Enrico Cano
Eglise de San Giovanni Battista - Mogno
Architecture

Les 10 merveilles architecturales du Tessinois Mario Botta

16 mai 2018

Sur les 22 réalisations ou projets de Mario Botta présentés à Locarno, nous en avons sélectionné dix présentés ci-dessous et couvrant trente années de la carrière de l’architecte tessinois. Dans la plupart, on retrouve son attachement à la symétrie et son goût des volumes géométriques avec une affection particulière pour les cylindres tronqués. On remarque également une manière toute personnelle de donner aux ouvertures zénithales de ses puits de lumière des formes originales en triangle, demi-lune ou lame. Ses matériaux de prédilection, la brique et la pierre parant le béton sont omniprésents.

 

________________________________________________

Ce contenu est sponsorisé par Ascona-Locarno capture_decran_2018-05-16_a_16.32.36.png

Si la région du Lac Majeur au Tessin est très connue pour être un magnifique endroit où passer ses vacances d’été, cette année, les amoureux de l’art et de l’architecture ont une raison de plus d'y aller: l'exposition «Spazio Sacro» de Mario Botta (du 25 mars au 12 août 2018).

Participez dès maintenant à notre concours pour gagner un séjour culturel au Lac Majeur, en cliquant ici!

________________________________________________

 

capture_decran_2018-05-16_a_15.51.09_0.png

Eglise Saint-Jean-Baptiste, Mogno (TI) – Suisse, 1986-1996

 «Le témoignage de la sensibilité d’un homme d’aujourd’hui sur la lutte ancestrale entre l’homme et la montagne»*

En 1986, la petite chapelle du XVIIe siècle de San Giovanni Battista à Mogno, dans la vallée de la Maggia, fut emportée par une avalanche. La nouvelle église se situe sur le même emplacement et respecte les dimensions modestes de la salle d’assemblée d’origine. Le bâtiment, résolument contemporain, conserve une force archaïque grâce à l’usage de formes géométriques essentielles comme l’ellipse, le cercle et le triangle. Le volume cylindrique central à base elliptique sert d’élément de résistance contre l’éventuelle répétition d’une avalanche.**

 

capture_decran_2018-05-16_a_15.58.56.png

Cathédrale de la Résurrection, Evry – France, 1988-1995

«La rhétorique de la France éternelle transposée dans une ville nouvelle en gestation»

La cathédrale de la Résurrection, comme Mogno mais à une autre échelle, se base sur une structure simple formée par un corps de bâtiment cylindrique coupé en diagonale. La partie la plus haute de l’édifice donne sur une place, tandis que la partie la plus basse relie au complexe résidentiel. La cathédrale s’ouvre vers le ciel par un raccordement vitré entre le cercle formé par le haut du cylindre et le triangle opaque du toit. Le choix de planter une série d’arbres sur la circonférence du toit suggère l’image d’une auréole suspendue sur la ville.

capture_decran_2018-05-16_a_16.00.46.png

Chapelle de Sainte-Marie-des-Anges, Monte Tamaro (TI) – Suisse, 1990-1996

«Un clou de pierre à l’intérieur de la montagne»

Depuis la montagne s’étend un chemin tendu qui soit mène à un belvédère, soit descend à l’intérieur de deux murs vers l’entrée de l’église. L’espace intérieur, structuré en trois nefs, est caractérisé par le contraste entre les murs du périmètre circulaire en chaux éteinte (grassello) noire et les façonnements linéaires blancs du plafond.

capture_decran_2018-05-16_a_16.04.52.png

Synagogue Cymbalista et Centre culturel juif, Tel-Aviv – Israël, 1996-1998

«La recherche d’un équilibre entre des laïcs et des religieux qui doivent vivre les mêmes contradictions au quotidien. Un thème toujours d’actualité en Israël»

Le projet devait répondre au besoin de construire un seul édifice pour deux activités distinctes, une synagogue et une salle de conférences. D’où cette base rectangulaire à partir de laquelle s’élèvent deux volumes cylindriques. Dans chaque corps de bâtiment, quatre arcs de cercle obtenus par l’inscription du toit carré dans le périmètre circulaire se transforment en lunettes et diffusent la lumière zénithale le long des parois internes. Le revêtement extérieur est en pierre de Prun de Vérone et le revêtement intérieur en pierre dorée.

capture_decran_2018-05-16_a_16.07.26.png

Façade de l’église de Saint-Antoine-Abate, Genestrerio (TI) – Suisse, 1999-2003

«Une façade peinte en trompe-l’œil, la richesse des pauvres, remplacée par une vraie façade en pierre rouge de Vérone»

Cette nouvelle façade en pierre taillée constitue un élément contemporain comparé au volume de l’église du XVIIe siècle en arrière-plan. Le nouveau portail façonné en pierres sur les trois côtés se détache du fil du mur d’entrée et atteint une profondeur d’environ 3 mètres. Le réaménagement du parvis fait le lien avec la maison paroissiale, la première œuvre de Mario Botta édifiée en 1963.

capture_decran_2018-05-16_a_16.08.36.png

San Carlino, lac de Lugano (TI) – Suisse, 1999-2003

«Un mystère né de la représentation décontextualisée à l’échelle 1/1, en coupe, du chef-d’œuvre de Borromini»

Ce modèle à l’échelle réelle d’une section transversale de l’église de San Carlo alle Quattro Fontane de Rome a été créé à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de l’architecte tessinois Francesco Borromini dont le profil a longtemps orné le billet de 100 francs suisses. Cette surprenante œuvre éphémère, constituée de 35 000 plaques de bois d’une épaisseur de 4,5 centimètres et d’une hauteur de 33 mètres, construite à l’aide de dizaines de personnes sans emploi, a été placée sur une plateforme carrée flottant dans le port de Lugano.

capture_decran_2018-05-16_a_16.09.38.png

Eglise de Santo Volto, Turin – Italie, 2001-2006

«Une église implantée sur le lieu d’une ancienne usine métallurgique de Fiat en conservant la cheminée, entourée d’une spirale d’acier, mémoire de la culture ouvrière»

De plan heptagonal, cette église est formée de sept tours principales autour desquelles sont disposées sept chapelles d’une hauteur plus basse. Leurs extrémités supérieures, tronquées, servent de puits de lumière. A l’intérieur, le plafond pyramidal surplombe la vaste salle d’assemblée dans un jeu d’alternance de puits de lumière et de parois pleines. Le visage du Christ est reproduit sur la paroi absidale par une mosaïque de pierre.

capture_decran_2018-05-16_a_16.12.34.png

Couvent et église de la Divine Providence, Lvov – Ukraine (en construction)

«Une église de rite orthodoxe bâtie autour de l’iconostase, la paroi ornée d’icônes qui sépare les fidèles du clergé officiant»

Ce projet double comprend un centre missionnaire d’aide aux pauvres et aux jeunes de la région de Lvov avec une structure d’accueil installé dans un petit couvent et une église catholique grecque à plan central coiffée d’une grande coupole abritant un espace décagonal dont trois côtés sont isolés par une paroi formant iconostase.

capture_decran_2018-05-16_a_16.15.29.png

Basilique de Notre-Dame-du-Rosaire, Namyang – Corée du Sud (en construction)

«Ma plus grande église pouvant accueillir 2600 fidèles à l’intérieur implantée comme un signal géographique au fond d’une vallée»

L’édifice est composé d’une grande basilique pouvant accueillir 2300 fidèles assis dans sa partie supérieure et 330 dans la chapelle installée dans la partie inférieure. La façade principale se caractérise par deux grandes absides cylindriques d’une hauteur de 40 mètres au milieu desquelles se trouve un belvédère équipé d’une terrasse panoramique. La lumière naturelle filtre au travers de deux grandes lucarnes couronnant les absides.

capture_decran_2018-05-16_a_16.16.49.png

Mosquée, Yinchuan (Ningxia Hui) – République populaire de Chine (projet)

«Un pari architectural avec une mosquée qui regardera vers l’ouest, en direction de La Mecque, dans une course de la lumière inversée»

Le projet combine une aire commerciale et une mosquée surmontée d’un minaret placé sur le côté ouest du complexe regardant vers La Mecque. L’édifice sacré comprend deux parties: un lieu carré central dédié au culte et un second lieu, en U, plus bas, réservé aux pratiques dévotionnelles. Une grande galerie couverte délimite la parcelle et unifie les différents édifices.

 

* Les citations commentaires concernant chacune de ces œuvres sont de Mario Botta.

** Le descriptif des ouvrages est tiré du livre-catalogue «Architecture et mémoire» édité à l’occasion de l’exposition au Centre Dürrenmatt de Neuchâtel en 2011 et du livre-catalogue «Spazio Sacro» édité à l’occasion de l’exposition de cet été à la Pinacoteca Comunale Casa Rusca de Locarno.