AFP / Thomas Samson
Bono et sa bande donneront plusieurs grands concerts en Europe entre les mois de mai et la fin juillet 2017. Ils pourraient parfaitement faire l'événement à Paléo.
Festivals

Et si U2 était la tête d’affiche de Paléo 2017?

09 janvier 2017

Inspirés par les premières annonces des grands concerts de l’été 2017, les fans de rock romands se mettent à rêver en songeant au prochain Paléo, qui réussirait un sacré coup en invitant le groupe irlandais sur la Grande Scène.

Disons-le sans détour: on aime Paléo. On l’aime tellement qu’on attend chaque année monts et merveilles de sa programmation et qu'on est toujours un tantinet déçu. Pourquoi? Parce que la Rolls Royce des festivals rock pêche souvent par manque d’audace. Contrairement à ses homologues alémaniques, qui n’hésitent pas à casser leur tirelire pour réussir un coup de maître, quitte à s'endetter - on pense aux Rolling Stones, têtes d’affiche du festival Out in the Green de Frauenfeld en 1998 -, la bande à Daniel Rosselat préfère satisfaire le plus grand nombre, quitte à renoncer à quelque super groupe qui suffirait pourtant à établir sa renommée largement au-delà de nos frontières.

Bon, c'est vrai, Paléo n’a pas besoin de pub. Il le prouve chaque année en épuisant le nombre de billets disponibles en quasiment moins de temps qu'il ne fait pour le dire. Mais si en Suède ou au Danemark, terres éminemment rock, en Grande-Bretagne aussi, rares sont les fans de rock lambda qui connaissent le Paléo Festival, essentiellement parce qu’on y cultive l’éclectisme plutôt que l'exceptionnel. A la décharge du festival nyonnais, on dira qu'il a connu quelques désillusions avec les plus gros vendeurs de disques - on se souvient de la prestation calamiteuse des Anglais du groupe Oasis: un traumatisme.

N’empêche, année après année, les plus anciens fidèles continuent de croire qu’un miracle reste possible à Paléo et que le jour viendra où, au mois d’avril, lors de la présentation du programme, le nom des Red Hot Chili Peppers, d’AC/DC , des Foo Fighters, de Guns N' Roses ou même de Beyoncé (cherchez l'erreur) sortira du chapeau pour mettre leur coeur en émoi. On a le droit de rêver, non?

Il y a deux ans, pour le 40ème Paléo, la venue de David Bowie semblait possible. Quel pied cela aurait été! Il est maintenant sûr et certain que le roi David ne chantera jamais à Nyon. Dommage.

Bono en France fin juillet

Le mois de janvier marque généralement les premières annonces des grands concerts de l’été, en particulier chez nos voisins français. Et c’est ce qui nous laisse croire qu’un concert de U2, le plus grand groupe rock du monde après les Stones - disons les choses comme elles sont - est parfaitement envisageable à Paléo. Pourquoi? Tout simplement parce que la bande à Bono, qui célèbre cette année les 30 ans de l’album The Joshua Tree - son meilleur pour beaucoup, incluant les tubes With or Without You et I Still Haven't Found What I'm Looking for -, sera de passage en France fin juillet. U2 donnera en effet un concert au Stade de France, à Saint-Denis, le mardi 25 juillet.

Pour célébrer l’anniversaire de Joshua Tree, le groupe irlandais effectuera une tournée des stades entre mai et août 2017. Huit représentations ont été agendées à Paris donc, Londres, Berlin, Rome, Barcelone, Dublin, Amsterdam et Bruxelles.

A priori, pas de festivals donc, ce qui n’étonnera personne, mais en vérité, il y aura forcément la place pour une date en Suisse. Celui qui emportera la mise sera celui qui signera le chèque le plus généreux, c’est à peu près sûr. Intulie d'appeler les bureaux de Paléo maintenant: la politique du festival consiste à garder la programmation secrète jusqu'à la traditionnelle conférence de presse du mois d'avril. On ne nous dira rien. Ce qu'on sait en revanche, c'est que Jacques Monnier, le responsable de la programmation de Paléo, est un vrai fan de rock qui rêve par exemple d'une soirée revival avec Cat Stevens. Il sait rêver les choses en grand, alors pourquoi pas U2? Si Bono, The Edge et les autres débarquent le samedi 22 juillet sur la Grande Scène à Paléo, on en parlera dans le monde entier.