1. Home
  2. Envies
  3. Envies: Au bonheur des ornithologues

Envies

Au bonheur des ornithologues

Le parc naturel de Finges (VS) regorge de pépites naturelles et abrite une faune et une flore très particulières. Côté culture, musardez dans la ville médiévale de Loèche.

Partager

Conserver

file7cvav3abhdg13saef768

Traverser l’Europe en quelques kilomètres

Se promener sur les chemins balisés de la vaste pinède du bois de Finges permet de découvrir des paysages d’une très grande variété. On peut tremper ses pieds dans l’eau glacée du Rhône mais aussi fouler des steppes désertiques. Chaque type d’habitat abrite une faune et une flore très spécifiques et rares. On y rencontre des espèces méditerranéennes comme des cigales, des engoulevents, oiseaux nicheurs et migrateurs, ou même les fameux nez noirs (race valaisanne de moutons) et encore des taureaux.

file7cvav4mqmufu53pnmr7
Le Rhône

Observer les oiseaux

Avec ses étangs et ses prairies sèches, le Leukerfeld est le rendez-vous des curieux qui viennent observer, de mai à août, la colonie de guêpiers. Cinq parcours permettent d’explorer ce paradis en découvrant, en fonction des saisons, les multiples espèces et en s’arrêtant aux différents points de chute. Une brochure «Bienvenue au paradis ornithologique» est disponible à divers endroits du parc.

Divaguer avec le Rhône sauvage

Qu’il fait bon baguenauder sur le seul tronçon du Rhône qui n’a jamais été canalisé à cause des coulées torrentielles de l’Illgraben! Grâce à ces intempéries, le fleuve a déployé des bras pour former des îles, des forêts alluviales et des paysages buissonniers. Un véritable paradis pour le castor, le petit gravelot, le chevalier guignette et les semences de la flore alpine déposées par les inondations qui viennent colorer le paysage.

file7cvav3cagyx1c1kj8dhc
Château de l’Evêché

Se balader dans l’ancienne capitale médiévale

Ancien siège épiscopal, Loèche figure parmi les plus intéressantes villes valaisannes. Laissez-vous séduire par l’ambiance médiévale de la vieille ville avec ses rues pavées, ses maisons patriciennes, l’Hôtel de Ville et son imposante tour avec sa base pentagonale. Et en surplomb de la vallée, le château épiscopal, dont la restauration a été confiée à Mario Botta.

Découvrir une étrange coutume

Avec sa paroi de crânes soigneusement empilés sur 20 mètres, la chapelle située sous l’église Saint-Etienne réserve un spectacle impressionnant. Cet ossuaire a été constitué au XVIe siècle. Cachées derrière des cloisons de plâtre au XIXe siècle, les parois ont été redécouvertes en 1982.

>> Le Centre nature et paysage de Salquenen informe et conseille les visiteurs. Visitez aussi le Sensorium du vin. Lu-ve de 8 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h.

Par Muriel Thalmann publié le 22 octobre 2020 - 15:28