1. Home
  2. Actu
  3. Votations du 15 mai: Don d'organes: «J’ai donné un de mes reins par amitié»

Votations du 15 mai

Don d'organes: «J’ai donné un de mes reins par amitié»

Il y a seize ans, Florence Jaquenoud, mère de trois enfants alors en bas âge, avait donné un de ses reins au fils d’une amie, pour que le jeune homme puisse vivre sa jeunesse sans que celle-ci soit rythmée par trois séances de dialyse hebdomadaires. Témoignage.

Florence Jaquenoud

Il y a seize ans Florence Jaquenoud avait donné un de ses reins au fils d’une amie.

Guillaume Perret/Lundi13

La démarche de Florence Jaquenoud en 2006 permet de relativiser le «sacrifice» demandé aux citoyens suisses le 15 mai prochain. Cette Vaudoise, mère de trois enfants alors en bas âge, avait accepté de donner un de ses deux reins pour qu’il soit greffé au fils d’une de ses meilleures amies. «L’illustré» avait raconté cette magnifique preuve de solidarité, les motivations de la donneuse et la reconnaissance du receveur de 17 ans et de sa famille. Cet acte de solidarité avait permis au jeune homme de s’épargner enfin les longues séances de dialyse trois fois par semaine qui gâchaient sa vie depuis deux ans.

Seize ans après l’opération, Florence Jaquenoud vit sans aucun problème avec le seul rein qui lui reste. «Et si j’avais encore un rein à donner, ce qui n’est bien sûr plus le cas, je le referais sans hésitation.» De son côté, le jeune receveur a dû être greffé de nouveau neuf ans après la première intervention. «Mais mon rein lui a permis de vivre sa jeunesse aussi normalement que possible. Et aujourd’hui, après sa deuxième greffe, c’est un trentenaire qui se porte très bien.»

Comment cette donneuse par amitié analyse-t-elle les enjeux de la votation du 15 mai? «Le fait d’avoir donné un rein m’a permis de vivre moi-même une très belle expérience. Cela ne m’empêche pas de trouver regrettable de devoir demander à des personnes vivantes de donner un de leurs organes pour compenser le fait que les procédures soient compliquées et trop longues avec les personnes décédées. Je suis donc totalement favorable au principe du consentement présumé pour le don d’organes. Et je veux aussi insister sur le fait que, si le peuple accepte ce changement, il ne faudra jamais porter de jugement sur celles et ceux qui y sont opposés et qui devront donc officialiser leur refus. Je pense d’ailleurs qu’on peut à la fois voter oui à ce changement tout en étant soi-même contre le prélèvement de ses propres organes après son décès. J’ai beau être donneuse d’organes de mon vivant, je ne me permettrai jamais de juger quelqu’un qui, pour des raisons personnelles, spirituelles ou autres, ne tient pas à se faire prélever des organes après sa mort.»

Par Philippe Clot publié le 5 mai 2022 - 08:40