Aller au contenu principal
Publicité
© Shutterstock

Pour que votre argent ne vous brûle pas les doigts

Publié dimanche 1 décembre 2019 à 15:04
.
Publié dimanche 1 décembre 2019 à 15:04 
.
On le sait, il ne fait pas le bonheur! Mais si on éclaircit son lien avec l'argent et qu’on met son portemonnaie à la bonne place dans sa vie, on gagne en félicité.
Publicité

C’est un petit bouquin* épatant où l’argent joue tour à tour le rôle du gentil puis du méchant. Son auteur, Christian Junod, citoyen de Bex (VD) et ancien conseiller financier dans une grande banque suisse reconverti dans le développement personnel, y aborde un thème d’une grande richesse. Et cela en partant d’une maxime revisitée: «L’argent ne fait pas le bonheur, mais il peut y contribuer.»

 

L’auteur a constaté lorsqu’il était gestionnaire de fortune que «beaucoup de clients étaient stressés d’avoir de l’argent, sans doute par peur de le perdre ou de mal le gérer. J’en ai observé devenir soudainement angoissés parce qu’ils avaient hérité.» Au printemps dernier, invité par la Française des Jeux pour coacher un atelier réunissant des gagnants de l’Euromillions (ticket d’entrée à 1 million d’euros...), il a pu faire la même constatation. «Le trait commun entre toutes ces personnes, c’était un sentiment de peur: peur de se retrouver dans une situation inconnue, peur que ça se sache, peur de se faire rouler… Untel n’a pas dormi et travaillé durant une semaine après l’annonce du résultat, un autre ressentait de la culpabilité face à cette fortune subite qu’il n’arrivait pas à accueillir, une autre a révélé qu’elle s’interdisait aujourd’hui de se plaindre car on lui renvoyait ses millions à la figure...»

Que faire alors pour éviter que l’argent ne bousille notre vie? Pour ceux qui gagnent à la loterie, le conseil de Christain Junod est simple: «Changez le moins possible votre vie et ne gardez pas tout pour vous. Partager donne du sens à votre richesse et apporte du bonheur tout en diminuant les peurs.» Pour le quidam moyen, il s’agit de prendre conscience d’une réalité incontournable: «Etre riche ne résout pas tous les problèmes, seulement ceux qui sont financiers. Il ne permet d’acheter ni l’amour, ni une meilleure relation avec ses enfants, ni une santé florissante, qui sont trois des grands axes sur lesquels repose le bonheur humain.»

A partir de là, si on comprend que l’argent est un moyen et non une fin en soi, il devient plus facile de régenter ses désirs et de calmer son avidité matérielle. «Car c’est sans fin, insiste Junod. J’ai vu des gens se payer une belle maison, puis une résidence secondaire, puis un yacht et passer leur vie à courir après toujours plus. Et à la fin, il leur manque toujours quelque chose.»

«Cela demande un vrai travail sur soi de mettre l’argent à sa place. Il faut prendre conscience de ce que l’on projette dessus: un besoin de sécurité ou de reconnaissance, la réparation d’un traumatisme familial... Ensuite, le meilleur moyen de trouver la sérénité est de recréer des communautés vivantes où la solidarité peut pallier la peur du manque. Car plus une société est individualiste, plus elle favorise la cupidité.»

>> *Le livre: «Ce que l’argent dit de vous», de Christian Junod, Ed. Eyrolles.


Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré

Découvrez votre nouveau magazine L'illustré et profitez d'une offre d'abonnement exceptionnelle!