1. Home
  2. Actu
  3. L'éditorial: Dis... Credit Suisse

L'éditorial

Dis... Credit Suisse

Notre journaliste Christian Rappaz commente le récent scandale qui affecte Credit Suisse et vient, à nouveau, ébranler l'image de la place financière helvétique. L'occasion d'interroger la manière dont ces banques outrepassent les règlements et privilégient leurs bénéfices au détriment du bien commun. 

Partager

Conserver

Credit Suisse

Des membres du collectif Breakfree Suisse et du collectif de la Grève du Climat manifestent devant l'un des bâtiments de Credit Suisse. 

Martial Trezzini/Keystone

Treize ans après le scandale UBS, sauvée par les milliards de la Confédération et de la Banque nationale suisse – en clair par le contribuable –, voilà qu’un nouveau séisme ébranle la place financière helvétique. Cette fois, c’est Credit Suisse qui est dans la tourmente. Prise en flagrant délit de légèreté en matière de gestion des risques, la banque aux deux voiles s’apprête à subir une perte estimée entre 6 et 10 milliards de francs.

>> Lire aussi notre enquête: «Les casseroles qu'empile Credit Suisse sont consternantes»

Mais au-delà des chiffres, c’est la manière dont ces sommes colossales ont été dilapidées qui choque. Les spécialistes du secteur n’hésitent pas à qualifier les engagements de l’établissement d’«investissements casino». Via une société de services financiers anglo-australienne à la réputation sulfureuse (Greensill) et un obscur fonds spéculatif américain gérant le patrimoine de quelques familles fortunées (Archegos).

Deux fiascos qui démontrent que les règles imposées par le législateur ne serviront à rien tant qu’il y aura à la tête des banques des gens qui ne pensent qu’à les contourner. Car si ces dossiers sont passés sous le radar des gendarmes de la finance, ils auraient dû être stoppés par les procédures internes. Mais, de toute évidence, il y a eu volonté de passer outre les risques pourtant connus. Par négligence, incompétence ou malhonnêteté.

L’éminent économiste Stéphane Garelli penche pour l’abus de pouvoir de dirigeants à ce point arrogants qu’ils estiment que les règles sont faites pour les autres. Pourquoi se gêneraient-ils, puisque ces pertes n’ont pas empêché les cadres de la banque de toucher leurs bonus 2020 «plein pot», le boss Thomas Gottstein d’empocher 8,5 millions de francs et le président du conseil Urs Rohner de «prendre» ses 4,7 millions annuels? De plus, si les affaires tournaient au vinaigre, ce serait le sacro-saint principe du «trop grande pour faire faillite» qui s’appliquerait, avec une recapitalisation publique.

Alors qu’un simple citoyen doit passer par tous les trous de serrure pour obtenir le moindre crédit, la deuxième banque helvétique a accordé des prêts les yeux fermés à des entités n’offrant pas les garanties nécessaires. Au final, l’ardoise est lourde. Sans compter le dégât d’image que ces affaires provoquent au pays et les dommages psychologiques qui affectent les milliers d’employés de la banque qui œuvrent consciencieusement jour après jour. Sous pression, CS a certes fait un peu de ménage parmi les responsables de ces débâcles. Mais l’heure n’est-elle pas venue d’aller plus loin que de simples licenciements avec, à la clé, de juteuses indemnités?

Par Christian Rappaz publié le 15 avril 2021 - 08:37