Julie de Tribolet
Rebeca tient une précieuse photo de sa grand-mère.
Dossier médiumnité

Discussion avec les morts: «J’ai vécu quelque chose de magique»

31 octobre 2017

Rebeca Calvano, économiste à Genève, est entrée en contact avec sa grand-mère et son oncle décédés. Témoignage.

Il y a trois ans, lors d’une séance de médiumnité, Rebeca est entrée en contact avec sa grand-mère maternelle, Féliciana, décédée à l’âge de 63 ans, et avec Giovanni, son oncle paternel parti dans sa 71e année. Une émotion extrêmement forte, parmi les plus intenses de son existence. «C’était la toute première fois que j’avais la preuve qu’il existe bien un monde invisible, que ma grand-mère et mon oncle étaient là, présents avec moi dans la pièce.» Cette jeune femme à l’esprit clair et synthétique n’a rien d’une illuminée. Pourtant, ce jour-là, elle a eu, dit-elle, «le sentiment de vivre quelque chose de magique», même si elle a appris depuis qu’il n’y a rien de magique dans la médiumnité.

Description détaillée
Si elle accepte de témoigner aujourd’hui, c’est pour faire partager ce message d’espoir que la mort n’existe pas et aussi pour rendre hommage à la médium genevoise qui lui a permis de vivre cette expérience. «J’ai aimé la simplicité de Bégonia dans sa façon de travailler. Elle a commencé par me décrire le physique et le caractère de ma grand-mère, sa petite croix autour du cou, sa maison avec des volets verts, et surtout ce détail que j’étais vraiment la seule à connaître: l’odeur d’humidité très forte qui s’en dégageait. Quand la médium a porté les mains vers sa mâchoire en me précisant que ma grand-mère semblait jouer avec son dentier, je n’ai plus eu aucun doute. C’était un petit truc qui m’impressionnait, enfant.»

reb.jpg
D'après la médium Denise Kikou Gilliand, les âmes de nos défunts restent disponibles durant 4 générations. Ici, Rebeca Calvano tient une photo de sa grand-mère avec laquelle elle a pu communiquer. Photo: Julie de Tribolet

Rebeca a aussi eu un contact avec son oncle, un Italien décrit comme le patriarche protecteur de la famille, décédé à 71 ans. «Elle m’en a donné une description qui était la même que dans mon souvenir, sa moustache, son caractère, il voulait me dire que je devais avoir confiance en moi, qu’il serait toujours à mes côtés. Puis il m’a encore incitée, par la voix de la médium, à dire «je t’aime» à mes parents! J’étais bouleversée, j’ai fondu en larmes!»

Un bouleversement durable
La jeune femme est bien sûr ressortie de cette communication entre deux mondes totalement chamboulée. Depuis, elle travaille à temps partiel comme assistante de direction et consacre l’autre partie de son temps à mettre sur pied des événements en relation avec le développement personnel, l’éducation ou la spiritualité. Sa relation au quotidien a changé. «Même si on est là pour faire quelque chose de notre vie, on n’est que de passage sur terre!»