Aller au contenu principal
Publicité
© Sedrik Nemeth

Aux JOJ, nos champions en herbe

Publié mercredi 8 janvier 2020 à 08:53
.
Avec le soutien de
Publié mercredi 8 janvier 2020 à 08:53 
.
Du 9 au 22 janvier, plus de 1800 athlètes de 15 à 18 ans venus du monde entier disputeront les Jeux olympiques de la jeunesse de Lausanne. L’occasion de découvrir les futurs Cuche ou Lambiel. Nous avons croqué une volée de ces très jeunes Romands dans des lieux inhabituels. Ils se racontent.
Publicité

Thibault Métraux
17 ans
Leysin (VD)

Alexia Turunen
15 ans
Belmont-sur-Lausanne (VD)
Short-track.

Sedrik Nemeth
Thibault Métraux et Alexia Turunen à la station Malley du métro lausannois.

Il a deux ans de plus qu’elle, une éternité. Alors, comme elle se contente de répondre par un sourire quand on lui demande d’expliquer pourquoi diable elle a choisi le short-track, il répond à sa place, gentiment. Il dit la vitesse, l’apprentissage du mouvement incliné, où certains arrivent à toucher la glace avec le casque. Il dit les entraînements journaliers, la fatigue parfois. Elle est née en Suisse, de parents finlandais, il vient des Préalpes. Elle a commencé par le patinage artistique, il a pratiqué le hockey. Il rit en disant qu’on les traite parfois de poissons rouges, «parce qu’on n’arrête pas de tourner en rond». Il vise une place dans les quinze, elle dans les vingt. Ils découvrent tout, ils se réjouissent fort.

Leur animal: pour Alexia, le chien. «Mon bichon nain est important pour moi.»
Pour Thibault, l’ours. «Il en impose, il est vif et rapide.»


Sedrik Nemeth
Jade Surdez sur la scène de L’Heure bleue, à La Chaux-de-Fonds, un des rares théâtres à l’italienne du pays.

Jade Surdez
15 ans
Le Noirmont (JU)
Hockey sur glace.

Et d’abord, pourquoi une fille hockeyeuse ne pourrait-elle pas tourner autour des garçons et leur mettre la misère? Attaquante vive et accrocheuse avec l’équipe juniors du HC La Chaux-de-Fonds (rien que des garçons) et joyau de l’équipe de Suisse, Jade Surdez ne voit pas le problème: «C’est un sport où on joue l’un contre l’autre, voilà tout.» La preuve, la veille de notre photo, elle a flanqué trois buts aux juniors du CP Berne, sous le regard amusé de son père, Gilles: «Ma fille est cool dans sa tête, ce n’est que du plaisir. Elle ne pousse pas sur le physique, on ne fait pas d’entraînement de force», dit-il. Ses études terminées, elle pense un jour tenter sa chance aux Etats-Unis. Elle est insaisissable, elle ne craint pas les coups. «Il suffit de garder la tête haute. Et des coups, j’en mets aussi…» glisse-t-elle en citant son modèle, la gazelle de l’équipe nationale Alina Müller. Aux Jeux, place à l’effet Jade.

Son animal: le tigre. «J’ai toujours aimé. Il est beau, féroce, majestueux.»


Sedrik Nemeth
Delphine Darbellay sur le porte-skis de la voiture de notre photographe, à La Fouly (VS), où elle vit.

Delphine Darbellay  
17 ans
La Fouly (VS)
Ski alpin.

Il ne lui arrivera pas souvent de poser sur le toit d’une voiture. Elle en rit, championne de Suisse juniors, fille authentique du val Ferret, descendeuse qui admet «un côté casse-cou, fonceur», mais le dit d’une voix posée. Sa qualification, elle l’a obtenue en décembre, à Zinal et à Veysonnaz, alors qu’elle avait dû s’arrêter un mois à cause d’une commotion. Elle n’avait pas droit à l’erreur et elle a tout gagné. «La pression m’aide à me concentrer», glisse-t-elle. Si elle doute, il lui suffit de penser à Daniel Yule, né quelques kilomètres plus bas, qui fréquente le même ski-club et l’encourage volontiers. Aujourd’hui en sport-études à Brigue, elle n’a pas tout de suite adopté le ski alpin. Elle a tâté de l’athlétisme, du ski de fond, du patinage. Puis le ski l’a rattrapée. Jusqu’où ira-t-elle? Nul ne le sait et c’est assez beau.

Son animal: l’aigle. «Il est si sûr de lui.»


Sedrik Nemeth
Fantin Ciompi à Antagnes-sur-Ollon (VD), sur le terrain de jeu où il s’amusait quand il était enfant.

Fantin Ciompi
17 ans, Ollon (VD) 
Ski freestyle.

Derrière sa jolie maison du hameau d’Antagnes, la forêt est aussi abrupte qu’attirante. «J’y allais avec mes deux frères aînés, je voulais faire pareil qu’eux. On grimpait le plus haut possible dans les arbres.» L’exemple de ces frères intrépides, les cours dans un cirque, ajoutés à un père, Stéphane, qui pratiquait le ski acrobatique ont eu des effets: à 8ans, Fantin réussissait ses premières figures, ses backflips à lui. Aujourd’hui, il les exerce chaque jour en ayant intégré la filière sport-études à Engelberg, vivant à l’internat. Il dispute le slopestyle et sa ribambelle d’obstacles, ainsi que le Big Air et ses envolées. «Sauter, c’est une sensation indescriptible. Si je veux faire envie à un jeune, je lui dis que le freestyle est un sport sans limites.»

Son animal: le singe. «Enfant, à la récré, je courais déjà partout, la tête en bas, sur les mains.»


Robin Gartner
Noah Bodenstein au bord de l’étang Grenadier, un plan d’eau situé dans High Park, à Toronto (Can), la ville où il étudie.

Noah Bodenstein
15 ans
La Conversion (VD)
Patinage artistique.

Si les amateurs de patinage désignent déjà ce jeune garçon bondissant comme «le futur Stéphane Lambiel», c’est en référence à son amour du public.

Dans une patinoire, les applaudissements l’électrisent et le rendent meilleur, tout comme vous savez qui. Cinq fois champion suisse juniors, il étudie à Toronto, dans un collège réputé. Mais Peter Grütter, entraîneur historique de Lambiel, a toujours été son coach: «Il m’a donné l’envie de patiner», dit Noah. Et Salomé Brunner, autre fidèle de Lambiel, est sa chorégraphe.
A Lausanne, de retour chez lui, il parle d’une «fête» et se prépare à brûler la glace. Il aime sans fin «l’adrénaline» qu’on y éprouve.

Son animal: le cerf. «Il est beau, élégant.»


Robin et Thomas Bussard
17 ans
Albeuve (FR)
Ski-alpinisme.

Sedrik Nemeth
Robin et Thomas Bussard (de g. à dr.) sur un escalier roulant du Centre Coop Le Câro, à Bulle (FR).

Il n’y avait que deux places à disposition en ski-alpinisme pour la Suisse et ces vrais jumeaux gruériens les ont décrochées en décembre, haut la spatule, l’un derrière l’autre. Jumeaux, ils le sont sur les pistes mais plus dans la vie: Robin suit une école de culture générale, Thomas est apprenti géomaticien. Pour le reste, «ils se ressemblent beaucoup, ils s’entendent très bien», affirme leur père, François. Lui-même excellent randonneur, il leur a transmis l’amour de l’effort et de la montagne. Ils se ressemblent tant qu’il les confond parfois, en course. «Entre nous, il n’arrive jamais qu’un de nous n’ait pas envie de s’entraîner», confient-ils en chœur. Aux Jeux, ils seront parmi les plus âgés. «On sait qu’un podium est possible», glissent-ils sans forfanterie. Ils savent qui sont leurs adversaires, les Français, les Italiens, les Espagnols. Ils se regardent: «Etre frères est un plus, surtout sur les longs parcours. Pendant une course, nous nous parlons beaucoup. Nous avons une bonne rivalité, qui nous pousse vers l’avant. Pour nous, ces Jeux représentent tout.» Un piment de plus: à Villars (VD) seront décernées les premières médailles olympiques de ski-alpinisme, nouvelle discipline des Jeux.

Leur animal: pour Robin, l’aigle. «Pouvoir voler m’a toujours fait envie.»
Pour Thomas, le lynx. «Il est aussi beau que discret. J’aimerais le voir un jour.»


Les autres Romands des JOJ

17 autres athlètes romands, sur 112 Suisses, participeront aux Jeux olympiques de la jeunesse.

Alizée Aymon, 14 ans, Icogne (VS), hockey sur glace.
Alessio Beglieri, 16 ans, Bienne (BE), hockey sur glace.
Margaux Favre, 14 ans, Le Pâquier (NE), hockey sur glace.
Robin Leibzig, 15 ans, Perly (GE), hockey sur glace.
Leni Michellod, 15 ans, Martigny (VS), hockey sur glace.
Timour Namalgue, 15 ans, Bienne (BE), hockey sur glace.
Loris Uberti, 15 ans, Martigny (VS), hockey sur glace.

Thomas Kolly, 16 ans, Hauteville (FR), ski freestyle.
Aurélie Sainz, 16 ans, Saclentse (VS), ski freestyle.
Elsa Sjöstedt, 16 ans, Verbier (VS), ski freestyle.
Robin Tissières, 17 ans, Cortaillod (NE), ski freestyle.

Thibe Deseyn, 16 ans, Leysin (VD), ski-alpinisme.
Caroline Ulrich, 17 ans, La Tour-de-Peilz (VD), ski-alpinisme.

Anaïs Coraducci, 16 ans, Cheyres (FR), patinage artistique.

Antonin Savary, 17 ans, Avry-devant-Pont (FR), ski de fond.

Luc Roduit, 17 ans, Versegères (VS), ski alpin.

Eliot Golay, 16 ans, Le Sentier (VD), snowboard. 


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré