Getty Images
Roger Federer l'emporte à Wimbledon pour la huitième fois. Son total de titres en Grand Chelem se porte maintenant à dix-neuf!
Tennis

Roger Federer n’aura pas perdu un set à Wimbledon

16 juillet 2017

En Grande-Bretagne, la reine Elizabeth II règne partout, sauf peut-être à Wimbledon où le souverain se nomme Roger Federer. Le Bâlois a vaincu dimanche le Croate Marin Cilic en trois sets, remportant le tournoi pour la huitième fois – un record – portant ton total de victoires en Grand Chelem à dix-neuf désormais. Fantastique.

 

6-3, 6-1, 6-4 en 1 h 41 min. Inouï. Roger Federer n'a pas laissé la moindre chance à son adversaire, le Croate Marin Cilic, en panne de service, et blessé au pied gauche. La souffrance était d’ailleurs telle pour le joueur des Balkans qu’il s’est effondré en larmes après un set et demi. Pas question pour lui, toutefois, d’abandonner. Face à lui, cependant, un Federer impérial.

"Le sport est parfois cruel. Mais tu t'es battu et tu peux être fier de toi", a soufflé le Bâlois à son challenger à l’issue de la finale.

A 35 ans et 342 jours, Roger Federer est devenu le plus vieux lauréat d'un tournoi majeur dans l'ère professionnelle (depuis 1968). En remportant le tournoi de Wimbledon pour la huitième fois, le Suisse efface des tabelles l'Américain Pete Sampras, et le Britannique William Renshaw, un champion de la fin du 19e siècle avec lesquels il partageait le record de titres.

En attendant de fêter son 36e anniversaire, le 8 août prochain, Roger Federer confirme son retour en grande forme en 2017, lui qui avait sagement choisi de faire l’impasse sur le tournoi de Roland-Garros, sur terre battue, où il savait n’avoir que très peu de chance de s’imposer, pour se concentrer sur Wimbledon. Un choix intelligent dont il profite pleinement aujourd’hui.

Sur herbe, sa surface de prédilection, le Bâlois s'est imposé pour la 9e fois à Halle avant de signer une copie parfaite à Wimbledon, où il n’aura pas cédé le moindre set! "Gagner Wimbledon sans perdre un set, c'est magique. Je n'arrive pas à y croire. C'est trop...", a souligné Federer.