Aller au contenu principal
Publicité
© Jean Revillard / Rezo

Les sauveurs du glacier du Rhône

Publié dimanche 2 septembre 2018 à 07:11
.
Publié dimanche 2 septembre 2018 à 07:11 
.
Chaque jour, un photographe sélectionne et raconte les coulisses d’une image qui l’a marqué.
Publicité

Découvrez toutes les images marquantes, insolites, inattendues, dures, drôles, touchantes, commentées par des photographes professionnels. ---->


Jean Revillard / Rezo
Glacier du Rhône, Gletsch VS juin 2018
Anna Pizzolante
 

L’ANALYSE DE JEAN REVILLARD
Fondateur de l’agence Rezo.ch, il est une des grandes voix de la photographie documentaire suisse aux multiples récompenses.

«L’un des symboles du désespoir humain face à la mutation du climat»

Ce n’est pas la dernière fois qu’on vous montrera les tissus recouvrant une partie du glacier du Rhône. Au beau milieu d’un été particulièrement caniculaire, ces images de textiles protégeant la glace ont fait le tour du monde. Elles vous parlent du changement climatique.

Mais, ces étoffes ombragent plutôt l’attraction touristique du glacier. Une grotte assez kitsch réaménagée chaque année.

Devenues l’un des symboles du désespoir humain face à la mutation du climat, ces couvertures sont un piège esthétique qui ramasse dans sa toile n’importe quel photographe.

Et pourtant, le glacier fond quand même, le climat change aussi, un vrai dilemme. J’ai choisi le point de vue aérien. Il fusionne les matières. Ces fameux tissus me font penser à un iceberg à la dérive qu’on retrouverait là, des dizaines d’années plus tard, envasé au milieu des moraines.

Suivez Jean Revillard sur
Web: www.rezo.ch
Instagram: @jean_revillard
Twitter: @JRevillard
Facebook:@Jean Revillard


Sedrick Nemeth
Coteaux de Bramois, Valais, 2018.
sedrik nemeth
 

L’ANALYSE DE SEDRIK NEMETH
Photographe gourmand qui sillonne la Suisse en général et le Valais en particulier.

«Le soleil sort et je dégaine»

Montée au filet sans raquette ni balles, pendant que Roger et Stan suent sur le court.
Ici au clos du Beauregard à Bramois, nous nous efforçons de mettre les filets afin de protéger la récolte du labeur de l’année contre les éventuels prédateurs gourmands et friands de sucre sur ce beau fruit qui nous donnera un excellent nectar à déguster sans modération. J'aide mes amis, l'appareil autour du cou. Le soleil sort et je dégaine. Photographe à toute heure, j'aime cueillir ces moments fugaces.

Suivez Sedrik Nemeth sur:
Web: www.neva-images.com
Websta.one: @nemethsedrik
Facebook:@Sedrik Nemeth


Blaise Kormann
La Havane, Cuba, le 14 août 2015, 10:20: inauguration historique de l'ambassade américaine, après plus de 50 ans de guerre froide, durant laquelle la Suisse a représenté les USA. 
Didier Martenet
PortraitPortrait de Blaise Kormann

L’ANALYSE DE BLAISE KORMANN

«Dans la foule, du coin de l'oeil, je vois Didier Burkhalter»

C'était un moment historique. Mon cadrage était évidemment sur John Kerry, le secrétaire d’état du président Obama, en plein discours. Soudain, le voilà qui remercie la Suisse pour son rôle.
Dans la foule, du coin de l'oeil, je vois Didier Burkhalter, notre ministre des affaires étrangères, faire un geste. J'ai décalé mon angle et capturé en une fraction de seconde la sorte de révérence, émue, du ministre qui salue l’assistance. La photo m'intéresse car elle montre cet espèce de moment décisif, capturé sur le vif.


Keystone / ALESSANDRO DELLA VALLE
KEYSTONE – ATS. Nadine Masshardt, conseillère nationale PS BE (dr.) et Lisa Mazzone, conseillère nationale, Les Verts GE,  accomplissent une action symbolisant la transparence, mercredi 29 août 2018 à Berne. 
DR
Laurent Gilliéron

L'ANALYSE DE LAURENT GILLIÉRON

Photographe professionnel depuis 20 ans et chef photographe adjoint de l'agence Keystone-ATS

«Essayer d’illustrer en images des thématiques très peu visuelles»

Être photographe de presse c’est aussi essayer d’illustrer en images des thématiques très peu visuelles telle que l’initiative pour plus de transparence dans le financement des partis politiques suisses. Les initiateurs ayant compris que les médias actuels sont demandeurs d’images afin d’illustrer leurs articles, organisent quelques fois des conférences de presse se transformant en action visuelle.

Pour en revenir à l’image, malgré le fait que la totalité de la scène ne soit pas photographiée, on comprend très rapidement qu’il s’agit de nettoyage, de transparence et de politique. Le simple apport des bras, d'un bout de mot «transp» et de la silhouette du Palais fédéral y on suffit. Les images de presse étant généralement regardées dans un petit format (par exemple sur les smartphones) il est donc très important que le lecteur s’y retrouve facilement. Mission accomplie dans ce cas.

Suivez Alessandro della Valle chef photographe Keystone-SDA
Web: www.dellavalle.net
Instagram: advkey
Facebook: @AlessandroRFdellaValle


 

Keystone / PETER KLAUNZER
KEYSTONE – ATS. Un collaborateur de la centrale nucléaire de Muehleberg est revêtu d'une combinaison de protection lors d'une opération de maintenance, le 29 août 2018 à Muehleberg.
DR
Laurent Gilliéron

L'ANALYSE DE LAURENT GILLIÉRON

Photographe professionnel depuis 20 ans et chef photographe adjoint de l'agence Keystone-ATS

«Pouvoir entrer dans des endroits où le public n’a que très peu d’accès»

La photographie est la plupart du temps intéressante pas son esthétisme, elle peut l’être également par le fait de sa rareté. Cette image est certes bien composée mais elle reste banale si l’on enlève le fait que cette scène se passe dans une centrale nucléaire helvétique. En effet, Peter a eu l’occasion de photographier une opération de maintenance dans la centrale de Mühleberg. Bien que ce ne soit pas une première, le fait de pouvoir entrer dans des endroits où le public n’a que très peu d’accès rend rapidement ce genre de reportage intéressant. Les critères ci-dessus ainsi que les circonstances de la politique énergétique 2020 de notre pays donnent à ces images un grand potentiel de parution.        

Suivez Peter Klaunzer photographe Keystone-SDA
Facebook: @peter.klaunzer


Keystone / VALENTIN FLAURAUD
KEYSTONE – ATS. Un groupe d'environ 50 parapentes se prépare à sauter lors de l'"Acro Show" sur le lac Léman à Villeneuve, dimanche 26 août 2018. 
DR
Laurent Gilliéron

L'ANALYSE DE LAURENT GILLIÉRON

Photographe professionnel depuis 20 ans et chef photographe adjoint de l'agence Keystone-ATS

«Le photographe a pensé ici à dégainer son drone juste avant le décollage»

Prendre de la hauteur. Valentin avait comme mission ce jour-là d’illustrer la rencontre des meilleurs parapentistes du monde à l'occasion de la 10e édition de l'Acro Show. Pour ceci il a effectué plusieurs vols en biplace au milieu de dizaines de parapentes. Quelques clichés fort sympathiques en sont sortis. Cependant l’image que je mets en avant ici n’est pas une image que Valentin a faite depuis les airs, enfin pas directement. Le photographe a pensé ici à dégainer son drone juste avant le décollage, pour immortaliser les voiles posées dans la pente avant le grand saut. Très bonne idée car l’angle est inattendu, de plus, heureux hasard, les parapentes forment ensemble un croissant ressemblant à une voile géante ce qui permet à l’image de se lire à plusieurs échelles de grandeur.


Suivez Valentin Flauraud photographe freelance Keystone-ATS
Web: www.vfpix.com
Instagram: vflpix
Facebook: @valentin.flauraud


Keystone / PETER KLAUNZER
KEYSTONE - ATS. Le président de la Confédération Alain Berset et sa femme Muriel Zeender Berset regardent des chambres où se trouvent encore les véritables impacts de balles de la guerre civile libanaise. Beirut, Liban, dimanche 26 août 2018.
DR
Laurent Gilliéron

L'ANALYSE DE LAURENT GILLIÉRON

Photographe professionnel depuis 20 ans et chef photographe adjoint de l'agence Keystone-ATS

«Ceci amène un brin de curiosité ainsi qu’un peu de légèreté à cette lourde et tragique atmosphère.»

Alain Berset a effectué en ce début de semaine une visite officielle au Liban, la première d’un président de la Confédération suisse dans ce pays depuis 10 ans. Deux points forts se retrouvent dans ce cliché, le premier et le principal est la lumière. Cette lumière bien qu’artificielle met parfaitement en valeur les trous d’obus de la dernière guerre civile du Liban. Le Président de la Confédération observant ces stigmates reste dans l’ombre tout en restant reconnaissable, ceci grâce au fait que la mise au point soit faite sur lui. Le deuxième point fort est l’arrière-plan, ou l’on voit la Première dame observer d’un léger geste le reste de la pièce, ceci amène un brin de curiosité ainsi qu’un peu de légèreté à cette lourde et tragique atmosphère.

Suivez Peter Klaunzer photographe Keystone-SDA
Facebook: @peter.klaunzer



Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré