Linda Fäh comme il lui plaît
C’est émue aux larmes que la métisse yverdonnoise Whitney Toyloy, 19 ans, a remis samedi à Genève sa couronne de Miss Suisse. Celle qui lui succède, Linda Fäh, 21 ans, est une blonde saint-galloise bien comme il faut, employée de banque et catholique pratiquante. Changement de ton.

Par Blaise Calame - Mis en ligne le 29.09.2009
De l’élection de Miss Suisse 2009, à l’Arena de Genève, les Romands retiendront d’abord les larmes de l’Yverdonnoise Whitney Toyloy, submergée par l’émotion au moment de céder sa couronne. Cela ne suffira toutefois pas à ternir la joie des Suisses alémaniques, Saint-Gallois en tête, ravis de revoir l’une des leurs, en l’occurrence la blonde Linda Fäh, une candidate bien comme il faut de 22 ans bientôt, autoproclamée «pure Suissesse» et résidant - cela ne s’invente pas pour une employée de banque - à Benken.

La nouvelle Miss Suisse était grande favorite, ce qui ne l’a pas empêchée, elle aussi, de pleurer. Qualifiée de Miss Perfekt par l’émission de la SF Glanz und Gloria, un qualificatif accordé jusque-là à la seule Fiona Hefti, une autre blonde - tiens! -, en 2004, la Saint-Galloise Linda Fäh a répondu de travers à la question mystère de l’animateur David Cuñado. Sans conséquence. Sur un précédent plateau de télévision, elle s’était déjà plantée en beauté, se montrant incapable d’identifier… le Cervin! Pas si parfaite que ça, donc. Cela ne l’a pas empêchée de récolter une claire majorité des quelque 220 000 votes enregistrés samedi.

Retour à Heidiland

L’élection de la sage Linda marque une sorte de retour à Heidiland. La nouvelle Miss Suisse, très croyante, file droit, ce qui est finalement normal pour une brodeuse de Saint-Gall. Elle s’impose devant deux brunes zurichoises. Les Romandes, elles, n’ont pas séduit. L’unique candidate noire, la Vaudoise Lina-Paule Latte, sortie d’emblée, a ensuite été rejointe par la Fribourgeoise Anne-Sophie Mooser, très amère, avant que la Neuchâteloise Fatima Montandon et la Valaisanne Marianne de Cocatrix ne soient coiffées sur le fil.

Dans une Arena survoltée, la victoire de Linda Fäh a été saluée aux cris de «Go, Linda go! Linda, go, go!» par son fan-club. Le propre frère de la gagnante, Fabio, avait organisé un transport en car pour les proches, parents et collègues. Témoin du sacre de la Saint-Galloise, le père de la miss sortante, Dwayne Toyloy, confiait aussitôt: «Une blonde, c’était couru d’avance. A la limite, le show était inutile.»

Après le titre de Mister Suisse, attribué au Glaronais André Reithebuch, celui de Miss Suisse 2009 revient donc à une représentante du canton voisin: Saint-Gall. En un an, Whitney Toyloy a donné un coup de jeune à Miss Suisse. Il serait dommage de tout balayer. Linda n’a pas le franc-parler de Whitney. Jeune fille modèle à bientôt 22 ans, elle fait la fierté de son père, Franzruedi, 57 ans, monteur-chauffagiste, et de sa mère, Brigitte, 55 ans, sommelière à temps partiel.

Catholique pratiquante

Employée à la Banque cantonale de Saint-Gall, Linda Fäh sort depuis cinq ans avec Dejan, 23 ans, représentant chez Nokia, mais elle vit encore chez ses parents, à Benken. Elle a un frère, Fabio, d’un an son aîné, électricien de métier, et une sœur, Sina (17 ans), apprentie vendeuse dans un magasin de sport à Glaris. Les Fäh sont catholiques pratiquants: Linda ne risque donc pas de se dénuder de sitôt! Sportive accomplie, cette grande blonde (177 cm) décolorée ne fume pas et ne boit que très rarement de l’alcool. Ses seules folies consistent en un piercing au nombril et un brillant incrusté sur une dent. Les concours de beauté sont son dada. En 2006, Linda a déjà obtenu le titre de Miss Südostschweiz. Ce sacre national, elle en rêvait depuis l’enfance.

«J’ai toujours adoré chanter. C’est ma vraie passion»
Linda Fäh

Dimanche, après sa première nuit en tant que Miss Suisse 2009, Linda Fäh a le privilège de pouvoir faire ses emplettes chez H&M, à Genève. «Je ne réalise vraiment pas ce qui m’arrive», confie-t-elle, fatiguée. Elle revient sur le soutien de son clan, la veille à l’Arena: «Cela m’a détendue. Avant le premier passage, j’ai repéré où étaient mes proches depuis les coulisses. J’ai vu les drapeaux, les T-shirts à mon effigie, j’ai entendu leurs cris: ça m’a libérée. Du coup, j’étais sereine.» Un sentiment qu’elle a su faire passer.

Rockeuse de diamant

Sous l’austère tailleur de l’employée de banque se cache en réalité une artiste. Linda Fäh possède une voix magnifique. «Chaque fois qu’elle chante, je pleure», confie sa grandmère Martha. Mais de quel répertoire parle-t-on? «Mon univers, ce n’est ni le schlager ni le classique, mais la soul et la pop», répond la belle, fan d’Alicia Keys. Elle se produit sur scène, à la demande.

Moins à l’aise en femme d’intérieur, Linda confie toutefois être une maniaque du rangement: tiptop, propre en ordre! Muriel et Carmen, ses meilleures amies, la définissent comme une bonne âme, volontiers protectrice. Un ange, en somme. «On doit chérir et protéger ce que la vie nous a donné, prêche-t-elle. On doit choyer ceux qu’on aime. J’aimerais qu’à travers mon exemple les gens se disent que cela vaut la peine de poursuivre ses rêves. Il faut oser. Se lamenter seul dans son coin ne mène à rien.» Linda Fäh est bénie et nage dans le bonheur, y compris en amour.

«J’ai l’impression de vivre un rêve éveillé»
Linda Fäh

Selon elle, l’homme idéal doit «être patient, à l’écoute, toujours en soutien et… drôle». Dejan, son mec, la fait rire. «On s’est rencontrés dans un train, raconte-t-elle. J’allais une fois par mois à Saint-Gall pour suivre un cours. Dejan, lui, y vivait. Un jour, il m’a croisée dans la gare. Il m’a suivie, est monté dans le train pour venir s’asseoir à côté de moi…» Coup de foudre. Devenue Miss Suisse, Linda ne craint-elle pas de voir son petit ami lui échapper? «Non, je suis optimiste. J’ai la conviction qu’il ne peut rien nous arriver.»

Faire oublier Whitney

Le plus dur, pour Linda, sera peutêtre de faire oublier Whitney. Commentant l’élection de la Saint-Galloise, nombre d’internautes estiment ainsi qu’elle ne tiendra pas la comparaison. Des mots de soutien que la belle métisse, qui a déjà repris le cours de sa vie de lycéenne à Yverdon, accueille avec émotion et qui ne laissent pas non plus son père, Dwayne Toyloy, indifférent: «Whitney a été une miss du XXIe siècle. Grâce à sa personnalité, elle a mis un coup de pied aux institutions. Je me demande de quoi sera faite la suite…»

Vingt-quatre heures après ses adieux émus, la voix brisée par la fatigue et le chagrin, Whitney Toyloy tente une explication: «J’ai vécu cette nuit avec mon cœur. L’interview m’a émue, puis le résumé de mon année avec cette musique de Coldplay… C’était trop. Miss Suisse m’a donné une seconde famille. La quitter ainsi, devoir remettre ma couronne, c’était trop dur…» Carl Hirschmann, son ami et confident zurichois - à l’origine de sa rupture d’avec Karim -, l’avait accompagnée tout spécialement à Genève. «Nous ne sommes pas amoureux, souligne Whitney, ça ne pourrait pas marcher entre nous, mais c’est un ami précieux.»

La nouvelle Miss Suisse a-t-elle déjà eu l’occasion de séduire l’ancienne? «On a très peu parlé, avoue Whitney. Je lui ai donné un ou deux conseils, histoire de la rassurer. Et je lui ai laissé mon numéro. En cas de besoin, qu’elle m’appelle!»




Le questionnaire

Miss Suisse du tac au tac

La Saint-Galloise Linda Fäh a réponse à tout et le prouve.


Une ville suisse que vous ne connaissez pas?

Neuchâtel.

Un canton où vous n’êtes jamais allée?

Le Jura.

Une personnalité que vous admirez?

Roger Federer, un gars normal, les pieds sur terre, qui ne se la joue pas, calme, concentré. Pour moi, il est l’archétype du Suisse idéal. Et en plus il est drôle.

Le nom du nouveau conseiller fédéral?

Didier Burkhalter.

Vos comédiens préférés?

Nicolas Cage, Nicole Kidman.

Un pays qui vous attire?

Le Canada.

Un paysage suisse qui vous émeut?

Lucerne.

Le lieu de vos vacances les plus réussies?

Les Maldives, l’an dernier, avec Dejan (ndlr: son ami).

Le sport auquel vous êtes accro?

Le roller.

Un fruit que vous n’aimez pas?

Les fruits de la passion.

Un légume craquant?

Je déteste tous les légumes! Je me force à en manger, parce que c’est sain.

Une gourmandise?

Les pains au chocolat.

Avez-vous déjà fumé du cannabis?

Non.

Votre avis sur la chirurgie esthétique?

Chacun est libre de disposer de son corps comme il l’entend.

Si vous pouviez changer une partie de votre corps, que corrigeriez-vous?

Rien, mais je n’aime pas mes pieds.




La soirée de la beauté

Au cocktail Miss Suisse, les miss et les misters étaient tous de sortie.

Dans un cocktail Miss Suisse, miss et misters viennent un peu en collègues de boulot. Du coup, on ne savait plus trop où donner de la tête à l’Arena, tant les beautiful people étaient nombreux. Au milieu de cette éclatante jeunesse, le vénérable Gilbert Facchinetti. «Je suis là pour soutenir ma nièce par alliance, Fatima Montandon», lançait Monsieur Xamax.