1. Home
  2. Actu
  3. ​L’épopée chinoise des artisans suisses Morand et Kübler

Boissons

​L’épopée chinoise des artisans suisses Morand et Kübler

Williamine, tisanes et absinthe en Chine? C’est le pari fou de Morand et de Kübler en novembre à Shanghai.

Partager

Conserver

Photo

Du 5 au 10 novembre 2021 à Shanghai, la distillerie valaisanne Morand et le producteur d’absinthe neuchâtelois Yves Kübler découvriront un univers hors norme.

NeoPhoto

Trois cent soixante mille mètres carrés d’exposition, 3800 entreprises venant de 181 pays, environ 70 milliards de dollars dépensés en six jours… et deux PME suisses. La China International Import Expo, la plus grande foire internationale d’importation en Chine, est un mastodonte dans son genre, et deux petits producteurs helvétiques de boissons auront l’audace d’aller y dénicher des partenariats pour la première fois cette année.

Du 5 au 10 novembre 2021 à Shanghai, la distillerie valaisanne Morand et le producteur d’absinthe neuchâtelois Yves Kübler découvriront un univers hors norme, au milieu des plus grosses entreprises suisses et mondiales. Mais ils ne seront pas laissés à leur compte pour tâter le terrain chinois: les Swiss Centers, une organisation à but non lucratif soutenant les entreprises suisses à s’étendre dans l’Empire du Milieu, accompagneront la vingtaine de compagnies helvétiques dans l’aventure.

Morand

Comment l’absinthe d’Yves Kübler et la Williamine de la Distillerie Morand vont-elles être reçues en Chine? Réponse le 10 novembre…

Nouhad Monpays

A Martigny, où la Distillerie Morand produit sirops et spiritueux, l’expérience à venir sera la première hors d’Europe: «Nous avons atteint un bon niveau de ventes en Suisse romande, notamment sur les sirops, estime le directeur, Fabrice Haenni. Il est donc logique d’aller plus loin.» De son côté, Yves Kübler a déjà tenté l’aventure chinoise, mais l’essai avait été infructueux: «En 2019, j’avais fait seul les démarches pour y écouler mes produits, explique-t-il. Mais c’est bien trop compliqué sans aide: l’administratif conséquent, la barrière de la langue, les normes très différentes… Avec l’aide des Swiss Centers, je saurai une bonne fois pour toutes si démarcher en Chine peut valoir la peine pour mon entreprise.»

Morand

Comment l’absinthe d’Yves Kübler et la Williamine de la Distillerie Morand vont-elles être reçues en Chine? Réponse le 10 novembre…

© sedrik nemeth

«Je crois que tout produit a sa chance, quelle que soit la culture, avance Yves Kübler. Il faut simplement trouver les bonnes manières de l’introduire.» Pour confirmer l’essai, Romain Barrabas, responsable relations clientèle des Swiss Centers, est confiant: «Même si les Chinois connaissent la Suisse surtout pour son horlogerie, ses banques et la pureté de son air, la classe moyenne supérieure là-bas est prête à découvrir de nouveaux produits alimentaires et à y mettre le prix.» A l’heure où sirops, tisanes et absinthe sont encore en phase de tests pour pouvoir entrer sur le territoire chinois, on ne peut que se réjouir de cet engouement pour les produits de notre terroir!

Par Siméon Calame publié le 7 septembre 2021 - 08:35