Aller au contenu principal
Publicité
© CBS via Getty Images

Gigi et Bella Hadid, le duo qui électrise les podiums

Publié vendredi 31 janvier 2020 à 08:39
.
Publié vendredi 31 janvier 2020 à 08:39 
.
Les sœurs Hadid règnent sur le milieu de la mode et font la une de tous les grands magazines. Derrière le glamour, les top-modèles revendiquent l’ambition sociale inculquée par leurs parents, des immigrés qui ont fait fortune aux Etats-Unis.
Publicité

En matelot sexy, la «grande», Gigi, 24 ans. En corset conique, la «petite», Bella, 23 ans. La blonde de 1 m 79, la brune de 1 m 75. La semaine dernière, pour son ultime défilé haute couture, Jean Paul Gaultier avait évidemment convié, en plus de personnalités hors normes comme l’actrice Rossy de Palma, l’effeuilleuse Dita von Teese ou le chanteur Boy George, les sœurs Hadid. Un podium sans elles ne vaut rien, magazines et annonceurs se les arrachent. Et chacune de leurs apparitions se transforme en émeute. Car elles sont à la fois au top des tops et des stars en bonne et due forme.

Sur le plan purement esthétique, c’est indiscutable: les Hadid sont, chacune à sa manière, «spectaculaires», salue notre iconographe maison Régine Buxtorf, qui a longtemps travaillé sur des shootings de mode. Elle avoue sa préférence pour Bella, «plus originale et incroyablement gracieuse». La majorité en pince pour la bouille d’ange aux lèvres pulpeuses de Gigi: tous pays confondus, elle a déjà fait plus de 35 couvertures de Vogue, le graal pour les tops professionnels. Elle avait 2 ans quand Paul Marciano, aux talents de découvreur réputé, la fait poser pour ses campagnes des jeans Guess, avant que sa mère décide de ne plus lui faire faire de shootings.

DR
Divorcés, Yolanda et Mohamed Hadid s’affichent volontiers avec Gigi, Bella et leur frère Anwar, qu’ils ont élevés dans l’opulence.

Bella, elle, n’attirera les regards qu’à la fin de l’adolescence. Elle a toujours démenti les rumeurs, tenaces, sur une rhinoplastie. Le succès de l’une s’évalue à l’aune de l’autre, et contribue au phénomène: deux sœurs qui squattent défilés et campagnes en même temps, c’est du jamais-vu.

A ceux qui rêveraient d’une féroce rivalité, les Hadid opposent une complicité sans faille. «Nous sommes les plus grandes fans l’une de l’autre. Voir ma petite sœur s’épanouir et l’aider quand je le peux est l’une des grandes joies de ma vie», a confié Gigi. Leur frère Anwar, 20 ans, les a depuis rejointes au sein de l’agence IGM.

DR
Les deux soeurs Hadid ont gardé de leurs jeunes années une complicité sans faille.

Leur plastique ne suffit pas à expliquer la fascination qu’elles suscitent et leurs millions de fidèles (51,3 pour Gigi, 28,1 pour Bella) sur Instagram. Leur histoire et leur réseau jouent un rôle prépondérant: les Hadid font partie de ces «happy few» qui ont grandi dans l’opulence sous le soleil californien. Leur mère, Yolanda, une Néerlandaise qui a fait une carrière de mannequin discrète avant de fonder sa famille, est connue outre-Atlantique pour avoir été une des «Real Housewives of Beverly Hills», clinquante émission de téléréalité.  Elle y révèle que Bella et Anwar ont comme elle souffert de la maladie de Lyme – un diagnostic qui, semble-t-il, a empêché Bella, cavalière émérite, de participer aux JO de Rio en 2016.

Les téléspectateurs ont pu suivre, en 2015, les aléas du divorce de Yolanda d’avec un célèbre producteur qui a été marié à l’ex-femme de Bruce Jenner, le père de Kendall et Kylie et beau-père des Kardashian. Hasard ou pas, Gigi et Bella sont proches de Kendall, devenue mannequin après avoir grandi sous les caméras dans le chaos ultra-médiatisé de sa fratrie recomposée.

La meilleure amie de Gigi? Ni plus ni moins que la chanteuse superstar Taylor Swift, qui s’incruste sur un selfie avec le top Karlie Kloss lors d’une soirée donnée par Harvey Weinstein pendant les Oscars en 2014. De quoi faire rêver encore un peu plus les ados.

Getty Images
Bella crée l’émeute lors de son arrivée aux Tuileries, à Paris, pour assister à un défilé de la maison Louis Vuitton le 17 janvier dernier.

Mohamed Hadid, le papa, est un immigré d’origine palestinienne devenu multimillionnaire grâce à son flair en matière d’immobilier. Leur enfance dorée vaut aux Hadid des accusations de népotisme, auxquelles Gigi répondra en ces termes: «Mon père était réfugié. Ma mère a grandi dans une ferme avant d’aller à New York et de travailler pour envoyer de l’argent à sa famille. Ils ont bossé comme des p... de malades, et m’ont donné cette vie grâce à leur labeur. Je travaille dur pour honorer cela.» Quitte à se faire taper sur les doigts par ses fans lorsque McDonald’s la paie pour promouvoir ses frites au festival de Coachella. Des estimations parlent d’une fortune de 29 (pour Gigi) et 25 (pour Bella) millions de dollars.

WireImage
Bella, le 22 janvier sur le podium du dernier défilé de Jean Paul Gaultier.

Mohamed a élevé ses enfants (il a deux filles d’un premier mariage) dans le respect de leurs racines et du ramadan. En 2017, Bella et Gigi défilent contre le «Muslim ban», décret qui interdit l’entrée sur sol américain aux ressortissants de plusieurs pays musulmans. La même année, l’aînée est critiquée pour avoir été choisie pour faire la une, voilée d’un hijab, de Vogue Arabia. «Je suis pourtant tout aussi Palestinienne que Néerlandaise. Etre blonde ne m’empêche pas de respecter les valeurs de mes ancêtres.»

Pour sa première mission pour l’Unicef, elle se rend dans un camp rohingya au Bangladesh. Et Bella de se dire «fière d’être musulmane». Elle raconte qu’avoir visité la mosquée Sheikh Zayed d’Abu Dhabi est l’une des plus belles expériences de sa vie et qu’elle a adoré les Emiriennes. «Elles sont comme mes sœurs. Et elles sont toutes si belles: un maquillage incroyable, un style de folie. C’est comme L.A., mais en dix fois plus chic et plus intense.»

WireImage
Gigi a fait sensation en Michael Kors au gala du Met à New York l’année dernière.

Les paillettes, les racines, les copines… Et les amours? Pour Gigi, après une amourette, comme sa BFF Taylor, avec Joe Jonas (aujourd’hui marié à Sophie Turner, la Sansa de «Game of Thrones»), c’est Zayn Malik. Ce Britannique de 27 ans d’origine pakistanaise est connu outre-Manche pour avoir été membre du boys band One Direction. Le couple n’en finit pas de se quitter et de se retrouver.

Bella, elle, serait définitivement séparée du chanteur canadien de R’n’B The Weeknd, avec lequel elle louait un appartement à 60 000 dollars par mois dans la même résidence new-yorkaise que Meg Ryan et Justin Timberlake. Pour ne pas être en reste, Anwar roucoule avec l’une des nouvelles stars de la musique britannique, Dua Lipa.

Plus tard, Bella, qui a abandonné ses études de photographie à la Parsons School de New York, se verrait bien actrice. Dans un rôle de super-héroïne, évidemment. Pour l’heure, comme sa sœur, elle construit sa légende. Les Hadid, c’est décidé, resteront au top.


Publicité
Publicité
Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré