Getty Images
L'entraîneur allemand du FC Liverpool, Jürgen Klopp, n'entend pas faire de la figuration cette année en Ligue des champions. Les Reds ont une carte à jouer!
Football

Les Reds ne feront pas de figuration en Ligue des champions

12 septembre 2017

Après deux ans d'absence, Liverpool retrouve la principale compétition de clubs continentale mercredi, avec un match face à Séville qui s’annonce délicat. La bande à Jürgen Klopp mérite-t-elle de retrouver sa place parmi les grands d’Europe? Les amoureux du club y croient dur comme fer.

 

Quand Jürgen Klopp est arrivé en octobre 2015, il a fait une promesse, sous forme de boutade: "Si je suis encore ici dans quatre ans, je crois que nous gagnerons un titre. Sinon, mon prochain club pourrait être en Suisse", avait lancé, sous forme de boutade, l’entraîneur allemand Jürgen Klopp en débarquant à Liverpool en octobre 2015, après un magnifique début de carrière à Dortmund avec le Borussia. Soit dit en passant, nous serions ravis de pouvoir le récupérer en Super League, à la tête du FC Bâle, des Young Boys ou même de tout autre club.

Voilà bientôt deux ans que le technicien allemand, qui a fait aimer à l’Europe entière le jeu tourné vers l’attaque du Borussia Dortmund, officie sur les bords de la Mersey, outre-Manche. Avec un succès indéniable, même si les Reds sont encore loin d’avoir retrouvé l’importance qui était la sur le plan européen à la fin des années 70, quand un certain Kevin Keegan leur chemin ou, plus tard, sous la houlette de Kenny Dalglish, du Français Gérard Houiller ou du coach espagnol Rafael Benitez, vainqueur de la dernière Ligue des Champions en 2005, face à l’AC Milan.

L’arrivée de Jürgen Klopp, réputé pour son fameux «gegenpressing» et pour sa gestion enthousiaste du vestiaire, a permis à Liverpool de sortir d’une période moins faste, même si à Anfield, personne n’a oublié l’apport du buteur uruguayen Luis Suarez, transféré au FC Barcelone en 2014 pour 85 millions d’euros.

Klopp a porté son équipe en finale de l'Europa League 2016, où elle a été vaincue par le FC Séville que les Reds retrouveront justement mercredi soir. Il y aura assurément un parfum de revanche dans ce match.

Que valent les Reds cette saison? Franchement, ils apparaissent solides, grâce à Mané, l’homme en forme du moment, même s’il a été expulsé samedi face à Manchester City pour jeux dangereux, à Firmino, à l’Egyptien Mohamed Salah, arrivé de l’AS Roma et dont la vitesse sur le côté droit est un facteur de danger constant. En Premier League, l’équipe-type de Klopp n’a pas pu encore jouer, le Brésilien Coutinho étant resté un peu à l’écart du groupe pendant le mercato en rêvant du Barça…

Certes, Liverpool a pris cinq buts sans en marquer un seul contre le Manchester City de Guardiola samedi dernier, mais avant l’expulsion de Mané, le jeu était parfaitement équilibré et le score vierge et stérile. En réalité, les Reds ont retrouvé une âme et de l’allant, comme le Manchester United de José Mourinho et on ne serait pas surpris de les retrouver luttant pur le titre à l’issue de la saison tant le groupe semble bien équilibré.

Alors bien sûr, les spécialistes ont critiqué l’attitude de Liverpool, qui a baissé les bras après l’expulsion de Mané et n’a pas su bousculer les Cityzens. C’est vrai, mais en même temps, tout le jeu de Liverpool s’articule en ce moment autour de Mané. Sans lui, il manque l’essentiel. Sans doute que Coutinho sera lui aussi capable de secouer le groupe, quand Klopp l’aura décidé. L’entraîneur allemand n’est pas né de la dernière pluie, aussi peut-on parier qu’en Ligue des champions, il saura obtenir le meilleur de ses joueurs.

Anfield rêve d’une nouvelle campagne européenne conquérante et il est certain que le coeur de l’Europe tout entière battra à l’unisson avec celui des Reds lorsque leurs supporters entonneront le célèbre You’ll never walk alone mercredi soir. Avec un Mané assurément intenable et flamboyant, comme à chaque match depuis le début de la nouvelle saison, et peut-être un Philippe Coutinho à la baguette.