Aller au contenu principal
Publicité
© Darrin Vanselow

9 conseils d’un Big boss aux jeunes (et moins jeunes) 

Publié mercredi 5 septembre 2018 à 08:58
.
Publié mercredi 5 septembre 2018 à 08:58 
.
Michel Masquelier a créé le plus grand groupe mondial de distribution de droits de retransmissions sportives. Ce Belge vivant en Suisse a coaché les concurrents romands de SwissSkills.
Publicité

1. L’«X-factor». «Beaucoup de gens viennent me voir pour travailler chez IMG mais ne savent pas me dire en quoi ils sont différents des autres postulants. Or nous avons tous une baguette magique en nous, ce que j’appelle l’X-factor. Le tout est d’en prendre conscience. Le mien, par exemple, c’est ma sociabilité. Je sais établir un contact amical, respectueux et de confiance avec mes clients, les dirigeants des fédérations sportives, les patrons des chaînes de télévision. Et quand certains d’entre eux ont une mauvaise passe, au lieu de les oublier, je les aide à remonter. Et cela crée des liens solides. Alors mettez le doigt sur votre X-factor, cette qualité qui vous rend différent des autres.»

2. «Il est capital de surmonter les complexes d’infériorité. Acquérir de la confiance en soi, c’est un processus chimique qui augmente ses performances. Si on a du talent mais pas de confiance, on ne va nulle part. Le courage, la témérité, la persévérance, l’ambition sont des qualités fondamentales pour déployer concrètement son talent.»

3. «Il faut aussi de la chance pour avoir du succès. Mais il faut également savoir saisir cette chance quand elle se présente. Essayer, c’est déjà réussir en partie. Ne pas essayer, c’est échouer à coup sûr. Plus on essaie, plus on réussit.»

4. «Il faut anticiper les business de demain. C’est plus vrai que jamais pour les jeunes d’aujourd’hui. La plupart des business de demain n’existent pas aujourd’hui. Il faut donc se préparer à ces changements, à cet avenir flou.»

5.«L’indispensable ambition ne doit pas non plus être démesurée. Il faut prendre en considération la balance entre le succès et le bonheur. Il faut savoir pratiquer le carpe diem et profiter des bons moments de la vie. Croire que le bonheur c’est gagner beaucoup d’argent est une erreur. Je connais des gens très riches et pourtant insatisfaits. Sachons concilier succès et bonheur.»

6. «Il faut savoir surmonter les échecs, du moins quand ceux-ci ne mettent pas sa vie en péril. Tout le monde se plante un jour ou l’autre.»

7. «Se poser les bonnes questions: quelle est ma définition du bonheur, ma situation actuelle, mon ambition?»

8. «Si tu veux, tu peux. Mais encore faut-il savoir ce qu’on veut, disait ma mère. Ce sont la passion et la motivation qui permettent de savoir ce qu’on veut et donc d’avancer.»

9. «Pour atteindre ses objectifs, il faut bosser. Passer du temps à faire des selfies et à regarder la famille Kardashian à la télévision n’amène nulle part. Le temps est précieux, ne le perdons pas de manière stérile. Mais il faut travailler intelligemment. Le nombre d’heures est bien moins important que la qualité du travail.»


Deux exercices pour s’améliorer

Le tableau
Répertorier trois défauts et trois qualités. Et réfléchir, face à ces deux colonnes, à la manière d’améliorer le tout. «Un de mes trois défauts consistait à ne pas gérer efficacement toutes les tâches, toujours plus nombreuses avec les années, que je devais accomplir. Je me suis fait un pense-bête que j’appelle call, write and do («appeler, écrire et faire»). Je me suis alors astreint à appeler les gens, à leur écrire et à faire les choses de cette liste sans attendre. C’est tout simple, mais cela m’a valu plus d’efficacité et de confort dans mon travail.»

La méditation positive
«Respirez en cycle de quatre phases: fermez les yeux et inspirez trois secondes, retenez l’air trois secondes, expirez-le en trois secondes et gardez les poumons vides trois secondes. Cela ralentit le rythme cardiaque et permet d’oublier les pensées négatives, les soucis, le stress qui pourraient par exemple vous pénaliser lors d’un entretien d’embauche, d’un concours ou d’un examen. Imaginez, tout en continuant cet exercice respiratoire, qu’un liquide chaleureux vous envahit par un trou situé au sommet de votre tête. Ou bien pensez simplement à quelqu’un que vous aimez, à un animal que vous appréciez, à une situation agréable. Cet exercice permet de positiver, de créer un état de concentration qui habite son esprit et son corps. Cet exercice m’a aussi beaucoup aidé dans ma vie.»


A LIRE AUSSI:

SwissSkills, le mégashow de l’apprentissage 
Six concurrents Romands aux SwissSkills 2018
Choisir son apprentissage, les conseils d’une spécialiste

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré