Main Image
Paul Kane/Getty Images
Le 29 décembre 2016, à Perth, Australie, Roger Federer prend le temps de quelques selfies avec son public, au terme de son entraînement qui a attiré plus de 6000 personnes, après six mois d’absence.
Tennis

Roger Federer, l'irremplaçable idole

10 janvier 2017

Le tennis mondial a dû se passer de Roger Federer durant près de six mois. Et ce fut comme si ce sport majeur était d’un coup devenu mineur. Les fans sont inquiets: 2017 sera-t-elle sa dernière saison?

Sans faire injure à 
Stan Wawrinka, prodigieux vainqueur de l’US Open, et au nouveau numéro un mondial, Andy Murray, on peut affirmer que la planète tennis s’était arrêtée de tourner à la fin du mois de juillet 2016. Roger Federer annonçait alors mettre prématurément un terme à sa saison afin de laisser son corps au repos. Six mois d’absence ont suffi à plonger en état de manque tous les accros de la petite balle jaune. Et c’est un retour de rock star que s’est offert le Bâlois la semaine dernière à Perth, transformant un anecdotique tournoi exhibition, la Hopman Cup, en événement sportif de ce début d’année. Un simple entraînement du maître a attiré plus de 6000 spectateurs. Du jamais vu. Cette compétition bon enfant a permis à ce dernier de retrouver le rythme de la compétition avant le véritable premier test que sera l’Open d’Australie, mais aussi de soigner son image, multipliant les blagues potaches sur et en dehors du court.


Un show son et lumière digne d’une rockstar accompagne l’entrée du maître sur le court de la Hopman Cup, le 4 janvier. Photo: Imago

Dernier tour de piste

Mais Roger Federer n’est pas revenu pour amuser la galerie. Il a encore faim de victoires. «Il est prêt à remporter des tournois, confirme ainsi René Stammbach, président de Swiss Tennis. Roger est en superforme.» Reste que le champion est aujourd’hui âgé de 35 ans, et chacun est conscient qu’il vient d’entamer son dernier tour de piste. Les questions se bousculent. Sera-t-il capable de décrocher ce 18e titre en Grand Chelem tant espéré, écrivant une nouvelle ligne à sa légende? Ou au contraire verra-t-il son étoile pâlir en raison de résultats en dents de scie?

«Il continuera de briller, promet Georges Deniau, ancien entraîneur de l’équipe suisse de Coupe Davis. Il reste le meilleur joueur de tous les temps. Il nous réservera encore de magnifiques matchs. Mais son âge commence à devenir une limite.» Le Français doute que Roger Federer puisse encore aller jusqu’au bout d’un tournoi du Grand Chelem avec sa succession de rencontres en cinq sets. Un avis que ne partage pas Marc Aebersold, ancien joueur pro et auteur du livre Ce que j’apprends de Federer (2011). Celui-ci est persuadé que le joueur suisse ira claquer un dernier titre majeur. «Il faudra être très, très fort pour lui barrer la route à Wimbledon», prédit le Genevois, qui anticipe une année 2017 très ouverte, avec un Djokovic rassasié, un Murray peu solide et une nouvelle génération qui peine à s’imposer.

Plusieurs indicateurs sont en tout cas au vert du côté de Roger Federer. Bien que trentenaire, lui qui a toujours soigné sa préparation physique apparaît très affûté. Il a su également modifier son jeu, toujours plus offensif, pour raccourcir les échanges et, ainsi, ménager son corps et surtout son dos, son véritable talon d’Achille. L’homme est bien entouré. Son organisation et ses moyens financiers lui permettent d’emmener toute sa tribu avec lui autour du monde. Surtout, il est heureux. Il prend un énorme plaisir à jouer. Peut-être plus que jamais. «Au début de ma carrière, je restais concentré durant les matchs, confiait récemment l’intéressé à la radio Europe 1. Maintenant, je me laisse envahir par le soutien du public, je profite.»

«Au moins deux saisons»

Il est enfin certain que, tant qu’il sentira qu’il peut gagner, l’homme aux 17 titres du Grand Chelem ne rangera pas sa raquette. «Nous le verrons encore au moins deux saisons», assure René Stammbach, en écho à Roger Federer qui déclarait en novembre dernier qu’il reviendrait «pour quelques années, pas pour quatre ou cinq tournois». Mais même les diamants ne sont pas éternels, et la fin de carrière de RF se rapproche. Inexorablement. Lui-même ne sait pas encore quand il arrêtera, même s’il espère pouvoir décider de la date de son dernier match et qu’elle ne lui sera pas imposée par une blessure. Une retraite redoutée par beaucoup.

«Il y a une vraie crainte parmi les dirigeants du tennis mondial, reconnaît Julien Reboullet, chef de la rubrique tennis du journal L’Equipe. Roger Federer, c’est les Rolling Stones, une star qui transcende le monde du sport. Après son départ, il y aura une chute d’audience et d’affluence.» Des pertes qui pourraient pousser l’ATP à prendre des mesures, aujourd’hui contestées par les joueurs, dans le but de rendre les rencontres plus télégéniques: passer les sets de six à quatre jeux gagnants et supprimer le let au service, par exemple. La durée des matchs sera réduite, mais le jeu en sera d’autant dénaturé. Sportifs et amateurs ont compris qu’avec la fin de la carrière de Roger Federer se terminerait un certain âge d’or. A chaque déclaration du maître, la planète tennis retient dorénavant son souffle.