Aller au contenu principal
Publicité
© Shutterstock

Botox or not botox?

Publié lundi 2 décembre 2019 à 09:12
.
Publié lundi 2 décembre 2019 à 09:12 
.
Cela fait trente ans que les injections de botox lissent les rides. Et depuis peu, on assiste à une fleuraison de boutiques de médecine esthétique qui pratiquent ces piqûres à tour de bras. Eclairage sur cette lutte des tranchées.
Publicité

Au départ, le botox s’appelait Oculinum. Son développeur, Alan Scott, était un ophtalmologue qui l’utilisait à des fins neurologiques pour lutter contre le strabisme ou la spacité musculaire. Mais il ignorait totalement que cela pouvait s’utiliser en esthétique. Il a donc vendu sa licence aux laboratoires Allergen pour 4,5 millions. Depuis, la légendaire Food and Drug Administration (FDA) a autorisé la commercialisation de l’Oculinum pour des traitements cosmétiques. Inutile de préciser combien de milliards de dollars le groupe Allergen a gagné avec le produit rebaptisé botox et vendu aujourd’hui dans 80 pays.

Le botox est un médicament. Contrairement aux idées reçues, les injections ne doivent pas être traitées à la légère et ne peuvent pas être faites par n’importe qui. Cependant, on a maintenant beaucoup de recul pour analyser les effets secondaires et on peut dire avec certitude que le botox n’en a aucun sur la santé. Il est éliminé de manière naturelle au bout de trois à six mois et l’organe immobilisé reprend sa fonction comme avant. Le seul danger, c’est qu’il soit injecté dans le mauvais muscle et que, par exemple, au lieu de relever la paupière, cette dernière tombe plus que de mesure. C’est pour éviter ce genre d’incident que la législation suisse exige que ce soient des médecins qui pratiquent l’acte.

Halte aux «botox parties». Comme déjà dit, les conséquences néfastes d’une mauvaise injection ne durent que de trois à six mois. Donc les dégâts ne sont que temporels. Néanmoins, les soirées entre copines à boire du champagne et à se piquer le visage sont à proscrire. Et ce, même si on peut acheter du botox en ligne. Dans la foulée, on se demande donc si ces instituts ou boutiques dermatologiques, avec vitrines sur rue, sont des lieux fiables. En effet, ces «drive-in» dans lesquels on se rend sans rendez-vous, n’ont pas forcément un médecin esthétique sur place lorsqu’on déboule. Les résultats sont donc à vos risques et périls. Et pour info, les tarifs pratiqués dans ces lieux sont les mêmes que ceux des cabinets de praticiens…

Un âge idéal? Que ce soit aux Etats-Unis, au Brésil, en Chine, au Japon ou au Mexique, c’est-à-dire le top 5 des pays où l’on pratique le plus d’injections de botox par habitant, on se rend compte que les patients ayant recours à l’acide botulique sont de plus en plus jeunes. L’acte s’est tellement démocratisé, notamment aux Etats-Unis et au Brésil, qu’il n’est pas rare de voir des jeunes filles de 17-18 ans y avoir recours en prévention de la formation des premières rides. En Europe, les femmes commencent généralement le botox à partir de 35 ans, dès que la peau se régénère moins vite.

Le botox, ça sert à quoi? Il est de plus en plus courant de voir une patientèle masculine quinquagénaire recourir à ces injections pour paraître moins fatiguée. On peut dire que, en Suisse, les hommes composent 10% de la clientèle botoxée et que le nombre va grandissant.

Quant aux femmes, elles l’utilisaient autrefois essentiellement pour atténuer les rides d’expression, mais l’emploi s’est démultiplié. L’ennemi No 1 reste la glabelle, c’est-à-dire la ride du lion, qui s’immisce entre les yeux et s’installe peu à peu sur certaines peaux. Mais on peut aussi, pour éviter de se faire refaire un nez qui tombe, pratiquer ce que l’on appelle une rhinoplastie non chirurgicale et pratiquer une injection juste à sa naissance, au-dessus de la lèvre supérieure.

On peut aussi, en piquant sous la lèvre inférieure, remonter un menton qui tombe. Enfin, une petite dose à l’extrémité extérieure des sourcils peut ouvrir le regard.

Autre rôle moins connu du botox, celui de traitement contre l’hyperhidrose (la transpiration démesurée) des aisselles, des mains et des pieds…

Bref, ce produit possède de multiples utilisations et, comme toutes les potions miraculeuses, son effet ne disparaît pas aux 12 coups de minuit, mais plutôt toutes les 12 à 24 semaines, selon l’épaisseur du muscle et la dose infiltrée.

Le prix. Le tarif dépend de la quantité diffusée et de la taille de la zone. Les coûts s’étalent donc entre 390 et 590 francs.


Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré

Découvrez votre nouveau magazine L'illustré et profitez d'une offre d'abonnement exceptionnelle!