1. Home
  2. Actu
  3. Rencontre : L'épopée éditoriale de Julien Perrot, créateur de «La Salamandre»

Rencontre 

L'épopée éditoriale de Julien Perrot, créateur de «La Salamandre»

Julien Perrot se réjouit de retrouver les téléspectateurs pour la deuxième saison de «Nos amis sauvages» dès le 28 août sur la RTS. Trente-sept ans après sa première expérience à la télévision. Il avait alors 12 ans.

Julien Perrot

Julien Perrot, créateur de la revue «La Salamandre», revient sur son aventure éditoriale avec cette publication, ainsi que sur la nouvelle saison de «Nos amis sauvages», émission qu'il anime pour la RTS. 

Blaise Kormann

«A l’orée du lancement de la deuxième saison, j’ai le sentiment d’une boucle dans ma vie qui me fait revenir à la première fois où je suis passé à la télévision, en 1984. J’avais 12 ans. Cela faisait déjà une année que j’avais lancé mon journal, La Salamandre. A cette époque, je regardais religieusement tous les dimanches l’émission de Pierre Lang Escapades, consacrée à la nature. J’habitais à Aubonne en ce temps-là, ma chambre était un véritable musée d’histoire naturelle avec des fossiles, des animaux empaillés, des terrariums, des collections de plumes à n’en plus finir.

>> Lire aussi: «On n’aime pas la nature à coups de fusil»

J’ai eu l’idée d’écrire à Pierre Lang avec l’espoir de l’intéresser à ma toute jeune expérience, lui décrivant mon parcours, ma chambre-musée et le fait que j’avais très envie de le rencontrer. Dix jours après, il m’a appelé! Je n’en croyais pas mes oreilles quand ma mère m’a passé le téléphone. Il a débarqué trois semaines plus tard chez moi avec son équipe. Seulement voilà, dans ces années-là, les caméras et les trépieds étaient si énormes qu’il a fallu démonter la porte de ma chambre pour les faire entrer. Je me souviens que Pierre Lang avait aussi complimenté ma mère sur mon parcours et avait même réussi à la faire témoigner dans l’émission alors qu’elle lui soutenait ne pas être habillée pour l’occasion! C’était très rigolo.
 

Ce passage dans l’émission a véritablement changé ma vie. Pierre Lang a encouragé les téléspectateurs à s’abonner à ma revue, en donnant même mon adresse. Dans la foulée, j’ai reçu un nombre incroyable de téléphones et de lettres et c’est ce qui m’a permis d’avoir mes premiers vrais abonnés en dehors du cercle familial. Il n’était plus question que je m’arrête en si bon chemin. Des journaux ont commencé à s’intéresser à moi, L’Hebdo a fait mon portrait, j’étais un bon sujet pour les médias, qui parlaient du plus jeune rédacteur en chef de Suisse romande ou du Mozart naturaliste. La défense de la nature, l’écologie, n’était pas encore un sujet d’actualité comme aujourd’hui. Pierre Lang m’a réinvité plusieurs fois par la suite et notamment dans sa dernière émission avant de prendre sa retraite. J’imagine qu’il serait fier de savoir que, aujourd’hui, La Salamandre compte 25 personnes, produit trois revues, des documentaires animaliers, des livres et des capsules vidéo sur YouTube. Je pense à lui qui a animé la dernière émission consacrée à la nature sur notre chaîne publique.

J’espère que, un jour, on puisse retrouver une émission fixe consacrée à ce thème. Que Nos amis sauvages connaissent plusieurs saisons. La crise de la biodiversité et celle du climat sont intimement liées: quand vous détruisez de la nature, c’est mauvais pour le climat et l’inverse est vrai également. Avec cette deuxième saison, l’idée est de proposer de belles images d’animaux, bien sûr, mais aussi d’évoquer, sans rebuter les gens, ces enjeux environnementaux auxquels nous devons faire face, en touchant le plus large public, celui qui ne lit pas forcément La Salamandre. J’y crois beaucoup! La menace est si grande aujourd’hui qu’il faut mettre le paquet!»

Les épisodes des deux saisons sont à visionner également en replay sur le site de la RTS et sur celui de «La Salamandre», www.salamandre.org.


Six animaux emblématiques pour la prochaine saison
 

Les chouettes des forêts en mal de vieux arbres, le renard dans la ville, les papillons en voie d’extinction, le lynx trop souvent braconné, la tortue et la disparition des zones humides, le moineau qui souffre comme nous du réchauffement climatique seront les protagonistes des six épisodes de la saison 2. Premier rendez-vous le 28 août à 18 h 45 sur RTS 1.

RTS
DR
Par Patrick Baumann publié le 18.08.2021