1. Home
  2. Actu
  3. Athlétisme: Le sauteur en hauteur Loïc Gasch prêt pour sa conquête du monde

Athlétisme

Le sauteur en hauteur Loïc Gasch prêt pour sa conquête du monde

Le 8 mai 2021, Loïc Gasch écrivait une des plus belles pages de l’athlétisme suisse, passant 2,33 m au saut en hauteur. Lors du Mémorial Paul Luginbühl, à Lausanne, le Vaudois de Sainte-Croix s’offrait un record de Suisse vieux de plus de 40 ans. Cet exploit s’est accompagné d’un changement de dimension: il n’a aujourd’hui d’yeux que pour les prochains Jeux de Paris.

Loic Gasch (US Yverdon) in Aktion beim Hochsprung an den Schweizer Leichtathletik Hallenmeisterschaften, am Sonntag, 27. Februar 2022 in Magglingen. (KEYSTONE/Anthony Anex)

Loïc Gasch, 27 ans, le 27 février 2022 au Centre national de sport de Macolin.

keystone-sda.ch

Bientôt une année s’est écoulée depuis que Loïc Gasch a effacé des tablettes le record détenu par Roland Dalhäuser depuis 1981. Comme un symbole, c’est dans la capitale olympique que le sauteur de 1 m 93 a alors décroché son billet pour les Jeux de Tokyo. 

L’euphorie a été de courte durée. Sa première expérience olympique s’est achevée sur une élimination dès les qualifications. Le Vaudois a été privé de finale olympique après n’être parvenu à franchir que 2,21 m, pour une 23e place finale. Apre, cette performance allait imprimer un tournant radical dans sa carrière sportive. Conscient de son potentiel, il décidait sur le coup de passer professionnel et de consacrer 100% de son temps à sa passion des hauteurs.

>> Lire aussiLes rêves de l'athlète Loïc Gasch deviennent réalité

Le champion a longtemps assumé son envie de mener plusieurs vies en travaillant à 80% à la commune d’Orbe (VD) tout en suivant des cours de comptabilité et en écumant les meetings et les déplacements à l’étranger: «Je n’arrivais plus à être partout, explique-t-il. Certes, je pouvais régater avec mes concurrents, mais à quel prix? Je n’étais pas sur la même planète qu’eux. Je faisais tout un peu à moitié, sans pouvoir profiter de ce qui m’arrivait. Quand les autres pouvaient récupérer après un concours, je devais rentrer pour bosser.» Un train de vie éprouvant tant sur le plan physique que mental.

Loïc pendant un entraînement au stade d'athlétisme d'Yverdon

Loïc pendant un entraînement au stade d'athlétisme d'Yverdon.

Blaise Kormann

La désillusion olympique a servi de moteur dans la carrière de Loïc, désormais fin prêt à se donner corps et âme au saut en hauteur et à revoir ses objectifs à la hausse. Ce nouveau mode de vie comportait certains risques, qu’il s’est dit prêt à assumer: «Ce n’est certes pas un gage de réussite, mais si je ne le faisais pas, ce serait l’échec à coup sûr. La saison d’hiver me permettra de tester ce nouveau rythme. Cela va être un labo pour mon corps.» 

Un choix jusqu’ici payant pour le recordman suisse. En février, il s’est imposé en Normandie, au Meeting de l’Eure. Son saut à 2,25 m lui a permis non seulement de remporter la compétition mais aussi de s’attirer les faveurs de World Athletics. La fédération a décidé de l’inviter à participer aux Mondiaux en salle à Belgrade, qui débutent le 18 mars. Une première date que le licencié de l’US Yverdon a cochée dans sa course vers Paris 2024: «Tout ce qu’il y a avant Paris, j’ai envie de le manger aussi!» s’exclame-t-il. 

Si le prodige n’est pas encore rassasié, il devra encore faire ses preuves aux Mondiaux d’Eugene, aux Etats-Unis, en juillet prochain, puis aux Européens de Munich le mois suivant. Des rendez-vous plus prestigieux les uns que les autres, à la mesure des ambitions de l’homme qui va le plus haut du pays.

EDIT
Le recordman Loïc Gasch a gagné ce dimanche la médaille d'argent aux Mondiaux en salle de Belgrade, devancé par le Sud-Corréen Sanghyeok Woo.
>> Lire aussi: Les rêves de l'athlète Loïc Gasch sont devenus réalité à Belgrade

Athlétisme

Loïc Gasch, du covid au rêve de Jeux olympiques

loading...
Le sauteur en hauteur Loïc Gasch, 26 ans, neuf fois champion de Suisse, a connu une année 2020 faite de gros hauts et de bas: record personnel à 2,30 mètres avant d’être rattrapé par le coronavirus. L’athlète revient sur ces derniers mois et se projette vers les Jeux de Tokyo. Sébastien Moret
Par Noa Inthavong publié le 18 mars 2022 - 08:47