Aller au contenu principal
Publicité
© Michael Tran / AFP

«Brenda» Shannen Doherty retourne au combat

Publié jeudi 20 février 2020 à 09:02
.
Publié jeudi 20 février 2020 à 09:02 
.
Si le destin l’a favorisée à ses débuts à Hollywood, il ne laisse plus de répit à Shannen Doherty depuis 2015 et le diagnostic de son cancer. L’inoubliable Brenda de la série «Beverly Hills 90210», âgée de 48 ans, se bat avec un courage exemplaire.
Publicité

C'est à se demander si Doherty n’est pas un nom maudit. Pete, le bad boy du rock anglais, a longtemps dansé avec la Faucheuse. Quant à Shannen – ils ne sont pas parents – elle s’épuise à la repousser depuis cinq ans.

Le Dr Jay Orringer ici, pour une chirurgie reconstructive, le 16 novembre 2017, qu’elle va partager sur Instagram.

Le 4 février, invitée de l’émission «Good Morning America», l’actrice, en larmes, révèle ce qu’elle sait depuis un an: «Mon cancer est de retour. Je suis pétrifiée. J’ai peur. […] Personne ne mérite ça.» Sur Instagram, elle précise que la maladie en est au stade 4, celui où les cellules cancéreuses ont produit de multiples métastases. Pour celle qu’on surnomme Shando, yeux verts et pommettes saillantes, le combat s’éternise.

Née à Memphis (Tennessee) sous le signe du Bélier, cadette des deux enfants – son frère, Sean, a 4 ans de plus – la fille de Rosa Elizabeth et Tom Doherty, décédé en 2010 à 66 ans, a eu son lot de frustrations, à commencer, enfant, par une allergie au chocolat! Ado, elle contracte la maladie de Crohn.

Alamy Stock Photo
Sa famille, avec (de g. à dr.) Tom Doherty, son père mort en 2010, sa mère, Rosa, et son frère aîné Sean.

Sa mère exploite un salon de beauté. Son père, consultant en taux hypothécaires dans une banque, se lancera dans le transport routier en arrivant à Los Angeles, après un détour par la Floride. De confession baptiste, Shannen Doherty est une bonne élève, mais (déjà) très susceptible.

A Hollywood, elle est repérée à l’âge de 10 ans par Michael Landon (oui, Charles Ingalls!), qui lui offre un rôle dans «La petite maison dans la prairie», le temps d’une saison. Elle apparaît aussi dans «Parker Lewis ne perd jamais» ou «21 Jump Street».

Bientôt, ce sera la chance de sa vie: «Beverly Hills 90210» ou la chronique de riches lycéens – une idée géniale du producteur Aaron Spelling («Drôles de dames», «Starsky & Hutch» et tant d’autres).

Sa passion des animaux.

Brenda Walsh, son personnage, sœur jumelle de Brandon (Jason Priestley), fascine. L’audience s’envole jusqu’à atteindre 21,7 millions de fidèles pour un seul épisode! Notre piquante petite brune (1 m 62) exige d’être mieux payée, mais son salaire plafonne à 17 500 dollars par épisode – vingt ans plus tard, Emilia Clarke touchera en moyenne 300 000 dollars par épisode de «Game of Thrones», avec moins d’audience. Shannen dépense sans compter: la California United Bank ira jusqu’à saisir son salaire pour rembourser 32 000 dollars de chèques sans provision.

www.imago-images.de
Avec Jason Priestley et Luke Perry, les beaux gosses de Beverly Hills, ici en 1993.

Sur le tournage, son indifférence agace moins que ses retards, incessants. La petite peste se brouille avec la blonde Jennie Garth, alias Kelly Taylor, sa rivale pour le cœur de Dylan McKay (feu Luke Perry). Elles iront jusqu’à se battre sur le set! La presse tient sa bad girl, que le public adore détester. Le magazine Ben Is Dead ouvre même une hotline pour l’insulter – Twitter avant l’heure!

A force de mettre le souk, Miss Doherty finit par se faire virer. Un soulagement, dira-t-elle en 2000 au magazine Cleo: «Les gens ne faisaient plus la différence entre Brenda et moi. C’était blessant.» Entre autres griefs, la production stigmatise ses amours chaotiques – #MeToo n’est encore qu’une chimère.

Shannen Doherty et Kurt Iswarienko, l'homme de sa vie depuis 2011. C'est auprès de lui que l’actrice puise sa force pour lutter contre le cancer qui la ronge.

Il est vrai que, début 1993, sa relation avec Dean Jay Factor, héritier des cosmétiques Max Factor, dérape. Exigeant une ordonnance d’éloignement (!), l’amoureux éconduit soutient qu’elle a menacé d’engager des types pour lui faire sa fête, en termes plus fleuris. Six mois plus tard, Shannen épouse le fils de l’acteur George Hamilton, Ashley, qu’elle jettera au printemps. Ah… Shando et les mecs! On vous épargne la liste. Seul Kurt Iswarienko, son troisième mari, photographe, a su l’apprivoiser. Depuis 2011, il est l’homme de sa vie.

Au milieu des années 1990, cependant, sa vie et sa carrière sont en lambeaux. Aaron Spelling (encore lui!), qui n’est pas rancunier et connaît la valeur de Shannen Doherty, la rappelle en 1998 pour «Charmed», série articulée autour de trois sœurs sorcières. Shannen Doherty exige et obtient de jouer Prue, l’aînée, et fait engager son amie Holly Marie Combs. La production a déjà choisi Alyssa Milano. Triomphe.

Mais Shannen a ses têtes et Alyssa n’en fait pas partie! Dès la saison 2, Spelling lui accorde 75 000 dollars par épisode, pour la calmer et fait intervenir un vrai psy sur le plateau. A la fin de la saison 3, Shando se tire, mais elle touchera 5% sur les droits de diffusion de la série. Rose McGowan, qui lui succède, sera l’une des victimes de Weinstein…

En 2010, l’autobiographie de Shannen Doherty, «Badass», est un best-seller. Hormis six épisodes de «90210 Beverly Hills», nouvelle génération, nouvelle mouture de la série originale, l’actrice ne fera plus guère que des téléréalités. A Hollywood, elle cultive toutefois une franchise détonnante. Comme tout le monde, elle défend la cause animale, mais elle vote républicain, le revendique, l’assume.

DUKAS
L'actrice Shannen Doherty sur le plateau d'ET en 2016 lorsqu'elle a révélé sa maladie.

Février 2016. Le choc. L’actrice révèle souffrir d’un cancer du sein, détecté trop tard, un an plus tôt. Elle traîne en justice l’ex-manager qui gérait ses revenus et, dit-elle, l’a fragilisée en «oubliant» de payer la facture 2014 de son assurance maladie.

Mastectomie, chimiothérapie, radiothérapie: elle enchaîne. En 2018, la chirurgie reconstructive lui rend une poitrine. Interrogée sur la séduction, elle ose: «Etre sexy, pour moi, c’est être vulnérable, compatissante.» Elle confie avoir vécu le pire moment de sa vie dans une boutique de lingerie, après l’ablation de son sein: «Ma mère m’accompagnait… J’ai fondu en larmes dans la cabine d’essayage avant de courir jusqu’à ma bagnole pour pleurer.»

Quand, en 2017, son médecin prononce le mot «rémission», Shannen Doherty savoure. Elle ignore que les incendies de l’été suivant vont ravager sa villa de Malibu… Confrontée au refus de payer de sa compagnie d’assurances, elle s’épuise en justice et perd. Surtout, elle ne se doute pas que Luke Perry, son meilleur ami, mourra d’un AVC le 4 mars 2019… quand on lui signifiera la récidive de son fichu cancer.


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré