Aller au contenu principal
Publicité
© Guillaume Long

Les explorateurs en culottes courtes

Publié vendredi 2 novembre 2018 à 07:46
.
Publié vendredi 2 novembre 2018 à 07:46 
.
Laissez les enfants faire leurs expériences, même si parfois cela prend du temps et vous met sur les nerfs. L’expérimentation les rend plus éveillés, ingénieux, intelligents.
Publicité

Le petit Manuel, 4 ans, a trouvé à la place de jeu un bout de tuyau en plastique. Depuis, il n’arrête plus de chercher de l’eau avec son petit seau et de la verser dans la caisse à sable à travers le tuyau. Fasciné, il observe comment le filet d’eau s’écoule exactement dans le trou qu’il a creusé jusqu’au fond de la caisse à sable et comment il s’y forme un petit lac. Il n’en faut pas beaucoup pour que le petit soit couvert de boue de la tête aux pieds, mais la maman laisse faire. Elle a raison, car Manuel apprend pour la vie.

DR
Maria Montessori (1870-1952).

Les expérimentations forgent l’intelligence. La pédagogue Maria Montessori en était déjà persuadée et c’est sur l’expérimentation qu’elle a bâti sa pédagogie. «Aide-moi à faire tout seul»: cette idée maîtresse demeure le fondement du concept d’enseignement Montessori.

Le bonheur irrépressible de l’expérience
Les enfants sont explorateurs, curieux par nature. Ils expérimentent à l’aide de tous leurs sens et vérifient les théories. Ils font leurs expériences en appliquant l’approche essai/erreur et y gagnent des connaissances qui les aident à comprendre les phénomènes de tous les jours. Non seulement ce qu’ils ont ainsi appris s’ancre au plus profond d’eux-mêmes, mais ils découvrent aussi la joie d’apprendre. Quand Manuel oriente mal son tuyau, l’eau s’écoule à côté du trou et s’infiltre immédiatement dans le sable. Alors il l’oriente directement au-dessus du trou et le lac s’étend.
Le fait que Manuel puisse expérimenter et vérifier la validité de ses idées active également le développement de son cerveau. Autrement dit, les enfants ont besoin d’expériences qui leur enseignent à s’étonner.


Cela commence dès l’âge du nourrisson. Chaque fois que bébé gigote sur la table à langer, l’air qu’il déplace fait bouger le mobile accroché au-dessus de lui. Le petit d’homme enregistre: le mobile se met à tourner quand je remue les jambes. C’est un processus d’apprentissage important.


«Lorsque les parents se réjouissent avec leur enfant d’une telle «révélation», il sent que son comportement a une signification, explique le pédagogue Karl Gebauer. Son corps sécrète l’hormone du bonheur, qui est à la base de sentiments tels que la joie et la satisfaction. Ces émotions positives incitent à apprendre. Dans le cerveau de l’enfant naissent alors de nouvelles liaisons, les synapses. C’est la pierre angulaire de l’intelligence.»


Manuel adore apprendre. Désormais, un grand lac s’est formé dans la caisse à sable et le gamin se met à jeter de petits cailloux dans l’eau. Ils disparaissent aussitôt. Va-t-il trouver quelque chose qui flotte? Ici et là, des rameaux d’arbre, une plume d’oiseau, un bout de papier chiffonné. Et comment ça se passe avec une ficelle? Le besoin d’expérimenter est sans limites. D’autres enfants se sont agglutinés autour du trou empli d’eau. Un petit bout de chou extirpe un bateau de papier de sa poche. On assiste maintenant à un travail d’équipe et les idées se multiplient. Ce n’est donc pas en vain que l’on se couvre de boue autour de ce bac à sable: ici, on procède à des expériences scientifiques, Madame!

Guillaume Long
 

La motricité fine s’améliore aussi
Accessoirement, en faisant prudemment flotter des bouts de bois, Manuel et ses nouveaux copains améliorent également leur motricité fine, cette capacité du corps à exécuter avec précision de petits mouvements. Et le jeu fortifie la maîtrise de leur corps tout entier.


A vrai dire, dans la vie quotidienne, les enfants sont sans cesse restreints dans leur envie d’expérimentation. Ce n’est pas heureux, pense la biologiste comportementale Gabriele Haug-Schnabel: «Il faut permettre aux enfants de réinventer la roue, quitte à ce que ce ne soit pas tous les jours.» Son appel aux parents est simple: «Laissez vos enfants essayer!»


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré