Thomas Buchwalder pour la Schweizer Illustrierte
Sept ans après s’être rencontrés, Linda et Marco se sont passé la bague au doigt. Mais ils gardent chacun leur nom de famille.
Romance

Un mariage de conte de fées pour Linda Fäh

11 juillet 2017

Couronné Miss Suisse en 2009, la jolie blonde, âgée de 29 ans, a épousé Marco Dätwyler, 33 ans, sur les rives du lac de Côme et sous la pluie. Mariage pluvieux, mariage heureux.

Le cauchemar de toute jeune mariée semblait bien s’être finalement glissé dans le programme: le soleil, qui avait été radieux durant toute la journée, disparaît soudain derrière de gros nuages au-dessus du lac de Côme, juste au moment fatidique, celui de l’échange des vœux et des alliances.


«Parfois, Marco se révèle être un parfait gentleman», se réjouit l’ex-reine de beauté. Ils semblent aussi bien se compléter quand il s’agit, comme ici, de jouer avec humour une scène d’anthologie. Photo: Thomas Buchwalder pour la Schweizer Illustrierte

Linda Fäh et Marco Dätwyler avaient opté pour un mariage au sud des Alpes pour se mettre la météo de leur côté. Mais voici qu’au moment de passer aux solennités devant les invités, alors que retentit le tube de Bruno Mars Just the Way You Are, les premières gouttes se mettent à tomber. Main dans la main, les jeunes mariés courent se mettre à l’abri. «Le timing était parfait! Une bénédiction venue d’en haut!» s’exclame la mariée rayonnante une fois réfugiée dans la Villa Carlotta, lieu des réjouissances.

Danseur malgré lui

La Miss Suisse, devenue animatrice et chanteuse, et son mari se sont connus le 31 décembre 2010 dans la station de ski d’Ischgl, en Autriche. Quatre ans plus tard, ce cadre d’une firme de technologie médicale la demandait en mariage à Hawaï. Il lui a fallu attendre encore trois ans pour qu’en ce 1er juillet 2017, sa Miss devienne sa femme. Ces deux personnalités semblaient faites l’une pour l’autre: «Dès le début, nous nous sommes entendus à merveille», dit-il. «Oui, tu me fais rire et me taquines tous les jours. Si nous avons décidé de nous marier, c’est que nous sommes convaincus de faire notre vie ensemble et que nous voulons approfondir notre relation.» Mais tous deux se sont donné encore quelques années avant de fonder une famille.


A peine les jeune mariés ont-ils eu le temps d'échanger leur vœux que la pluie est venue bénir leur union. Un bon présage, si l'on en croit l'adage populaire. Photo: Thomas Buchwalder pour la Schweizer Illustrierte

Retour au mariage et deuxième contrariété après la pluie: «Je déteste danser», grommelle le marié. «Et je déteste que tu détestes ça», réplique sa jeune épouse. Mais pour ce grand jour, ils ont étudié une chorégraphie de cinq minutes avec un professeur, sur un savant montage de huit morceaux de musique, alliant notamment Dirty Dancing à du Michael Jackson. Et tous les invités de tomber sous le charme de cette danse nuptiale, même si, contre toute attente, c’est la mariée qui est sortie du rythme. «C’est un juste retour des choses. Je t’ai tellement torturé durant six mois avec ça», dit-elle en riant à Marco. Avec trois semaines de lune de miel aux USA et dans les Caraïbes, les jeunes mariés pourront se remettre 
de toutes ces émotions.

Texte: Aurelia Forrer traduit et adapté par L'illustré