1. Home
  2. Actu
  3. A la montagne plutôt qu’au bureau Digital Valley Grisons

Digital Valley 2021

A la montagne plutôt qu’au bureau

«L’illustré» poursuit la présentation des six projets de la Digital Valley 2021. Les Grisons n’entendent pas séduire que les touristes mais également les nomades du boulot. C’est pourquoi l’Engadine investit dans la connexion à haut débit et les bureaux branchés. Coup de maître dans le petit village de La Punt.

Digi-Tal Engadin

CARAVANE DE TRAVAIL Quittons la ville! Cette caravane-bureau peut être louée. Et garée par exemple à La Punt, électricité, internet et machine à café compris.

Remo Naegeli

Etes-vous «biculturel»? C’est ainsi qu’aujourd’hui les autochtones d’Engadine surnomment les gens d’en bas, ceux qui vivent et travaillent habituellement en plaine mais qui passent beaucoup de temps à la montagne. Ils y possèdent souvent une résidence secondaire et s’attachent sentimentalement à leur village d’élection.

Prenez La Punt, en Haute-Engadine. C’est un petit village sur les berges de l’Inn où nous retrouvons Jon Erni, 53 ans, qui s’extrait d’une voiture à plaques zurichoises. Il est l’un des fondateurs de miaEngiadina, une association qui stimule la numérisation sur le haut plateau et dont il révèle les objectifs: «Connecter l’Engadine à la fibre optique, wi-fi à haut débit, visiteurs qui ne passent pas que des vacances ici mais y travaillent également en partie, emplois pour les autochtones, frein à l’émigration.» En deux mots: faire en sorte que l’Engadine ne soit pas à la traîne.

Digi-Tal Engadin

Bureau avec vue: l’espace de coworking Mountain Hub de Scuol.

Remo Naegeli

Outre les biculturels, miaEngiadina songe aussi aux Engadinois émigrés qui se languissent de leurs montagnes. «J’en fais partie!» dit Jon Erni, né en Engadine mais qui a fait toute sa carrière en plaine. Il vit à Thalwil (ZH) avec femme et enfant. «Lors de mon entretien d’embauche chez Microsoft, on m’a dit que je pourrais travailler où je voulais. Ça a été l’étincelle! dit l’électrotechnicien. Je souhaitais bien sûr passer une partie de mon temps de travail en Engadine.» Il passe désormais trois ou quatre jours par semaine à Scuol, où habitent également ses parents. «Je suis de ceux qui ont besoin non seulement de splendide nature mais aussi d’infrastructures et d’emplois.» Pareil pour sa collaboratrice Andrina Brunner, 30 ans. Elle aussi a choisi une vie multilocale entre Zuoz, en Engadine, et Zurich.

>> Votez pour votre région préférée sur notre plateforme dédiée

Digi-Tal Engadin

L’InnHub, dessiné par l’architecte Norman Foster, cherche à réunir à La Punt les visiteurs et les autochtones.

La nature fait également partie du concept. Jon Erni nous emmène en périphérie de La Punt, vers une caravane bleu pétant posée entre lac et forêt. C’est leur caravane-bureau. Elle figure parmi les multiples projets développés par miaEngiadina et sert de lieu de travail à ces nomades modernes. Annina Coradi, 38 ans, vit entre Zurich et Pontresina. «La numérisation nous permet de travailler dans des lieux formidablement beaux comme celui-ci. C’est une chance énorme! En pleine nature et à l’air frais, il nous vient de meilleures idées.» La caravane est en location, équipée du wi-fi et d’une machine à café.

Digi-Tal Engadin

Jon Erni avec Andrina Brunner (à g.) et Annina Coradi dans leur caravane-bureau. «C’est ma super-équipe!»

Remo Naegeli

Le village de La Punt a de l’ambition. L’InnHub, dessiné par le célébrissime architecte britannique Norman Foster, va obtenir son permis de construire. Un projet à 70 millions pour un village de 700 habitants! «Ce sera une sorte de centre de rencontre, avec emplacements de travail, restaurants et centre de remise en forme», précise Jon Erni. Et avec une piste de ski de fond et des sentiers de randonnée sur le pas de la porte. Cela dit, Jon Erni reste stupéfait que cette formidable bâtisse ait été acceptée par le Conseil communal à hauteur de 85% des voix. «Les gens savent apparemment comment freiner l’émigration. Ils tiennent à leur école, à leurs magasins.» Les Chemins de fer rhétiques songent déjà à modifier leurs horaires pour mieux desservir La Punt. «Nous devons penser notre avenir nous-mêmes, sans quoi il ne se passera rien», conclut Jon Erni.

Or, pour que quelque chose se passe bel et bien en Engadine, il faut déjà installer la fibre optique, seule capable de transmettre les données à la vitesse de l’éclair. «MiaEngiadina est en train de connecter l’Engadine tout entière, souligne Jon Erni, dont l’association a empoigné le projet toute seule. Car sans l’internet à haut débit, ici, nous serions largués.» En Engadine, ajoute-t-il, son pouls bat plus sereinement. Mais est-ce que cette région ne devrait pas demeurer préservée de la modernité? «Ce n’est pas réaliste. Et cela ne répondrait pas aux attentes. C’est pendant les vacances que les espaces de coworking sont les plus demandés! Les visiteurs aiment combiner loisirs et travail.»

Digi-Tal Engadin

Une classe de Scuol: (de g. à dr.) Alessia, Mara et Liv sont des expertes de la tablette.

Remo Naegeli

Nous voici devant l’école de Scuol. En première classe secondaire, les élèves travaillent sur iPad. C’est aussi une initiative de miaEngiadina. «Qui peut me dire ce qu’est une mémoire?» demande le maître. «La carte du smartphone?» propose l’un. «La clé USB?» tente l’autre. Pour les enfants, l’iPad va de soi. «J’y télécharge des manuels de cuisine au lieu de les emprunter à la bibliothèque», nous dit Liv, 12 ans. L’enseignant corrige les devoirs grâce à son accès général à tous les iPad et renvoie ses commentaires aux enfants par messagerie vocale. «Ce que je préfère, c’est l’app GoodNotes, signale Mara, 13 ans, imitée par sa copine du même âge Alessia. Nous pouvons y faire des annotations et des dessins sans que les profs le voient.» Les fillettes rigolent. Cette classe et toute l’Engadine ont beau être numérisées, il y a des choses qui restent immuables.

 


«La saison n’a plus d’influence»

Manager chez Swisscom, Roger Wüthrich-Hasenböhler souligne pourquoi le grand projet engadinois vaut la peine.

Roger WüthrichHasenböhler est Chief Digital Officer chez Swisscom.

Quelles opportunités la numérisation offre-t-elle à l’Engadine?
L’habitat devient plus attrayant. Alors qu’autrefois il fallait émigrer en ville pour étudier et travailler, la numérisation raccorde désormais les vallées les plus éloignées au monde entier. Il en résulte de multiples opportunités pour les entreprises mais aussi pour la formation continue ou pour les soins médicaux.

L’activité touristique peut-elle être assurée grâce à la numérisation?
Mieux que ça: il va de soi qu’une infrastructure ultramoderne est importante pour les touristes, mais elle attire aussi des entreprises et de la main-d’œuvre spécialisée. L’économie, la société et toutes les générations en bénéficient. Et la saison n’a plus tellement d’influence sur l’activité.

L’implication de la population locale est alors essentielle…
L’innovation, ce sont des gens, une organisation, de la technique. Nous le voyons tous les jours chez Swisscom, et miaEngiadina le montre de manière exemplaire. L’initiative est portée et généralisée par des gens venus de la plaine.

Qu’est-ce que d’autres secteurs peuvent apprendre de miaEngiadina?
MiaEngiadina s’est lancée avec une vision ambitieuse. Il est possible que l’un ou l’autre ait vu trop grand. Mais je crois que c’est précisément cette ambition qui a mobilisé et enthousiasmé tellement de gens.

>> Votez pour votre région préférée sur notre plateforme dédiée


Les 6 régions en un coup d’œil

entlebuch

ENTLEBUCH (L’illustré du 22.9)
La nature est bien protégée: l’Entlebuch recourt à des auxiliaires numériques pour que les porcs puissent mieux s’ébattre. Et les tourbières protégées par l’Unesco réservent de belles surprises.

DR
Arosa

AROSA/LENZERHEIDE (L’illustré du 29.9)
Rendre visite aux ours à l’aide d’un simple code QR, dévaler les pentes à toute allure avec une app pour vélo: les Grisons améliorent encore leur offre touristique.

DR
Fribourg

FRIBOURG (L’illustré du 6.10)
Promotion économique maison: à l’aide d’une plateforme numérique et de cartes-cadeaux, les Fribourgeois soutiennent les commerces qu’ils préfèrent et leur évitent une mort annoncée.

DR
Engadine

ENGADINE (L’illustré du 13.10)
Le télétravail dans une atmosphère salutaire baignée de soleil d’altitude: des précurseurs du numérique d’Engadine offrent la même opportunité aux «gens d’en bas» et combinent loisirs et travail.

DR
Haut Valais

HAUT-VALAIS (L’illustré du 20.10)
C’est à l’abri de ces sommets que des écoliers dispensent à leurs aînés des cours d’informatique. Le vin est dégusté numériquement et un logiciel réussit même à traduire le difficile dialecte local.

DR
Val de Bagnes

VAL DE BAGNES (L’illustré du 27.10)
Glaciers, torrents et lacs de montagne: cette région du Valais recourt aux technologies numériques pour préserver le château d’eau de l’Europe et protéger nos réserves naturelles.

DR
Hotel Hermitage in Luzern

Hotel Hermitage in Luzern Digital Valley

PREMIER PRIX
Gagnez deux nuitées d’une valeur de 1740 francs au superbe hôtel Hermitage de Lucerne. Avec la personne de votre choix, passez des nuits enchanteresses dans la Lake & Mountain Suite avec vue imprenable sur le lac et les montagnes. Et charmez vos papilles avec un menu de quatre plats au restaurant Hermitage.

2e-11e PRIX
Octroyez un plaisir à vous-même ou à un proche: 10 bons d’une valeur de 100 francs chez www.ideecadeau.ch

Par Lynn Scheurer publié le 13.10.2021