Aller au contenu principal
Publicité
© Anoush Abrar

Amélia Giannarelli: «Ma mère m’appelle le lézard»

Publié dimanche 8 juillet 2018 à 11:53
.
Publié mardi 6 mars 2018 à 09:16, 
modifié mardi 6 mars 2018 à 11:45.
En marge de notre dossier sur les crèmes solaires, L’illustré a rencontré Amélia Giannarelli, Miss Suisse Francophone, qui nous a parlé de sa relation au soleil, qu’elle adore.
Publicité

De troublants yeux émeraude dans lesquels on se noie, de longs cheveux châtains qui s’éclaircissent en été, un sourire tendre et malicieux: élue Miss Suisse francophone le 9 juin dernier lors d’une grande soirée au Casino de Montreux, Amélia Giannarelli, 172 cm pour 58 kilos, a la beauté naturelle et la joie de vivre à fleur de peau.

Anoush Abrar
Amélia Giannarelli pose devant la piscine du Grand Hôtel du Lac à Vevey.

Mince, sensuelle, elle aime les longues journées d’été, avec leur lumière crue, leur chaleur lourde et enveloppante. «Dès qu’il y a du soleil, je prends mon costume de bain, mon linge, et me pose sur une chaise longue. Je me sens bien, je bronze, je peux rester des heures sans bouger! Ma maman m’appelle le lézard! D’ailleurs, j’aimerais bien habiter plus tard dans un pays chaud. J’adore la Suisse, mais il fait vraiment trop froid en hiver.»

Mère valaisanne et père italien, domiciliée à Collombey, Amélia aime la caresse du soleil et ne craint pas trop, à 20 ans, ses risques supposés, même si elle reste prudente: «Je mets de la crème sur le visage et de l’huile sur le corps, mais j’ai la chance de bronzer facilement. J’ai rapidement un teint mat et uni. Je fais quand même attention parce qu’il y a deux ans, quand j’ai passé six mois en Australie, le soleil était tellement dur que j’ai eu un jour de petites taches sur le visage. Heureusement, c’est reparti tout de suite.»

Anoush Abrar
 

Après des études dans l’hôtellerie, Amélia est bien décidée à explorer aussi, avec sa couronne de Miss Suisse francophone, le monde si séduisant de la mode et du glamour. «C’est un rêve qui me trotte dans la tête depuis longtemps, dit-elle avec son beau sourire, et je me dis aujourd’hui: «Vas-y, essaie!» J’ai fait pas mal de shootings photo et je vais en faire d’autres. J’ai beaucoup de plaisir. Je me sens une autre personne en posant, je suis complètement à l’aise.»

Anoush Abrar
 

Décontractée, légère, Amélia n’a pourtant pas la tête aux vacances en ce début d’été. Pas de voyage prévu, pas de parenthèse vide et paresseuse. Elle a déjà commencé, en fait, à préparer la grande finale de Miss francophone qui aura lieu en Pologne, le 7 décembre prochain, avec 90 candidates venues du monde entier. «Je fais trois séances de fitness par semaine avec mon coach, Julien Bex, au Renegade Gym à Monthey. Il m’a préparé un programme spécifique pour que je sois au top!»

Découvrez notre dossier complet sur les crèmes solaires, «Bronzage côté soleil et côté ombre» dans notre magazine de cette semaine.

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré