sont enlevées à la main, puis on tamise le reste au «pan». Là, il s’agit de remuer le sable et les graviers dans un peu d’eau, afin que l’or coule bien au fond. On racle ensuite la première couche de graviers, on remue de nouveau, on répète l’opération, accroupi dans l’eau, les jambes ankylosées, jusqu’à ce qu’il reste un fond de sable très foncé. «Il est de couleur noire, car chargé de métaux lourds qui, comme l’or, restent au fond», explique Stefan. Et là! Une paillette riquiqui d’un jaune éblouissant apparaît. Au deuxième coup. «C’est cela qui est fascinant. Avec une poêle à frire et des bottes de caoutchouc, on peut trouver l’un des matériaux les plus nobles du monde», s’enthousiasme le guide. A vous de jouer, avec, pourquoi pas comme lui, un enjoliveur de bus VW.

Stefan Grossenbacher, orpailleur professionnel, www.goldsuchen.ch

 


Les spots aurifères

SUISSE ROMANDE


 

Fédéralisme oblige, chaque canton réglemente à sa façon l’orpaillage. Il vaut mieux se renseigner auprès des services de la faune et de la flore. A Neuchâtel, l’activité est interdite depuis 2008, bien que l’Areuse soit riche en paillettes. A Genève, c’est autorisé en mai, juin et septembre, avec une autorisation de l’inspecteur de la pêche. Dans le canton de Vaud, des stages et cours sont organisés dans l’Aubonne.

www.jan-orpaillage.com

SUISSE ALÉMANIQUE

Outre la région du Napf, les Grisons sont riches en or. On trouve même des pépites de quelques centimètres dans le Rhin. Toutefois, en raison de leur poids important, elles sont très profondément enfouies sous les cailloux et peu accessibles au novice. Toutes les adresses sont disponibles sur le site de l’Association suisse des orpailleurs.

www.goldwaschen.ch

 


Pratique

PARTIR

EN TRAIN Un peu fastidieux. Via Berne, prendre le régional pour Wolhusen puis le bus pour Doppelschwand. Marcher quinze minutes pour rejoindre le pont Wydigbrücke en direction de Roomos.

EN VOITURE Aller jusqu’à Berne puis traverser l’Emmental.

MANGER Rien de tel qu’une soupe au pain et un plat du jour saucisse et rösti pour se requinquer.

Gasthof Linde, www.linde-doppleschwand.ch


 

VISITER Sur la route, faites un saut à l’usine Kambly de Trubschachen, qui propose des visites pour les enfants et des biscuits à prix réduit.

www.kambly.fr (onglet: magasin d’usine).