1. Home
  2. Actu
  3. Lâcher la couronne et reprendre la main

L'éditorial

Lâcher la couronne et reprendre la main

Le rédacteur en chef de L'illustré, Stéphane Benoit-Godet, souligne la capacité de Meghan à être l'actrice de sa vie. 

Meghan et Harry chez Oprah Winfrey

Harry et Meghan lors de leur «grand déballage» à Oprah Winfrey, dans un entretien diffusé par CBS le 7 mars.

Harpo Productions/Joe Pugliese via Getty Images

L’interview de Meghan Markle et du désormais ex-prince Harry par Oprah Winfrey a hypnotisé le monde entier. Les jeunes parents ont pu détailler leur vie à la cour, la difficulté d’être différent – alors qu’un grand récit a déjà été écrit pour vous – et la pression insoutenable des tabloïds sur les têtes couronnées.

A moins de vouloir finir fracassé contre un pilier de tunnel à Paris, personne ne devrait avoir envie de cette existence. Meghan et Harry, eux, en ont tiré les conséquences et ont fui. C’est la raison pour laquelle les tourments des «royals» nous passionnent. Pousser la porte de Buckingham s’apparente à pénétrer dans un territoire où le prix à payer s’avère toujours trop élevé. Et, comme dans toute bonne histoire, il y a des personnages forts qui tentent de reprendre leur destin en main.

Un méchant implacable figure toujours dans ce scénario. Remarquez que pour les tabloïds outre-Manche ce premier rôle revient le plus souvent à une femme. Le prince Philip a toujours aimé s’encanailler mais personne ne lui en a jamais tenu rigueur. Andrew a frayé avec Jeffrey Epstein, un escroc et un pédocriminel, mais ces derniers ne sont que de pauvres hommes habités par leurs pulsions, n’est-ce pas?

Meghan a pour elle un tempérament d’affranchie. Un trait de caractère toujours attendu de la part d’une princesse mais, attention, toléré seulement jusqu’à un certain point. L’actrice de série TV, en ajoutant son métissage au scénario, a fait dérailler le soap-opéra.

Les révélations concernant les débats en haut lieu sur la couleur de la peau des enfants de Meghan ne montrent pas vraiment une ouverture au monde. La couronne supposée coiffer le Commonwealth et sa cinquantaine de pays membres dégringole tout à coup au rang d’accessoire d’un vieux sketch de Muriel Robin.

Meghan a dès lors compris que, en vertu des lois de la royauté britannique, «si tu es une princesse, c’est toi le produit». Elle a donc décidé d’agir. Fini la pièce de théâtre poussiéreuse! L’Américaine si moderne écrit, met en scène, produit et joue le premier rôle d’une série très contemporaine disponible sur tous les médias. Actrice (de sa vie) un jour, actrice toujours.

Par Stéphane Benoit-Godet publié le 10 mars 2021 - 08:29