1. Home
  2. Actu
  3. Ce couple a tout abandonné pour ouvrir un restaurant

Reconversion

France et Bernard Perrier, un couple qui a tout abandonné pour ouvrir un restaurant

Perte de sens, épuisement professionnel, etc. En Suisse, les travailleurs sont nombreux à quitter leur emploi afin de changer complètement le cours de leur vie. «L’illustré» a rencontré des Romands qui ont osé franchir le cap. Aujourd'hui propriétaires du restaurant La Grange à Haute-Nendaz, France et Bernard Perrier ont délaissé une situation financière agréable pour une plongée totale dans l'inconnu.

Partager

Conserver

Partager cet article

France et Bernard Perrier

France et Bernard Perrier sont propriétaires du restaurant La Grange à Haute-Nendaz.

Sedrik Nemeth
carré blanc
Margaux Sitavanc

Lorsque l’on rencontre France et Bernard par un après-midi ensoleillé de septembre, on remarque instantanément la grande complicité qui les lie. Il faut dire que ces deux-là, avant d’ouvrir La Grange, en 2021, ont chacun vécu plusieurs vies: footballeur au FC Sion, ramoneur, puis vitrier pour lui, gérante de restaurant, assistante de direction, puis responsable RH pour elle. En 2001, ils ont également tenu pendant une année un restaurant sur l’île de la Réunion. Une sorte de galop d’essai. «On s’est rendu compte que l’on pouvait être ensemble vingt-quatre heures sur vingt-quatre et que ça fonctionnait bien. A notre retour en Valais, j’ai commencé à me dire que, un jour, on aurait notre petit truc rien qu’à nous. Il m’a simplement fallu attendre vingt ans avant que France ne dise oui», sourit Bernard.

Lorsqu’on demande à ce dernier comment lui est venue sa passion de la cuisine, lui qui n’a pas suivi de formation dans le domaine, son regard s’illumine: «A la maison, quand on était gamins, maman avait congé le dimanche et elle ne faisait rien, c’était son jour de repos. On faisait le ménage et papa la cuisine. Petit à petit, je suis allé avec lui pour l’aider à couper les légumes ou les frites et ça m’a jamais quitté.»

En 2020, la première épouse de Bernard, avec qui le couple entretien de bonnes relations, reprend un restaurant. Pour France, c’est le début d’une réflexion: «J’ai commencé à me poser des questions quant au sens de mon travail. J’avais envie de changement. Un jour, je suis arrivée vers Bernard et je lui ai dit: «C’est oui!» 

A partir de ce moment, tout s’enchaîne très vite. Le lieu, la banque, les planètes semblent alignées. Alors que les restaurants sont encore fermés pour cause de covid, France, Bernard, leurs filles Julie et Eve, 15 et 9 ans à l’époque, mais aussi la mère de France quittent Monthey, où ils résidaient, pour s’installer à Haute-Nendaz. Après six mois d’importants travaux de rénovation du restaurant ainsi que de l’appartement situé au sous-sol, La Grange a finalement ouvert ses portes le 20 août 2021, le jour de la Saint-Bernard. «On ne l’a pas fait exprès, mais il fallait qu’on ouvre, on arrivait gentiment au bout de nos ressources matérielles», explique France.

Si l’aventure est une belle réussite, France et Bernard n’ont pas oublié pour autant le pincement au cœur ressenti au moment de quitter leur quartier de Monthey et leur grande villa avec jardin, la petite boule tapie au creux du ventre à l’idée de renoncer à une situation financière à la fois stable et confortable, ou encore les débuts quelque peu difficiles pour Julie et Eve. «Après une installation chaotique dans notre appartement en raison d’un important dégât d’eau, on avait accumulé pas mal de fatigue nerveuse. Il a fallu aussi s’habituer à un rythme radicalement différent, trouver nos marques, être à fond au resto tout en restant présents pour nos filles. Je crois que maintenant, un an après, nous commençons à nous sentir chez nous», sourit France.

Derrière ses fourneaux, Bernard régale les convives avec des mets faits maison, simples mais savoureux, de saison, avec une préférence pour le local. France, qui assure le service, nous souffle d’ailleurs que les gens commencent à venir de loin pour déguster ses filets de perche Loë accompagnés de sa sauce crémeuse au citron. 

>> Découvrez les changements de vie de ces autres Romands: 

Par Margaux Sitavanc publié le 16 octobre 2022 - 10:10