Main Image
SERGE LIDO/SIPA / Getty Images
Michèle Morgan (à g.), 25 ans, reçoit le prix d’interprétation féminine pour son rôle dans «La symphonie pastorale». A dr. Tino Rossi et Lilia Vetti, sa future femme.
Cinéma

Et Dieu créa 
le Festival de Cannes!

18 mai 2017

Le premier 
Festival de Cannes 
devait commencer 
le 1er septembre 1939, mais la guerre éclata et tout fut annulé. 
La première édition du festival, qui fête ses 70 ans cette année, eut lieu en 1946 et devint 
le symbole de la paix retrouvée.

Les tensions étaient de plus en plus violentes, l’atmosphère de plus en plus lourde et angoissante… L’Europe sentait venir la guerre à laquelle elle n’avait échappé qu’au tout dernier moment, l’année précédente, le 30 septembre 1938, lors des fameux accords de Munich. Mais Cannes voulait croire encore à l’art et à la vie, et elle se préparait à inaugurer son premier Festival international du film, le 1er septembre 1939. Mais la guerre éclata et c’est en 1946 seulement que la première édition put enfin se tenir.

cannes-texte1.jpg
Maurice Chevalier entre Martine Carol et Danielle Darrieux, qui vient de fêter ses 100 ans le 1er mai 2017. Photo: Keystone

Le cinéma, en 1939, était encore un art tout jeune – le septième art – et plein de promesses. Ce n’était pas de l’entertainment, mais une nouvelle manière de raconter une histoire, de jouer avec les images, de toucher la sensibilité des gens. Il incarnait la modernité. Il annonçait l’avenir. C’est la France qui avait inventé le cinéma: les frères Lumière, Auguste et Louis, avaient fait la première projection publique, le 28 décembre 1895, à Paris. Mais la France avait assisté ensuite, médusée, agacée, à la création des célèbres studios de cinéma de Cinecittà par Mussolini, en avril 1937, ainsi qu’à la création du festival de Venise, la Mostra, en 1932, qui résonnaient comme des hauts faits du fascisme.

Signe de cette guerre idéologique, le festival de Venise de 1938 avait récompensé un film allemand, Les dieux du stade, de Leni Riefenstahl, devenue l’égérie d’Adolf Hitler, et un film italien, Luciano Serra, pilote, de Goffredo Alessandrini, soutenu par Vittorio Mussolini, le fils du Duce, chargé du cinéma italien. Quant au film français, il avait été recalé! D’où la volonté du gouvernement français de mettre sur pied son propre festival.

Le premier festival doit ouvrir le 1er septembre à Cannes, choisie pour sa douceur et son charme méditerranéens. C’est encore l’été, la fête s’annonce belle et spectaculaire! Louis Lumière a accepté d’être président d’honneur. Vingt-six films ont été sélectionnés. Fernandel est là. Les stars américaines ont aussi fait le déplacement: Tyrone Power, Gary Cooper, Douglas Fairbanks, Norma Shearer… La duchesse de Windsor a traversé la Manche.
Plusieurs jours avant l’ouverture officielle, les fêtes battent déjà leur plein. Une fabuleuse soirée a lieu dans le mythique hôtel Eden Roc. Le Bal des petits lits blancs, une œuvre caritative en faveur des enfants atteints de tuberculose, se déroule avec Fernandel. Mais quand le grand acteur se prépare à entrer en scène, un orage monstrueux éclate. Terrible présage!

cannes-texte2.jpg
Edith Piaf sur la terrasse de l’hôtel Carlton. Photo: Getty Images

Car le 23 août, c’est la bombe du pacte germano-soviétique qui explose soudain, annonçant la guerre. Le festival est annulé le 27 août et le jour même de l’ouverture prévue, le 1er septembre, les troupes allemandes envahissent la Pologne. Un seul film sera finalement projeté en privé, Quasimodo, The Hunchback of Notre-Dame, de William Dieterle, pour lequel les Américains avaient construit une cathédrale en carton-pâte sur la plage.

Le festival de la paix

Quand la paix revient en 1945, c’est une formidable envie de revivre qui s’empare de l’Europe. Inspirateur et maître d’œuvre du festival annulé en 1939, le journaliste Philippe Erlanger réussit enfin à faire aboutir son projet.

Le festival ouvre le 20 septembre, pour deux semaines. Dix-neuf pays ont envoyé 49 longs métrages et il est convenu que chaque pays aura un prix, histoire d’éviter de faire des jaloux. Tout est encore désorganisé et il faut parfois bricoler. Les bobines de Notorious (Les enchaînés), d’Alfred Hitchcock, sont interverties, ce qui fait qu’Ingrid Bergman et Cary Grant échangent un baiser torride avant même la naissance de leur passion. René Clément présente deux films qui célèbrent la Résistance, La bataille du rail et Le père tranquille. Mais un film domine tout: Rome, ville ouverte, de Roberto Rossellini, considéré comme l’acte de naissance du néoréalisme. Un jeune journaliste nommé Federico Fellini a participé à l’écriture du scénario.

cannes-texte3.jpg
Jean Cocteau sous le charme de Michèle Morgan. Photo: Getty Images

Michèle Morgan a alors 25 ans et les plus beaux yeux du monde. Elle reçoit le prix d’interprétation féminine pour La symphonie pastorale, d’après le roman d’André Gide. Mais comme tous les participants de ce premier festival, elle se rappelle surtout la paix retrouvée. «J’avais quitté la France cinq ans plus tôt, à 20 ans. Pendant que je n’étais pas là il y avait eu la guerre, l’occupation, mes parents dont j’étais sans nouvelles… Le mal du pays est une douleur lancinante dont j’ai terriblement souffert. Cannes 1946, pour moi, c’est avant tout cela, la guérison de ce mal, la joie inoubliable des retrouvailles.»