1. Home
  2. Actu
  3. Les romands ont du talent: L’association pour qui le plastique est précieux

Les romands ont du talent

L’association pour qui le plastique est précieux

Membre d’un collectif mondial, l’association Precious Plastic Léman, animée par Gaëtan Buser, transforme le plastique de ce lac en divers objets, du porte-clé à l’abat-jour.

Partager

Conserver

Ga!etan Buser

Gaëtan Buser pose sur les rives du Léman avec sa collecte du jour.

Julie de Tribolet

«Prenez des habits chauds», avait prévenu Gaëtan Buser. Il n’avait pas tort: pour dénicher l’atelier de Precious Public Léman, il faut pénétrer dans une grange non chauffée de Romanel-sur-Lausanne, où l’on peut rencontrer ce polymécanicien de formation, issu du monde du sport en montagne. Plusieurs machines mystérieuses se trouvent là, de la broyeuse au four de cuisine. Régulièrement améliorées, elles servent à transformer la masse de plastique récoltée par cette association sur les rives du Léman, 1,3 tonne en quatre ans, en divers objets, 112 au total.

Sur une table est exposé ce qu’il nomme «le musée». Des horloges, des décapsuleurs, des abat-jour, des porte-clés en forme de Léman. Et même une pagaie testée ici avant d’être produite à Madagascar. Si l’endroit est modeste, la démarche est gigantesque. Le collectif Precious Public compte aujourd’hui entre 1500 et 2000 ateliers dans le monde. En Suisse romande, celui de Gaëtan Buser est encore seul à s’atteler à ce travail de titan. «Nous nous concentrons sur le Léman, cela reste de l’artisanat à une échelle locale.» Les plastiques sur les rives ne représentent que 1% des 50 tonnes qui finissent chaque année dans le Léman. Les 99% restants coulent.

Dans l’atelier, ces plastiques sont scannés et classés par famille (il en existe sept types), puis broyés et transformés en petits pellets. «Le but est de changer la perception du déchet, de le considérer comme une matière précieuse. Il est aberrant de jeter une matière qui a mis des millions d’années à se créer et qu’on utilise deux minutes.» Ces bénévoles vendent leurs objets à des entreprises. Gaëtan Buser a de l’espoir: «Nous sommes à un virage. Des fondations semblent prêtes à nous aider. Notre rêve est de créer des ateliers autour du lac. Nous voulons aussi être plus en lien avec les collectivités publiques, car beaucoup de solutions existent.»

>> Découvrez le site et les produits de l'association sur preciousplasticleman.ch

>> Vous connaissez une ou un Romand qui a un talent particulier?
Signalez-le nous à l'adresse: courrier@illustre.ch

Par Marc David publié le 29 janvier 2021 - 10:44