1. Home
  2. Actu
  3. MODE: Léa Parmigiani, des foulards comme des tableaux

MODE

Léa Parmigiani, des foulards comme des tableaux

Dans son atelier de Couvet (NE), Léa Parmigiani crée des vêtements uniques, des pièces sur mesure, et peint des carrés de soie, beaux comme des œuvres d’art.

Léa Parmigiani

Les carrés de soie peints à la main par Léa Parmigiani sont des pièces uniques. On sent le geste du peintre derrière chaque ligne, chaque courbe.

Julie de Tribolet

Léa Parmigiani aurait pu suivre la voie de l’horlogerie tracée par son père, le maître horloger Michel Parmigiani, mais c’est la mode qui lui a pris le cœur.

Après l’obtention de son CFC à l’Ecole d’arts appliqués de La Chaux-de-Fonds en 2016, elle est partie étudier à la fameuse école de mode Central Saint Martins, à Londres. «J’y ai suivi des cours à la carte entre septembre 2016 et 2019.» En parallèle, Léa Parmigiani a effectué des stages dans plusieurs maisons de mode: Missoni, Franck Sorbier à Paris, Akris à Saint-Gall. «J’avais envie d’emmagasiner un maximum d’expériences avant de créer mon propre atelier.» Elle a aussi tenté l’aventure horlogère, entre 2016 et 2018, chez son père, «mais cela n’a pas étanché mon besoin de créer».

La jeune femme, qui vient de fêter ses 25 ans, prépare son brevet fédéral en création de vêtements au sein de l’Union suisse des métiers de la mode, à Worb. «On nous y apprend des techniques de haute couture. C’est ce qui m’intéresse: créer des vêtements et des accessoires sur mesure.» Dans son atelier, à Couvet, sont exposés ses modèles, dont quelques manteaux aux lignes épurées doublés d’une soie qu’elle a peinte à la main. Un luxe à porter contre soi et que l’on est seul à connaître.

«La peinture sur soie, c’est ma marque de fabrique», dit-elle. Ses carrés de 90 x 90 cm sont beaux comme des tableaux. «Je n’ai pas de toile, j’ai de la soie: c’est ma feuille blanche.» On sent le geste du peintre derrière chaque ligne, chaque courbe. «Quand je pose la couleur sur la soie, cela fuse, c’est très voluptueux, cela me détend.» C’est rare de pouvoir s’offrir une œuvre d’art à porter pour 120 francs.

Chaque pièce est unique et entièrement fabriquée par ses soins, du patronage jusqu’à la confection. «J’aimerais que l’on puisse garder mes pièces toute une vie, les faire évoluer. Un vêtement, c’est comme un ami qui nous accompagne.»

>> Retrouvez les créations de Léa Parmigiani: Atelier Léa Parmigiani, rue des Moulins 4, Couvet, www.atelierleaparmigiani.com

>> Vous connaissez une ou un Romand qui a un talent particulier? Signalez-le nous à courrier@illustre.ch

Par Isabelle Cerboneschi publié le 20 décembre 2021 - 08:46