1. Home
  2. Actu
  3. Tout(e) un(e) Roman(de): Comment Manuella Maury a sauvé son restaurant

Tout(e) un(e) Roman(de)

Comment Manuella Maury a sauvé son restaurant

Pour l’espiègle présentatrice, «la vie est plus intelligente que les experts en tous genres». La preuve avec l’histoire touchante de son restaurant de Mase (VS), qu’elle a failli vendre et où se célèbre ce qu’elle aime le plus au monde: la rencontre.

Manuella Maury

Manuella Maury est journaliste à la RTS et présente l'émission radiophonique «Alice s'émerveille», une émission de «divagations littéraires». 

Sabine Papilloud

«Vous voulez une histoire fantastique?

Elle commence mal. En 2016, j’ai perdu mon père, d’un cancer des poumons foudroyant. Sur son lit de mort, il nous a demandé, à mes trois sœurs et à moi, de vendre notre restaurant le Vieux Bourg à Mase, dans le val d’Hérens, là où nous avons grandi. Nous vivions une histoire complexe avec cet endroit et ses locataires. Or, trois mois plus tôt, je venais justement de quitter Genève pour revenir vivre dans ce village. Personne n’aurait cru à mon retour, pas même moi.

Malgré les dernières volontés de mon père, rouvrir ce restaurant est alors devenu mon obsession. J’ai demandé à mes sœurs de me laisser un peu de temps pour trouver la solution. Je voulais me battre pour garder ce lieu de vie, un espace où des gens de toutes provenances pouvaient se rencontrer: un combat qui m’habite depuis que je suis enfant. Je m’y suis mise. Et alors là j’ai vu défiler financiers, promoteurs immobiliers, spécialistes de la vente. Tous m’ont expliqué qu’exploiter un tel lieu était impossible. Trop excentré, pas la bonne période, etc.

Au bout de deux ans, je n’en pouvais plus. J’étais épuisée, j’y ai perdu un tiers de mes cheveux. Lors d’un voyage en Ouganda, exactement le 1er avril, jour de l’anniversaire de mon père, je suis arrivée au sommet de mon premier 5000 mètres. Là, je me suis décidée: j’arrêtais tout. Je suis rentrée d’Afrique un vendredi et j’ai tout de suite appelé ma famille pour lui annoncer que j’abandonnais l’idée de ce bistrot.

Le mercredi, j’ai reçu un appel. Des gens voulaient visiter le restaurant. Des visites pareilles, j’en ai eu des dizaines, inutiles, de celui qui voulait vendre des tartelettes au citron à ceux qui s’ennuyaient dans leur vie professionnelle et rêvaient d’une reconversion.

Ce jour-là, il pleuvait. J’ai vu arriver Ivano. Trentenaire. Chic. J’ai pensé: trop urbain, il va s’ennuyer. Mais il a dit: «Je reviens dimanche avec ma femme.» Et les voilà, lui du Piémont, elle de Venise, et leur bébé de 9 mois à peine, Alissa Rose. Ils se sont rencontrés dans des lieux étoilés, ils en avaient ras le bol de se faire exploiter. Ivano a travaillé à New York, à Istanbul, il ne savait pas que j’étais une fille de la télé. En entrant dans la salle, Arianna est allée jusqu’au centre du restaurant avec son pousse-pousse et a pleuré. «C’est elle qui a choisi», m’a ensuite dit Ivano.

Depuis, le Vieux Bourg ne désemplit pas. Sans réserver, tu ne trouves pas de place. Arianna propose une cuisine «bistronomique», de haut niveau. Mais c’est surtout un endroit où les gens se mêlent. Les habitués y croisent les banquiers de la plaine et les touristes d’un jour. Nos chambres d’enfant sont désormais restaurant. J’habite à côté, au-dessus de la terrasse, dans une petite maison de 25 m2. Entre nous, tout se passe comme dans une famille. Ma maman les considère comme ses enfants, mes sœurs donnent des coups de main et des framboises du jardin, mes oncles Raphy et Prosper viennent boire l’apéro et proposer de l’aide pour la déchèterie.

Ce que j’en tire? Quand il existe une énergie sincère, la vie est plus intelligente que les docteurs en tous genres. L’existence sur tableau Excel est stérile. Cette histoire miraculeuse rappelle que les rencontres de cœur ouvrent le champ du possible, et que le possible est au bout de la rue.»

>> Avec Gilles Besse et Dominique Studer, Manuella Maury publie dans quelques mois le deuxième livre du «Monde de Mona». Son héroïne a désormais 20 ans, elle réalise un tour de Suisse par les vignes.


Le prochain festival de Manuella Maury
 

Manuella Maury
Facebook Lettres de soie

Manuella Maury explique quel sera le prochain festival auquel elle participera: «En octobre, nous organisons notre 5e Festival de la correspondance, Lettres de soie, à Mase. On m’avait aussi prévenue que les lettres n’étaient plus à la mode. Près de 10 000 personnes sont venues au village depuis. Nos correspondances avec Pierre-Isaïe Duc, Thierry Romanens et Thierry Meury sortent en livre et en podcast.»

Par Marc David publié le 09.06.2021