DR
Star mondiale. Outre le Lucerne Festival Orchestra, Riccardo Chailly dirige en tant que chef principal la Scala de Milan.
Musique classique

Riccardo Chailly, un maestro à Lucerne

20 juillet 2016

Avec l’Italien Riccardo Chailly, c’est un chef de renommée mondiale qui reprend la direction du Lucerne Festival Orchestra. Il ouvre le festival de Lucerne le 12 août avec la 8e symphonie de Mahler.

Le Lucerne Festival a réussi la performance de réunir la continuité et le renouvellement en une seule et même personne: Riccardo Chailly. Ce grand chef d’orchestre a été l’assistant de Claudio Abbado, décédé il y a deux ans et demi, longtemps chef principal du Lucerne Festival Orchestra. Mais Chailly se distingue par l’innovation et le renouveau. Intendant du festival de Lucerne, Michael Haefliger nous dit tout de l’importance et des projets de la nouvelle star du pupitre lucernois.

culture-haefliger_0.jpg
Michael Haefliger a étudié le violon à la Juilliard School of Music de New York et l’économie à l’Université de Saint-Gall et Harvard. Après une carrière de violoniste de concert, il est depuis 1999 l’intendant du Lucerne Festival.

Riccardo Chailly prend cet été la succession de Claudio Abbado comme chef du Lucerne Festival Orchestra. Qu’est-ce que cela signifie pour l’orchestre?

Pour nous, c’est un moment crucial, le début de l’ère Chailly. Nous sommes tous anxieux de voir comment cela va évoluer, tout en restant persuadés qu’on ne peut s’attendre qu’au meilleur.

Quelle est l’influence d’un chef principal sur le Lucerne Festival?

Ce que nous avons construit ces quatorze dernières années avec Claudio Abbado imprègne aussi bien l’orchestre que l’ensemble du festival. Avec son rôle central, Riccardo Chailly placera des accents décisifs pour le festival.

Après Claudio Abbado, il est important d’avoir à nouveau déniché une grande pointure à ce poste?

Très important! Avec Riccardo Chailly, nous avons une personnalité artistique hors du commun, en mesure de conduire l’orchestre au-delà de ses limites, dans des dimensions encore parfaitement inexplorées. Je le sens disposé à faire de la musique de manière existentielle pour en sonder les entrailles.

Où se situent les entrailles de la musique?

Aux limites de l’interprétation, au moment où l’on est face au public et que l’on est prêt à risquer quelque chose qu’on n’a jamais osé durant les répétitions. C’est ça la force du concert, de la musique vivante.

Comment avez-vous entamé la collaboration avec Chailly?

Nous avons eu avec lui un dialogue intense et constaté que nous avions des visions communes.

Et question argent?

Par principe, nous payons bien, quand bien même les honoraires jouent un rôle secondaire. Ce qui importe, c’est l’engouement des musiciens, car leur travail au sein du Lucerne Festival Orchestra est très intense, vu le nombre de répétitions.

portrait-chef_0.jpg
Riccardo Chailly. Le directeur musical de la Scala de Milan est le nouveau chef principal du Lucerne Festival Orchestra.

Riccardo Chailly incarne aussi le renouveau. Quel est l’équilibre entre innovation et tradition au Lucerne Festival?

C’est là notre plus grand défi. D’une part, nous entendons entretenir la tradition et procurer au public un grand bonheur avec des interprétations de haute qualité. Mais en même temps nous voulons franchir le pas vers l’avenir, notamment avec la Lucerne Festival Academy. Et nous nous estimons chanceux d’accueillir aussi les Philharmonistes de Berlin sous la baguette de Simon Rattle, le Mahler Chamber Orchestra et l’exceptionnel ensemble du Chamber Orchestra of Europe, qui dominent tous trois la synthèse avec la musique moderne.

Le classique moderne n’est pas à la portée de toutes les oreilles. Comment parvenez-vous à le rendre audible pour le plus grand nombre?

En développant nos propres formats. L’un d’eux est la série «40min», où des artistes proposent une pièce au public. L’entrée est libre et il n’y a pas de code vestimentaire. Pas besoin non plus de s’être préparé. Le public aime bien ça. De mon point de vue, on devrait aussi le faire plus souvent dans la grande salle de concert.

Le festival estival est, cette année, placé à l’enseigne de «PrimaDonna». Pourquoi?

Je caresse depuis longtemps le projet de célébrer sur scène un hommage aux femmes. Elles figureront aussi parmi les chefs d’orchestre. Je crois qu’il y a un besoin de rattrapage en matière d’égalité de traitement. Et il n’est pas indifférent que nous prenions cette initiative en Suisse centrale.

Propos recueillis par Zeno van Essel


 

Lucerne Festival orchestra: un orchestre de solistes

culture-orchestre_0.jpg

Un grand chef et une grande idée, une initiative courageuse en des temps difficiles: en 1938, pour son Concert de gala, le légendaire maestro Arturo Toscanini compose à Lucerne un orchestre qui rassemble des musiciens d’élite, afin de célébrer, en jouant ensemble, l’amitié et la liberté. Soixante-cinq ans plus tard, l’intendant du Lucerne Festival Michael Haefliger et son chef d’orchestre vedette Claudio Abbado rendent vie à ce projet: ils fondent le Lucerne Festival Orchestra. Aussi ambitieux que coûteux, ce projet se concrétise avant tout grâce au généreux soutien du principal sponsor du festival, Nestlé, qui a cru depuis le début à la qualité, à la créativité et à la passion de cet ensemble unique et a offert ainsi au public d’incomparables moments de grande musique.

En un rien de temps, cet «orchestre de solistes», comme Claudio Abbado aimait le surnommer, conquiert une excellente renommée internationale. A l’été, le Lucerne Festival Orchestra marque l’ouverture du Lucerne Festival par plusieurs concerts symphoniques. En outre, les musiciens se produisent dans des concerts de chambre aux compositions inusitées. Au terme de la saison, il y a parfois des tournées mondiales.

L’orchestre a déjà été accueilli à Rome, Vienne, Madrid, Luxembourg, Paris, Baden-Baden. Dortmund, Hambourg, Londres, New York, Ferrare, Moscou, Tokyo et Pékin. Claudio Abbado est resté à la tête de l’orchestre jusqu’à sa mort en janvier 2014. En la personne de Riccardo Chailly, c’est à nouveau un Italien qui reprend cet été le poste de dirigeant principal. Et qui débute par un coup d’éclat: en ouverture, il dirigera la Symphonie No 8 de Gustav Mahler.

Lucerne Festival Orchestra, Ouverture du Lucerne Festival le 12 août: Gustav Mahler, Symphonie No 8 en mi-bémol majeur, «Symphonie des Mille»

 

Vente des billets pour le festival estival du 12 août au 11 septembre 2016, Lucerne Festival billetterie & service accueil, Hirschmattstrasse 13, case postale, 6002 Lucerne. Tél. 041 226 44 80, fax 041 226 44 85, courriel: ticketbox@lucernefestival.ch


 

Les femmes au pupitre

A l’enseigne de «PrimaDonna», le Lucerne Festival fait très fort cette année: il présente des cheffes d’orchestre exceptionnelles, de toute origine et de tout style, qui dirigent des ensembles de réputation mondiale. Rencontres passionnantes.

Emmanuelle Haïm

02cheffe.jpg

Cymbaliste et cheffe d’orchestre française, elle a été l’assistante de Sir Simon Rattle avant de fonder son propre ensemble en l’an 2000. Avec le Concert d’Astrée, elle réalise des productions d’opéra et d’ambitieux projets de concert. Au Lucerne Festival, elle dirigera cet été l’Orchestre philharmonique de Vienne.

Sinfoniekonzert 25, 8 septembre, 19 h 30, salle de concert, KKL Lucerne

Anu Tali

05cheffe.jpg

Cette cheffe d’orchestre bourrée d’initiative nous vient de Tallinn, la capitale estonienne. Après une formation à Saint-Pétersbourg et Moscou, elle fonde en 1997 le Nordic Symphony Orchestra. A Lucerne, elle dirigera le Chamber Orchestra of Europe avec des pièces de Tubin, Chopin et Prokofiev.

Erlebnistag – concert 5, 21 août, 18 h 30, Konzertsaal, KKL Lucerne

Marin Alsop

01cheffe.jpg

Cette New-Yorkaise a suivi le cours magistral du légendaire Leonard Bernstein et dirigé les plus importants orchestres de la planète. Cette année, elle amène pour la première fois à Lucerne le São Paulo Symphony Orchestra, avec lequel elle dirigera des œuvres de Nobre, Grieg, Villa-Lobos et Rachmaninov.

Sinfoniekonzert 12, 26 août, 19 h 30, Konzertsaal, KKL Lucerne

Elena Schwarz

06cheffe.jpg

Née en 1984 à Lugano, d’origine australo-suisse, elle a étudié au Conservatorio della Svizzera Italiana, remporté un bon nombre de prix et participe cette année au cours magistral de Bernard Haitink au Lucerne Festival. Elle dirige l’ensemble de la Lucerne Festival Academy.

Erlebnistag – concert 4, 21 août, 16 h, Luzerner Saal, KKL Lucerne

Lin Liao

04cheffe.jpg

Cette Taïwanaise a été découverte et encouragée par Pierre Boulez et Peter Eötvös. Elle dirige un ensemble du Lucerne Festival Alumni qui propose huit premières d’œuvres inédites, issues d’un concours de composition organisé en collaboration avec l’Association suisse des musiciens.

Moderne 3, 4 septembre, 14 h, Luzerner Saal, KKL Lucerne

Susanna Mälkki

03cheffe.jpg

La dirigeante finlandaise n’est pas une inconnue à Lucerne. En 2004 déjà, elle dirigeait au Lucerne Festival l’Ensemble intercontemporain. Cette année, elle dirigera une première spectaculaire, «Trurliade – Zone Zero» d’Olga Neuwirth avec le génial percussionniste Martin Grubinger.

Sinfoniekonzert 13, 27 août, 18 h 30, Konzertsaal, KKL Lucerne

 

Vente des billets pour le festival estival du 12 août au 11 septembre 2016, Lucerne Festival billetterie & service accueil, Hirschmattstrasse 13, case postale, 6002 Lucerne. Tél. 041 226 44 80, fax 041 226 44 85, courriel: ticketbox@lucernefestival.ch


La journée découverte du festival

culture-decouverte.jpg

Entendre le même jour cinq cheffes d’orchestre, quatre compositrices, une virtuose du violon, une pianiste d’exception et une chanteuse de blues: c’est ce que propose le Lucerne Festival lors de son Erlebnistag (journée découverte). Le 21 août, à l’enseigne de «PrimaDonna», on fera la connaissance, de multiples manières, de femmes bourrées d’énergie créative. Un programme très diversifié se déroulera dans plusieurs salles du KKL Lucerne, avec des pièces allant du baroque à l’ère moderne, des greatest hits aux inédits, du classique au jazz. L’assistance aura le privilège de se plonger dix heures durant dans l’univers exubérant de la musique. Approfondissements assurés avec des illustrations du rôle des femmes dans la musique actuelle. Et les jeunes ne seront pas en reste, grâce à Vier Gewinnt, un concert mis en scène pour les familles, avec Felix Mendelssohn, Franz Schubert, Claude Debussy et d’autres. Cette coproduction de la Philharmonie Luxembourg et du Podium Festival Esslingen est un bonheur pour les enfants à partir de 7 ans. Le tout à des prix amicaux: aucun concert ne coûte plus de 50 fr. et ceux qui s’inscrivent pour au moins trois représentations obtiennent un rabais de 20% et l’entrée gratuite pour leurs enfants.

Erlebnistag Lucerne Festival, 21 août, dès 11h, en plusieurs lieux, KKL Lucerne


 

Vivre l’open air gratuit

Musique au soleil

Ceux qui n’auront pas réussi à avoir un billet peuvent se réjouir quand même: le concert d’ouverture sera diffusé en direct dans le parc de l’Inseli. Ecouter de la musique au soleil couchant, gratuitement, que demander de mieux?

Concert d’ouverture, 12 août, 18 h 30, Inseli, Lucerne

Jusqu’à la fin de la nuit

After-Concert Lounge

Pour ceux qui veulent poursuivre l’expérience. A l’Interval, le nouvel espace installé au foyer du KKL, dans une ambiance de lounge, il est possible de boire un verre et de déguster un encas jusque tard dans la nuit. Et peut-être de rencontrer l’un ou l’autre des artistes du festival.

Interval, le nouveau lounge du foyer du KKL Lucerne, après le concert

Concerts gratuits

«40min»

Apprendre à connaître des musiciens et des œuvres en 40 minutes, dans un cadre décontracté? C’est possible grâce à la formidable série de manifestations «40min». Elle fournit des clés pour comprendre le processus de création, et draine ainsi de nouveaux amateurs de musique classique et contemporaine.

40min, 15, 16, 19, 22, 25, 29 et 31 août, 2, 6 et 8 septembre, à 18 h 20, Luzerner Saal, KKL Lucerne