Aller au contenu principal
Publicité
© Shutterstock

Jetez-vous à l’eau… froide!

Publié vendredi 8 mai 2020 à 10:31
.
Publié vendredi 8 mai 2020 à 10:31 
.
C’est certainement l’auxiliaire de santé le plus aisé à se procurer, le meilleur marché et le plus écologique. Découvrez les vertus dynamisantes, préventives, curatives et régénératrices de l’eau froide, qu’elle soit douce ou salée.
Publicité

Je ne me rappelle plus à quel moment de mon existence je me suis mis à prendre, tous les matins, une douche chaude suivie d’une douche glacée. Aujourd’hui, si je rate ce petit rituel matinal, c’est comme si j’avais oublié de boire mon café: j’erre à moitié éveillé une bonne partie de la matinée. Mais c’est seulement en lisant «La santé par l’eau froide» du Dr Philippe Stéfanini et Myriam Willemse que je me suis rendu compte de tout le bien que je me faisais sans m’en rendre compte.

L’utilisation de l’eau froide comme moyen curatif ne date pas d’hier. Hippocrate, le père de la médecine, préconisait déjà l’utilisation d’eau froide contre les fièvres, les rhumatismes, les ulcères, les affections arthritiques et les hémorragies. Plus près de nous, le bon abbé Sebastian Kneipp connut un tel succès avec ses méthodes d’hydrothérapie qu’il a donné son nom à toute une gamme de produits pour le bain et la peau. Et ce n’est pas les dizaines de courageux qui, chaque jour de l’année, vont faire trempette dans le Léman qui nieront les effets positifs de cette saine habitude.

«La santé par l’eau froide» du Dr Philippe Stéfanini et Myriam Willemse, chez Jouvence.

Les effets de l’eau froide sur l’organisme sont nombreux. De la stimulation de la circulation sanguine à celle du système musculaire, en passant par ses effets antidépresseurs, l’accélération de la combustion des graisses, l’effet détox, la stimulation du système immunitaire et hormonal, les auteurs du livre détaillent 11 bonnes raisons de s’immerger dans l’eau froide. Plus étonnant, on apprend qu’une bonne douche froide une heure avant d’aller se coucher favorise l’endormissement, à moins qu’elle n’augmente la production de testostérone chez l’homme, lui insufflant une salutaire vigueur vespérale.

L’hydrothérapie recourt à de nombreuses pratiques. La douche ou le bain en eau froide, en respectant certaines précautions, est la plus aisée à mettre en œuvre. Un bain de quinze minutes, par son action sédative, serait d’ailleurs équivalent à une séance de yoga d’une heure et demie. Mais la panacée, pour les auteurs du livre, demeure les bains de mer, qui libèrent le nez et les bronches, soulagent les articulations et les muscles, améliorent la circulation sanguine et lymphatique, tout en constituant une cure d’oligoéléments et de sels minéraux. Les pauvres suisses isolés dans leurs montagnes que nous sommes se replieront sur une cure d’eau de mer de Quinton…

Le meilleur moment pour s’initier aux bienfaits de l’eau froide demeure le printemps. Surtout ce printemps qui, pour beaucoup d’entre nous, a débuté par un enfermement à domicile. Le froid ayant une action centripète vers l’intérieur de l’organisme, les déchets du corps qui ont eu tendance à s’accumuler durant cette période de sédentarité aggravée sont envoyés vers les émonctoires qui les évacuent ensuite vers l’extérieur. Sans compter qu’associé à une alimentation allégée, un copieux régime de douche écossaise devrait vous permettre d’éliminer plus facilement les kilos du confinement. Attention! Les personnes à risque cardiaque doivent prendre certaines précautions, car l’eau froide contraint le cœur à travailler plus.


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré