Getty Images
De 4 à 8 mm de longueur, le corps de la punaise de lit lui permet de se glisser dans des endroits minuscules.
Conseils

Quand les punaises s’invitent chez vous

29 novembre 2017

La punaise de lit passait pour disparue. Or, depuis quelques années, elle fait son grand retour. Découvrez ce que l’on peut entreprendre chez soi contre cette vermine.

«Alerte aux punaises de lit dans un immeuble locatif!» titrait le Blick en décembre. Et ce n’était pas la première nouvelle du genre: le Bureau zurichois de lutte contre les parasites signalait, en 2012 déjà, que les bestioles prenaient leurs aises dans les lits helvétiques. Et en juillet 2014, c’étaient les Genevois qui sonnaient l’alerte, après que les exterminateurs de vermine eurent enregistré trois fois plus d’appels à l’aide pour cause de punaises de lit en six mois que durant toute l’année précédente. Un mois plus tard, on découvrait dans un avion Swiss un nid de punaises et il a fallu retirer temporairement l’appareil du trafic.

La plupart des punaises de lit ne font pas les gros titres. Leur retour effectif remonte à quelques années. «Nous avons constaté une augmentation marquée il y a quatre ou cinq ans», signale l’exterminateur zurichois Roman Dändliker. Lorsqu’il s’est lancé, il y a vingt ans, ces parasites ne faisaient pas l’actualité, se rappelle le patron et propriétaire de l’entreprise Biozida. «J’en trouvais peut-être deux ou trois fois par an.» Aujourd’hui, il est sollicité plusieurs fois par semaine, avec de notables fluctuations saisonnières et un pic après les vacances. Il ne semble pas y avoir de notables différences régionales: la punaise de lit prospère entre les draps de tout le pays.

La multiplication des voyages lointains est sans cesse évoquée, et c’est vrai qu’on les ramène souvent d’ailleurs. Mais, pour l’entomologiste allemand Klaus Reinhardt, c’est une explication insuffisante: «On dit ça dans tous les pays, ce qui permet de rejeter la responsabilité sur les voisins.» On ne sait pas trop d’où ressurgit la vermine sans crier gare ni, surtout, pourquoi. Une seule chose est sûre: elle ne vient pas d’Asie, sans quoi nous partagerions notre couche avec une autre espèce qui n’existe qu’en Orient.

Klaus Reinhardt pense que la punaise n’a jamais vraiment disparu chez nous et qu’elle a survécu discrètement. Si elle a pu se multiplier si brusquement, c’est avant tout parce qu’on ne la connaît plus. L’étude que ce professeur a publiée en 2013 en Allemagne appuie sa thèse: à la vue d’une punaise, seules 12% des personnes interrogées ont su dire de quoi il s’agissait et un quart pensait avoir affaire à une tique.

Roman Dändliker fait un constat analogue. Il réussit à tranquilliser la moitié des clients qui l’alertent pour des punaises de lit: «Il s’agit en réalité souvent de puces ou d’acariens d’oiseaux qui tombent sur les humains quand ils quittent leur nichoir.» Pour s’en débarrasser, il suffit de nettoyer les nichoirs.

Avec les punaises de lit, cest plus compliqué. Cela tient là aussi à la méconnaissance. Toujours selon l’étude de Klaus Reinhardt, 44% des gens ne savent pas que faire en cas d’infestation de punaises de lit. Et nombre de ceux qui croient avoir une solution contribuent surtout à aggraver le problème: ils recourent à un insecticide en spray et chassent les bestioles dans les autres pièces. Car il est pratiquement impossible de tuer les punaises de lit avec les produits en libre accès dans le commerce.

Cette résistance à presque tous les poisons est également une explication à la prolifération rapide des punaises. D’autres mesures telles que le lavage des draps ont souvent tendance à empirer les choses, car si on ne lave pas assez chaud, les parasites peuvent survivre dans le lave-linge et continuer de proliférer. Tous ces facteurs incitent Isabelle Landau Lüscher, du Bureau zurichois de lutte contre les parasites, à conclure avec fatalisme: «Désormais, les punaises de lit font de nouveau partie de notre quotidien.»