Jean-Marie Périer/Photo12
Le célèbre photographe Jean-Marie Périer la saisit dans la fraîcheur de ses 17 ans. Elle a vendu déjà deux millions de «Sacré Charlemagne».
Hommage

France Gall, une femme libre

10 janvier 2018

L’artiste qui a vendu 20 millions d’albums s’est éteinte le 7 janvier dernier à Paris à l’âge de 70 ans. Retour sur le parcours d’une icône de la chanson française dont la vie a été marquée par les succès, l’amour et les drames.

Elle a rejoint ce «paradis blanc» où l’attendaient certainement Michel Berger et leur fille Pauline. Celle qui a chanté Résiste, et résisté elle-même aux modes changeantes, aux tragédies familiales, aux traversées du désert, a tiré sa révérence à l’Hôpital américain de Neuilly le 7 janvier dernier des suites d’un cancer récidiviste. Veillée nuit et jour par son fils Raphaël, 36 ans, qui se retrouve seul à gérer désormais la mémoire de ses célèbres parents et un catalogue de chansons à succès qu’on n’a pas fini de fredonner comme Evidemment, Débranche, Si, maman si. Autant de chansons qui, comme pour celles de Johnny, son copain, parti quelques semaines avant elle, auront accompagné des pans entiers de nos vies.

Qui aurait pu prédire une carrière aussi longue à cette chanteuse dont la voix était loin d’égaler celle de son idole, Ella Fitzgerald, honorée dans la chanson Ella elle l’a. Née Isabelle Gall le 9 octobre 1947, fille de Robert Gall, un parolier célèbre et pygmalion qui va la propulser au firmament à seulement 17 ans avec la chanson Sacré Charlemagne vendue à deux millions d’exemplaires. Un an plus tard, ce sera le triomphe de Poupée de cire, poupée de son à l’Eurovision, signée Gainsbourg. L’homme aux oreilles feuilles de chou lui concoctera aussi ses fameuses sucettes à l’anis dont elle mettra longtemps à comprendre le double sens érotique et encore plus longtemps à lui pardonner de s’être fait prendre pour une cruche.

phototexte1_0.png
Chez elle avec ses parents et un de ses frères. Elle vient juste de remporter le Grand Prix Eurovision de la chanson pour le Luxembourg avec «Poupée de cire, poupée de son». France Gall est née dans une famille de musiciens. Photo: Gamma-Keystone/Getty Images

En 1968, France Gall a 21 ans et chante pour la première fois en Suisse à l’Hospice de l’enfance de Lausanne, dans le cadre de l’émission Cache-cache vedette animée par Bernard Pichon. L’ex-animateur, guère plus vieux qu’elle, se rappelle la petite fille bien élevée et sage qu’il retrouvera plus tard avec Michel Berger dans son appartement parisien. «Elle avait un côté un peu conventionnel à l’époque, elle parlait beaucoup de sa famille musicienne. Son père l’avait poussée à chanter de la variété mais elle se rêvait plutôt en jazzwoman.»

«Le petit caporal»

Son père l’avait surnommée «le petit caporal». Car sous l’image de la jeune fille sage se cachait une personne plus autoritaire et déterminée qu’on n’imagine. En amour en tout cas. Avant Michel Berger, France Gall a vécu deux romances passionnées avec Claude François et Julien Clerc. Dans les deux cas, c’est elle qui a pris les devants. Faisant parfois le siège de leur loge durant des jours pour leur être présentée, dixit son biographe Alain Wodrascka. Contrairement aux apparences, écrit-il, «ce n’est pas une gentille fille toute lisse mais «une emmerdeuse» comme elle l’avouera elle-même avec fair-play. On n’écoutera plus Comme d’habitude de la même façon, le célèbre titre de Claude François, si l’on sait qu’il évoque dans cette chanson douce-amère la fin de leur amour en 1967, après trois ans de relation passionnée mais tumultueuse. L’idole des jeunes avait, paraît-il, des accès de jalousie féroce, allant jusqu’à téléphoner à France Gall en plein Eurovision pour lui dire qu’il la quittait. Souffrir par toi n’est pas souffrir sera la chanson-cadeau de rupture de Julien Clerc à celle qui a partagé cinq ans de sa vie. France n’aurait pas supporté que la carrière du chanteur prenne le dessus sur leur histoire d’amour. Et qu’elle doive, pour ne pas déplaire aux fans du fougueux artiste, aller jusqu’à porter des perruques pour passer incognito à ses concerts.

phototexte3.png
Avec Julien Clerc, en 1967, photographiés par Jean-Marie Périer. A l’époque, le chanteur est une des vedettes de la comédie musicale «Hair». France partagera sa vie durant cinq ans, avant de le quitter, ne supportant pas que Julien la délaisse au profit de sa carrière. Photo: Jean-Marie Périer/Photo12

Chef de bande

L’homme de sa vie, ce sera bien sûr Michel Berger. La légende, qu’elle a souvent corroborée, raconte que c’est sur son autoradio qu’elle découvre sa voix pour la première fois en 1973. «J’aurai le mec et j’aurai ses chansons», aurait-elle confié à un ami. Ils se croisent à Europe 1. Elle lui fera livrer par la suite des croissants de chez Fauchon. A l’époque, sa carrière est au creux de la vague alors que celle de  Berger n’a pas encore décollé. Puis, un an plus tard, ce sera la fameuse Déclaration, cette chanson de Berger écrite pour celle à qui il déclare sa flamme tout en faisant d’une pierre deux coups, car le titre est un immense succès. Ils se passent la bague au doigt en 1976. Mais pas question pour eux de devenir les nouveaux Stone et Charden de la chanson française. Ils préservent chacun leur carrière respective tout comme leur vie privée. Ils auront ensemble deux enfants et feront sept albums.

phototexte4.png
Leur histoire avait séduit leurs milliers de fans. Ils étaient jeunes, beaux, riches et talentueux et les succès qui s’enchaînaient auguraient encore de belles aventures artistiques et humaines. Photo: J. Garofalo/Paris Match/Getty Images

Bernard Pichon se souvient d’une rencontre en 1985 dans leur appartement parisien qui donnait sur le parc Monceau. «J’avais le sentiment d’être avec une famille ordinaire, dans un cadre très bourgeois, France s’était éclipsée un moment pour aller lire une histoire à son fils Raphaël. Puis tout à coup Johnny Hallyday a débarqué à l’improviste. Il a discuté avec Michel d’une maquette, France est revenue se joindre à la conversation, j’ai découvert aussi à cette occasion qu’elle avait des qualités de femme d’affaires, elle savait où elle allait.» Un proche le confirme. «C’était une cheffe de bande, à la maison elle s’occupait de tout, Michel ne savait pas faire fonctionner la machine à café!»

La tragédie

La vie de France Gall ressemble pourtant à une tragédie, de celle que les Grecs anciens affectionnaient, avec son lot de réussites et de bonheurs et puis soudain le malheur qui s’acharne, aveugle et obstiné. Le 2 août 1992, Michel Berger décède d’une crise cardiaque à 44 ans dans leur villa de Ramatuelle. Cinq ans plus tard, ce sera au tour de Pauline, leur fille aînée, de disparaître, atteinte de mucoviscidose. Entre ces deux immenses drames, France Gall apprendra qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. Elle fera face, vaillamment. «Je peux sembler fragile, mais il y a en moi une femme énergique, courageuse, qui fait ce qu’elle peut devant l’adversité.»

phototexte5.png
 le 2 août 1992, Michel Berger est fauché par une crise cardiaque à 44 ans. La photo de ses obsèques, et de France tenant par le bras leurs deux enfants, Pauline et Raphaël, fait pleurer toute la France. Cinq ans plus tard, la fille de la chanteuse décède à son tour des suites d’une mucoviscidose. Photo: P. Verdy/AFP

Une page se tourne, France Gall mettra un terme à sa carrière et se retirera six mois par an dans sa villa de l’île de Ngor au Sénégal, au cœur de cette Afrique qui lui est chère et pour laquelle elle a soutenu de nombreux projets humanitaires avec Michel Berger. La chanson Babacar est inspirée d’une vraie rencontre avec une femme africaine démunie qui lui a un jour tendu son bébé pour qu’elle l’adopte. France est rentrée à Paris, a réfléchi, puis décidé d’œuvrer plutôt pour que des femmes n’aient plus à faire ce geste désespéré. Tout en assurant l’avenir de Babacar.

phototexte2.png
C’est sur l’île de Ngor, au large de Dakar, que la chanteuse vivait six mois par année. Elle était très engagée dans des projets humanitaires. Photo: F. Meylan/Sygma/Getty Images

La chanteuse n’est revenue dans la lumière qu’en 2015 à l’occasion de la création de la comédie musicale Résiste, écrite en hommage à Michel Berger. «Je crois que c’est la chose la plus importante que j’aie faite dans ma vie», confiera-t-elle, heureuse ensuite de retourner dans l’ombre au côté de l’ingénieur du son Bruck Dawit, l’homme qui partageait discrètement sa vie depuis 1995.

«France, nous avions 20 ans, des bonheurs, des chagrins. Une part de ma vie s’en va avec toi», a tweeté Julien Clerc au lendemain de sa mort. «Il y a eu beaucoup de France - Galles mais il n’y a qu’une unique France Gall!» a écrit non sans humour la Fédération française de rugby. Evidemment, on va continuer à écouter chanter France Gall au-delà de sa mort. Mais ce ne sera plus comme avant.

Retrouvez plus de photos dans notre magazine, en kiosque dès aujourd'hui.