1. Home
  2. Actu
  3. Tour de Suisse féminin: La Genevoise Elise Chabbey, docteure en cyclisme

Tour de Suisse féminin

La Genevoise Elise Chabbey, docteure en cyclisme

Deuxième du classement final du premier Tour de Suisse cycliste féminin qui s'est déroulé ce week-end, Elise Chabbey a encore démontré toute sa polyvalence. Car la Genevoise a déjà participé aux Jeux olympiques en tant que... canoéiste et est diplômée en médecine. Portrait.

veröffentlicht SI 20/2021

Elise Chabbey adore courir dans des conditions contraires: pluie, vent, montées difficiles. «Je suis une dure à cuire,» avoue-t-elle.

ZVG

Une route escarpée mène à la petite maison où Elise Chabbey vit actuellement avec son petit ami Antoine. On ne croirait jamais que le village de Collonges-sous-Salève, en France, est si proche de Genève. Il est verdoyant et tranquille, avec la face abrupte du Mont Salève juste derrière lui. Et un immense terrain de jeu naturel à sa porte: c'est exactement ce qu'aime cette jeune femme de 28 ans. Elise est toujours en mouvement; «rester allongée sur le canapé, ce n'est pas pour moi.». Tout cela est à la base de son extraordinaire carrière sportive, qui l'a menée jusqu'au départ du premier Tour de Suisse Femmes à Frauenfeld (TG) samedi et dimanche, où elle a remporté la première étape pour finalement se classer 2e du tableau général, à une seconde la Britannique Deignan.

Tout a pourtant commencé dans l'eau. La famille Chabbey faisait souvent du kayak dans l'Ardèche pendant ses vacances. Plus tard, Elise a suivi un de ses frères au club de canoë. Elle participe aux Jeux olympiques de Londres en 2012 à l'âge de 19 ans, ce qui l'incite à s'installer en Australie pendant un an afin de pratiquer ce sport de manière plus professionnelle. «Mais les résultats n'étaient pas vraiment bons. Alors mes parents ont voulu que je fasse des études,» se souvient la Genevoise. 

Elise Chabbey, née le 24 avril 1993 à Genève, est une céiste, coureuse de demi-fond et coureuse cycliste suisse et medecin. Genève mai 2021 ©Nicolas Righetti/Lundi13.ch

Elise Chabbey vit actuellement à Collonges-sous-Salève, à dix kilomètres de Genève, de l'autre côté de la frontière.

Nicolas Righetti/ Lundi13

Inspirée par sa grand-mère, dentiste, Elise choisit la médecine. Comme le kayak n'est plus une option, elle se met à courir. Et il est rapidement acceptée dans l'équipe de trail running de Scott. Après une fracture de fatigue à la hanche, elle enfourche enfin son vélo en rééducation - et est découverte par le manager d'une équipe cycliste.

Depuis cette saison, Elise court désormais pour l'équipe Canyon/Sram, l'une des équipes les plus professionnelles du cyclisme féminin. A l'origine, elle avait prévu de consacrer toute l'année 2020 au cyclisme, puis de commencer comme résidente à l'automne. Mais lorsque toutes les courses sont annulées à cause de la pandémie de coronavirus, elle met le vélo de côté et travaille pendant trois mois aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), dans les services spécialement dédiés au covid et ceux de médecine interne, «une période intense"».

En guise d'entraînement, elle a fait la course à l'hôpital pour les gardes de douze heures. A l'automne, «sa saison sportive» a finalement pu commencer et elle obtint de si bons résultats qu'elle a mis sa carrière médicale - et son objectif lointain  de devenir anesthésiste - momentanément entre parenthèses. Une fois de plus, sa vie a basculé. «J'aime vivre le moment présent. Sans trop penser à ce qui pourrait arriver», lâche la pétillante Romande. «On ne sait jamais ce qui va se passer, il faut donc profiter des opportunités.»

Cela vaut pour elle au travail, dans le sport et en amour. Elle ne sort que depuis peu avec Antoine Robin, 28 ans, kinésithérapeute sportif. Le coureur amateur ne tarit pas d'éloges sur le sens de l'aventure de sa compagne et sur ses talents de cuisinier. «J'ai un bon pressentiment», dit Elise Chabbey, qui vit habituellement avec sa sœur et n'est ici que temporairement avec Antoine.

Pendant la saison cycliste, elle est généralement de toute façon sur la route. Récemment, elle a porté le maillot de leader pendant un certain temps lors de la Vuelta à Burgos, en Espagne. Cet athlète de 1,65 mètre aime les courses difficiles dans des conditions contraires: montées abruptes, descentes techniquement difficiles, pluie. «J'ai un style de pilotage très agressif, je peux mordre et je suis dure au mal.» Rien d'étonnant à ce qu'elle apprécie particulièrement les courses classiques sans concessions du printemps en Belgique.

Le fait que les courses féminines soient organisées plus ou moins en même temps que les courses masculines, comme Liège-Bastogne-Liège, est un bon moyen de les promouvoir - l'infrastructure, les spectateurs et l'intérêt des médias sont déjà là. C'est désormais aussi l'approche adoptée par les organisateurs du Tour de Suisse. Cette année, la version féminine inaugurale du week-end de départ des hommes couvre deux jours et présente des équipes de haut niveau au départ; elle sera étendue de manière continue dans les années à venir. «C'est vraiment cool d'avoir une course internationale en Suisse. Cela va apporter un peu de concentration à notre sport, apporter une vision», s'enthousiasme la championne.

Etant la plus ambitieuse de la fratrie, Elise a toujours détesté perdre. Pour gagner aux jeux, elle avait aussi l'habitude de tricher, «mais je ne le fais plus!» s'exclame-t-elle en riant. 

Cependant, elle n'a pas eu la chance de se qualifier pour les Jeux olympiques de cet été. La Suisse n'a qu'une seule place sur la ligne de départ à Tokyo, et elle reviendra probablement à Marlen Reusser, vice-championne du monde et championne d'Europe du contre-la-montre... alors qu'elle est, elle aussi... médecin! Un signe d'avenir radieux pour Elise Chabbey? 

Par Eva Breitenstein publié le 7 juin 2021 - 15:57