Aller au contenu principal
Publicité
© DAVID BIEDERT

Jastina Doreen Riederer, Miss Scandale

Publié mardi 27 mars 2018 à 00:00
modifié lundi 14 mai 2018 à 15:56
.
Publié mardi 27 mars 2018 à 00:00 
modifié lundi 14 mai 2018 à 15:56
.
Mensonge et confession, «oui, je me suis fait refaire les seins», les premiers jours du règne de Miss Suisse tiennent en haleine tous ceux que les contes de fées un rien déjantés fascinent.
Publicité

Au début, on la surnommait Raiponce, Rapunzel outre-Sarine, rapport à la longueur, 88 centimètres précisément, de sa chevelure chocolat. Jastina Doreen Riederer, 19 printemps, faux cils et sourire mégablanc, est donc une héroïne Disney.
L’Argovienne, gestionnaire de commerce de détail, vit dans un royaume fort, fort lointain, Spreitenbach, 12 000 âmes. Elle demeure, avec son chihuahua, India, et sa mère, Teresa, dans une villa qui se veut palais, toute décorée de rose pâle et de blanc pailleté. Un boudoir surréaliste qui forme l’écrin où la jeune Jastina rêvait à ce destin couronné, enchaînant les castings et les cours de mannequinat dès l’âge de 5 ans. Mais cette princesse n’était pas fille d’un roi. Juste la dernière-née d’une fratrie de trois, cadette de Georges, patron d’une entreprise de transport. Banni du foyer depuis un an, dans les affres d’un divorce houleux, le père de famille aurait des rapports «compliqués» avec Jastina Doreen.


Plus les jours passent, plus l’univers de la jeune femme est exposé. Victime de mobbing durant son enfance, ultrachoyée par ses parents, jalousée pour sa beauté et ses lèvres trop pulpeuses, elle n’a jamais fait la cuisine ou passé l’aspirateur. La plus jolie fille du pays confesse n’avoir quasi pas d’amis et n’a pas encore connu l’Amour. Sa maman, Teresa, est son âme sœur. C’est elle qui a inventé le prénom de sa fille qui commence par un J. Comme celui de Jennifer, la sœur de Jastina, et de ses nièces. Inséparables, mère et fille se sont fait tatouer le même petit ruban rose au creux du poignet, un nœud… presque coulant.

DAVID BIEDERT
Entre mère et fille, l’entente est parfaite. Les deux sont romantiques, ne boivent pas d’alcool, aiment la couture et la mode. A la maison, si Jastina aime parfois aider sa mère pour les pâtes, elle n’a jamais eu de corvée. En véritable «mamma»,…


Et puis soudain, c’est le bouquet, ni de roses ni de laurier: Jastina Doreen est démasquée. Elle est passée entre les mains d’un chirurgien esthétique, pour augmenter la taille de ses seins. Elle avait jusque-là démenti. La voilà qui avoue, sur son compte Instagram. Elle avance une explication médicale avant de se raviser pour évoquer des raisons personnelles. Le règlement du concours Miss Suisse n’interdit pas la chirurgie esthétique pour autant qu’elle soit effectuée avant le couronnement, mais les organisateurs jurent ne pas avoir été au courant de l’opération de la jeune femme.

Tollé général. On accepte pourtant gaiement qu’une Miss se blanchisse les dents, rallonge ses cheveux ou apprenne à marcher en cadence et en maillot de bain, mais celle-là a eu l’outrecuidance de retoucher à la beauté que la nature lui a donnée. Le scandale, bizarrement, est immense. A croire que les Helvètes ne savent pas que, en matière de chirurgie esthétique, la Suisse talonne le Brésil, 54 000 opérations en 2015. Et le vent n’est pas près de tourner. En 2003 déjà, élue Miss Photogénie, Maria Dolores Dieguez, devenue depuis l’épouse de l’acteur britannique Joseph Fiennes, avait confessé s’être fait retoucher la poitrine. Jastina Doreen n’est pas la première et ce ne sera sans doute pas la dernière.

Charly Werder
A 5 ans, Jastina Doreen posait comme modèle, pour C&A et Vögele notamment. A 19 ans, la voilà reine de beauté.


D’héroïne Disney, la jeune femme est devenue une créature de manga japonais, mi-lolita, mi-princesse trash. Elle n’a pourtant jamais caché ses ambitions: devenir Miss Suisse et défiler un jour, en sous-vêtements et quelques grammes de plumes, pour la marque de lingerie Victoria’s Secret. Incapable de disserter sur la politique suisse, avouant son ignorance en matière d’actualité, cette très jeune femme a surtout commis la faute de goût ultime. Désarmante de candeur, elle n’a aucun complexe à avouer son amour de l’apparence. Sa mère, avant elle, cultivait le désir de voir ses enfants briller par leur beauté. L’aîné des enfants Riederer, Tommy, 34 ans, a concouru en 2009 pour le titre de Mister Zurich. Non, Jastina Doreen, elle, ne se rêve pas médecin, avocate ou archéologue comme d’autres Miss avant elle. Cette élection était un but et non une parenthèse dans des études universitaires. Non, Jastina Doreen n’a pas honte que sa beauté ne soit pas 100% naturelle. Elle dit même «que la chirurgie esthétique n’est pas un péché. Il faudrait que la société n’en fasse pas un tel tabou.» En 2018, le tabou, c’est peut-être de constater que certaines jeunes femmes rêvent encore, avant tout et surtout, d’être jolies.

DAVID BIEDERT
Cadette de trois enfants, Jastina vit avec sa mère dans cette maison de 7 pièces et demie à Spreitenbach. Jastina Doreen dit que sa mère et son frère aîné sont ses modèles.

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré