1. Home
  2. Actu
  3. 6 conseils d'experts pour négocier une augmentation salariale en période d’inflation

Emploi

6 conseils d'experts pour négocier une augmentation salariale en période d’inflation

Tout augmente, sauf les salaires. Ce n’est pourtant pas une fatalité. Six spécialistes vous donnent des conseils sur la meilleure façon de négocier votre salaire en période d’inflation.

Partager

Conserver

Partager cet article

Négocier une augmentation de salaire

Tout augmente, sauf les salaires. Ce n’est pourtant pas une fatalité

pexels
Katharina Siegrist
Katharina Siegrist

Dans cette article, des personnes expertes vous donnent des conseils sur:

  • le moment opportun pour demander une augmentation de salaire;
  • les bons et moins bons arguments pour justifier un salaire plus élevé;
  • hormis un salaire plus élevé, quels sont les autres avantages que vous pouvez obtenir;
  • quels sont les conseils de MesDroits pour obtenir un salaire plus élevé.

La mauvaise nouvelle est que, lorsque les prix augmentent, le salaire n’augmente pas automatiquement. A moins que votre contrat de travail ne prévoie une compensation du renchérissement. La bonne nouvelle est qu’il est toujours possible de demander une augmentation de salaire. Différentes personnes expertes expliquent quelle est la bonne manière de procéder et pourquoi l’argent ne doit pas être le seul sujet de discussion.

Conseil d’expert #1: l’union fait la force


Daniel Lampart, Union syndicale suisse 
«Des négociations salariales en période d’inflation sont tout ce qu’il y a de plus normal. Nous l’avons seulement oublié ou jamais expérimenté. Il est toujours préférable d’agir collectivement et de se trouver des alliés pour les négociations salariales – au sein d’un groupe de collègues de travail, avec l’aide d’un syndicat ou de la commission du personnel de l’entreprise. L’avantage est que cela permet d’exercer une plus grande pression et que cela profite également aux personne qui sinon seraient plutôt défavorisées – par exemple, les employées et employés plus âgés ou celles et ceux qui ne peuvent pas se permettre de changer d’emploi. Il est important de savoir précisément ce que l’on veut et de le formuler clairement. Lorsqu’il existe une commission du personnel, celle-ci a souvent la mission de mener des négociations salariales. Il est important de se concerter avec elle – ou même de s’y faire élire.»

Conseil d’expert #2: les entreprises se portent bien


Johann Tscherrig, syndicat Syna
«L’économie suisse connaît une forte croissance et les entreprises réalisent des bénéfices élevés. D’autre part, en tant que personne employée, les coûts sont toujours plus élevés – que cela soit pour l’alimentation ou l’assurance maladie. Cela peut être utilisé comme argument dans les négociations salariales. Après tout, le maintien du pouvoir d’achat sert également l’économie. Les personnes employées fournissent de plus en plus d’efforts et doivent également pouvoir profiter de l’augmentation de la productivité. Des augmentations de salaire comprises entre 3 et 5% sont donc appropriées, voire plus dans certaines branches telles que la santé.»

Conseil d’experte #3: négocier de façon durable


Regula Mäder, coach de gestion
«Tout devient plus cher, également pour les entreprises. Pour les petites entreprises de production ou de construction en particulier, la situation peut devenir dramatique: hausse des coûts de l’énergie, pénurie de personnel, difficultés d’approvisionnement. Tout cela fait pression sur la marge. Les entreprises de services sont un peu moins touchées. En conséquence, je recommande aux employés et employées de s’informer sur la situation financière de leur employeur. Cela n’a pas toujours de sens d’insister pour obtenir une augmentation de salaire. Mieux vaut négocier de façon durable, par exemple en convenant de reprendre les discussions salariales après la crise. Dans de nombreuses entreprises, il devrait toutefois y avoir une compensation du renchérissement, surtout parce que les salaires n’ont presque pas augmenté depuis le covid.»

Conseil d’expert #4: la pénurie de personnel qualifié, un atout


Michel Lang, Société suisse des employés de commerce
«Compte tenu de la hausse des prix, les salaires doivent être augmentés. Cela vaut avant tout pour les bas salaires. Sinon, l’écart salarial risque de se creuser encore davantage. Outre cette revendication générale, les personnes employées peuvent et doivent également mener elles-mêmes des discussions salariales. La pénurie de personnel qualifié peut potentiellement être exploitée à son avantage. L’idéal est d’avoir en tête une certaine fourchette de salaire lorsque l’on entame les négociations salariales.»

Conseil d’experte #5: ne pas oublier les prestations salariales annexes.


Hidegard Nibel, psychologue du travail
«Lorsque l’on bataille autour du salaire, c’est souvent parce qu’on ne se sent pas assez valorisé en tant qu’employé ou employée. On tente alors de compenser ce sentiment désagréable de négligence par une revendication financière – qui s’avère finalement une entreprise infructueuse. Souvent, il ne vaut même pas la peine de gagner plus car on tombe alors dans la progression fiscale à froid. C’est pourquoi il vaut mieux négocier les conditions de travail – par exemple un horaire de travail annualisé que l’on peut organiser soi-même ou des possibilités de formation continue. Je conseille également aux employeurs de vérifier leurs assurances indemnités journalières ainsi que leurs contrats de caisse de pension. En effet, les modalités de couverture sont souvent très complexes. Cela génère des primes trop élevées – financées par l’employeur et les personnes employées – car elles sont également conditionnées par des frais administratifs excessifs. Adapter la police permet de verser rapidement 100 à 250 francs par mois en plus aux employés.»

Conseil d’expert #6: l’inflation est un argument insuffisant


Lucas-Tobias Zehnder, jobcoach
«L’inflation à elle seule est un argument insuffisant – de même que tous les facteurs sur lesquels l’employeur n’a absolument aucune influence et qui ne lui servent à rien au final. C’est le cas par exemple pour l’argument selon lequel les loyers ont augmenté ou que l’on attend un deuxième enfant. Pour réussir une discussion salariale, il s’agit de se focaliser constamment sur les intérêts communs, son propre potentiel et sa valeur pour l’entreprise. On peut idéalement étayer cela avec des exemples concrets – par exemple par des responsabilités accrues ou un réseau en expansion qui pourrait être utile à l’avenir. En procédant ainsi, on dispose de bonnes chances d’obtenir une augmentation de salaire.»

Les conseils de MesDroits pour une augmentation de salaire

  • Consulter un calculateur de salaire: vérifiez votre salaire actuel au moyen d’un calculateur de salaire. Le calculateur de salaire de l’Union syndicale suisse ou le calculateur de salaire de l’Office fédéral de la statistique ont une bonne fiabilité.
  • Avoir une vision claire: quelle augmentation de salaire visez-vous? Où se situe la limite de ce que vous pouvez supporter, au-dessous de laquelle vous ne voulez en aucun cas descendre? Des annonces claires et étayées sont également appréciées de la hiérarchie. Plus vous établissez un chiffre concret, plus il vous viendra facilement à l’esprit lors de l’entretien avec votre supérieur hiérarchique.
  • Faire preuve de créativité: le «salaire» va bien au-delà du versement financier mensuel. Qu’est-ce qui est encore ou particulièrement important pour vous dans le travail? Peut-être la possibilité de prendre des congés non payés ou de commencer parfois à travailler plus tard? Faites des propositions concrètes à votre supérieur.
  • Choisir le bon moment: vous pouvez négocier le salaire à tout moment – pas seulement lors de l’entretien annuel d’évaluation (où il pourrait d’ailleurs être trop tard car les budgets sont déjà bouclés). Les discussions salariales à la suite d’un élargissement de fonction, d’une réorganisation ou d’une formation continue peuvent être particulièrement prometteurs.
  • Se montrer tenace: même si la première étape n’aboutit pas, soyez persévérant. Le mieux est de convenir avec votre supérieur hiérarchique, de façon contraignante, que vous reprendrez la discussion salariale à une date ultérieure.

*Traduit de l'allemand (Beobachter)

>> Davantage d’infos sur mesdroits.ch, le conseiller juridique numérique de L'illustré réservé à ses abonnés, notamment grâce aux fiches suivantes:

Par Katharina Siegrist publié le 31 août 2022 - 15:27