1. Home
  2. Actu
  3. Ukraine: La Russie attaque et le monde vacille

Ukraine

La Russie attaque et le monde vacille

Ce que les Américains annonçaient depuis des semaines et ce que les Européens estimaient peu probable s’est finalement vérifié: Vladimir Poutine a lancé son armée à l’assaut de la démocratie ukrainienne pour la «mettre à genoux». Chronologie du premier jour d’une guerre d’ores et déjà historique.

Fire is seen coming out of a military installation near the airport, after Russian President Vladimir Putin authorized a military operation in eastern Ukraine, in Mariupol, February 24, 2022. REUTERS/Carlos Barria

Du côté russe, on comptabilise les succès de manière froide: 74 installations militaires ukrainiennes, dont 11 aérodromes en Ukraine, auraient été détruites. Sur cette photo, l'on voit des flammes s'élever d'un aéroport militaire près de Marioupol dans l'est de l'Ukraine.

Reuters

Ce jeudi 24 février à l’aube, l’armée russe a mené sur plusieurs fronts une attaque contre l’Ukraine. Le président Poutine, peu avant 6 heures à Moscou, a annoncé en direct à la télévision sa décision de lancer «une opération militaire spéciale» juste avant que les premières bombes ne s’abattent sur les villes ukrainiennes et alors que le Conseil de sécurité de l’ONU – présidé ce mois par… la Russie – était réuni en urgence à New York.

Vladimir Poutine a expliqué que cette attaque avait pour but de «démilitariser» l’Ukraine, de la «dénazifier» et de «mettre à genoux» son gouvernement.

Kiev, Odessa, Kharkiv, Dnipro ont été visées par des bombardements aériens dès le début des hostilités. Stupeur et consternation du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres: «C’est le moment le plus triste de mon mandat de secrétaire général des Nations unies. Président Poutine, au nom de l’humanité, ramenez vos troupes en Russie! Ce conflit doit s’arrêter maintenant», a-t-il solennellement déclaré. Les Etats-Unis et l’OTAN condamnent de leur côté une «guerre préméditée» et «injustifiée».

Après les premiers bombardements censés avant tout renforcer la suprématie aérienne russe, le territoire ukrainien a été envahi en plusieurs points. Un débarquement a lieu à Odessa, au sud du pays, au bord de la mer Noire. Des blindés ont franchi la frontière dans le nord-est. D’autres colonnes de chars ont franchi la frontière depuis la Biélorussie, à 150 kilomètres seulement de Kiev.

Face à cette agression militaire d’une ampleur sans précédent en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a instauré la loi martiale. Le président américain Joe Biden annonce de «sévères sanctions» contre Moscou. Les leaders européens dénoncent tous cette violation sanglante du droit international.

Des habitants devant leur immeuble atteint par un bombardement.

Des habitants devant leur immeuble atteint par un bombardement sur la ville de Tchouhouïv dans l'est du pays.

AFP

Sur le plan financier, la bourse de Moscou s’est effondrée de 14% et le rouble chute de 9% par rapport au dollar. Mais Moscou annonce que ses opérations militaires «dureront le temps qu’il faut». Vladimir Poutine décidera seul de leur poursuite ou non.

Dans les zones de guerre, c’est bien sûr la désolation. Le bilan des morts grimpe au fil des heures. «Pays de merde, put...», crie une femme, devant le corps d'un homme tué dans un bombardement sur un quartier résidentiel de Tchouhouïv, dans l'est de l'Ukraine, épicentre de l'offensive déclenchée pendant la nuit par la Russie. Près du mort, son fils en pleurs, la trentaine, reste prostré. «Je lui avais dit de partir», répète-t-il à côté des restes tordus d'une Lada. Le cratère du missile, large de 4-5 mètres, est situé entre deux immeubles de cinq étages totalement détruits, tandis que les pompiers tentent d'éteindre les derniers incendies.

Ukraine

Le cri d’alarme d’une Ukrainienne de Suisse romande

loading...
A Berne, lors du rassemblement pour dénoncer l’invasion russe en Ukraine le 24 février 2022, nous avons rencontré Maryna Zakrevska. Cette experte en affaires réglementaires à Bussigny (VD) vit avec son mari et ses enfants en Suisse romande depuis cinq ans. Dans la nuit du 23 au 24 février, comme de nombreux membres de la diaspora ukrainienne, c’est un coup de fil de sa famille qui l’a réveillée. Le bombardement de sa ville natale, Nizhyn, a fait plusieurs morts. Elle confie comment sa famille vit l’assaut russe, notamment sa sœur pompière, et explique ce qu’elle demande à la Suisse. Noemi Cinelli et Laetitia Béraud
Un immeuble détruit en Ukraine
AFP

Sergueï, 67 ans, tente de boucher ses fenêtres avec une table dont les pieds dépassent dans le vide, au rez-de-chaussée de son appartement. L'homme s'en est sorti avec quelques contusions. «Je vais rester là, ma fille est à Kiev et c'est pareil là-bas», assure-t-il, alors que des explosions ont été aussi entendues jeudi matin dans les principales villes du pays.

>> Lire aussi: Konstantin Dubnov, soldat volontaire: «Je veux voir grandir ma fille dans un pays libre»

«S’ils continuent de nous bombarder, je vais trouver des armes et défendre ma patrie, peu importe si j'ai 62 ans», menace Vladimir Levachov, habitant de Tchouhouïv. «Et pourtant je suis Russe. Mais si vous regardez l'histoire, si vous lisez des livres, il y a 300, 400 ans c'était déjà la même chose. Les Russes sont des écorcheurs!» enrage-t-il.
Du côté russe, on comptabilise les succès de manière froide: 74 installations militaires ukrainiennes, dont 11 aérodromes en Ukraine, auraient été détruites. Le porte-parole du Ministère russe de la défense, le général Igor Konachenkov, complète ce tableau de chasse: «Trois postes de commandement, une base navale ukrainienne et 18 stations radars des systèmes de défense antimissile S-300 et Buk-M1 ukrainiens, ainsi qu'un hélicoptère d'attaque et quatre drones Bayraktar TB-2 de fabrication turque ont été détruits.»

Du côté ukrainien, on tente bien sûr de faire croire à une résistance aussi héroïque qu’efficace. Mais le déséquilibre des forces est beaucoup trop grand pour empêcher l’armée russe de progresser rapidement.

Par L'illustré avec ATS et AFP publié le 24 février 2022 - 17:11