1. Home
  2. Actu
  3. Le jardin des fleurs euphoriques de Samantha

Décoration

Le jardin des fleurs euphoriques de Samantha

Le magasin L’Euphorbia, à La Sarraz (VD), présente l’univers créatif de Samantha Rosset, qui modernise le métier de fleuriste avec sa passion des plantes et de la décoration.

Euphorbia_Samantha

Samantha Rosset, la passion des fleurs.

Julie de Tribolet

Si l’on cherche une boutique de fleurs à La Sarraz (VD), il ne faut pas s’attendre à du classique! A L’Euphorbia, les mots d’ordre sont créativité, originalité et tendance. Associer les fleurs séchées, marier des couleurs atypiques ou encore proposer des végétaux d’ailleurs… Samantha Rosset, la propriétaire, a créé ici son univers et compose, produit et vend des ornements, entourée de ses trois employées.

Bientôt trentenaire, fascinée par les bouquets et les fleurs depuis l’enfance, Samantha a décidé de sauter le pas de l’entrepreneuriat en 2016. «J’avais déjà goûté aux responsabilités avec une carte blanche pour organiser le secteur fleurs du magasin où je travaillais, alors je me suis dit: «Fonce!» Grâce à l’aide de ses proches pour racheter le fonds de commerce, la passionnée se démène depuis quatre ans pour développer ses décorations dans l’air du temps. Des fleurs à la coupe, bien sûr, mais aussi des couronnes de fleurs et autres créations pour des mariages.

La clientèle de son magasin se déplace parfois depuis Genève, Neuchâtel ou Thoune. «Nous nous limitons à 50 mariages par année, sinon on ne ferait que ça!» raconte la patronne, qui continue à se lancer de nouveaux défis. Le dernier concerne le lancement de sa boutique en ligne*, avec des bouquets à se faire livrer. La fleuriste y partage des shootings photos de ses créations, mais aussi des vidéos où elle se met en scène sur son compte Instagram aux 4000 abonnés.

La Vaudoise tient également à mettre en valeur sa région avec des produits artisanaux qu’elle propose: bougies, madeleines, chocolats ou cartes de vœux, tout vient des villages alentour. Aujourd’hui, elle consacre entre cinquante et soixante heures par semaine à sa boutique, qu’elle voit déjà s’agrandir, avec un espace dédié aux plantes, son autre péché mignon. «En espérant pouvoir en proposer de très grandes!»

 

Par Meryl Brucker publié le 2 mars 2021 - 09:08