Aller au contenu principal
Publicité
© Blaise Kormann

L'héroïque marin Alan Roura

Publié samedi 27 juillet 2019 à 10:51
.
Publié samedi 27 juillet 2019 à 10:51 
.
Le skipper genevois a pulvérisé, à 26 ans, le record de traversée de l’Atlantique Nord sur un monocoque et en solitaire. Il n’a mis que 7 jours, 16 heures et 55 minutes, entre New York et le cap Lizard, au large de l’Angleterre. Nous l’avons accueilli en pleine mer, vendredi 19 juillet.
Publicité

Il l’a fait! Petit prodige de la voile et plus jeune concurrent, en 2016, du mythique Vendée Globe, la course en solitaire et sans escale autour du monde, le navigateur genevois Alan Roura vient de décrocher, à 26 ans, le record de la traversée de l’Atlantique Nord (5333 kilomètres) en monocoque et en solitaire*.

Parti de New York le jeudi 11 juillet, il a franchi sous nos yeux, vendredi 19 juillet, sur son voilier La Fabrique, la ligne d’arrivée au cap Lizard, au large du sud-ouest de l’Angleterre. Un formidable exploit réalisé en 7 jours, 16 heures et 55 minutes, qui pulvérise l’ancien record du Français Marc Guillemot, établi en 2013, qui était de 8 jours 5 heures et 20 minutes.

Blaise Kormann
Alan Roura franchit la ligne d’arrivée, au large du cap Lizard, vendredi 19 juillet à 13 h 20, et bat le record de la traversée de l’Atlantique Nord.


Nous avons attendu Alan Roura en pleine mer, sur un zodiac, avec sa femme Aurélia Mouraud, qui est aussi sa chargée de communication, et deux de ses équipiers du team La Fabrique. Une voile longtemps presque invisible, perdue dans la brume et un ciel blanc, qui apparaît et grossit peu à peu avant de gagner le port anglais de Falmouth, où nous l’avons questionné à chaud, dans l’émotion et l’euphorie de la victoire. Puis nous l’avons accompagné à Brest, la ville des records maritimes, où il a été fêté le lendemain.

- Comment vous sentez-vous après ce premier record?
- Alan Roura: C’est une satisfaction énorme. Ce record de l’Atlantique Nord, c’est celui dont je rêvais depuis des années. J’ai montré que je peux être à la hauteur, et puis je crois qu’un record, c’est un peu comme une drogue. C’est comme le Vendée Globe: on en fait un, on se dit d’abord que ça suffit et puis tout de suite après, on a forcément envie de recommencer.

Blaise Kormann
Aurélia Mouraud est la première à féliciter son champion de mari à bord de «La Fabrique», au large de l’Angleterre.

- Tout s’est passé facilement depuis New York?
Le premier jour a été plutôt cool, j’ai eu douze heures un peu pépère et, les jours suivants, le bateau a commencé à vraiment bien marcher. Je n’ai pas eu d’avaries, juste des petites conneries qui nous ralentissent un peu. Une voile est par exemple restée bloquée en haut du mât. Elle m’a fait ch... tout le long, je ne pouvais pas l’enlever.

- La veille de l’arrivée, vous étiez en retard sur le record.
- C’était panique à bord, j’étais dégoûté, je n’avançais pas. Mais mes routeurs étaient très sereins. Le vent avait baissé, mais ils me disaient qu’il allait repartir. C’est ce qui est intéressant sur ces tentatives de record, où on a de l’assistance, contrairement aux courses au large. On a des routeurs, il y a de l’entraide, quelque chose de plus profond.

- A quoi pensiez-vous pendant la traversée?
- A rien! J’ai débranché mon cerveau et je me suis mis la tête dans le guidon. Je ne pouvais pas remettre pied à terre sans le record. Il fallait que je le bouffe!

- Vous êtes sensible au vent, à la nature, aux étoiles?
- En général oui, mais pas là. J’ai foncé tête baissée. Je n’ai jamais été comme cela avant, mais je me suis dit qu’il fallait que je me fasse mal, même très mal. Je me suis dit que j’avais un chouette bateau, une chouette équipe, et que je devais être à la hauteur. Du coup, je n’ai pas pris le temps de regarder le ciel. D’ailleurs, c’étaient des nuits noires, il pleuvait quasiment tout le temps, on ne voyait pas les étoiles, les journées étaient grises... La nature, je n’en ai pas vu grand-chose! J’ai vu deux dauphins avant d’arriver ici, une heure avant la ligne d’arrivée, au large de l’Angleterre…

Blaise Kormann
Le skipper genevois n’a dormi que huit heures en une semaine. Après la ligne d’arrivée, il s’accorde une pause bien méritée.

- Enfant, vous habitiez avec vos parents sur un bateau, dans la rade de Genève, au Port Noir.
- J’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont fait découvrir ce monde. Mon père est ferblantier, donc ça n’a rien à voir avec la voile, mais il m’a transmis sa passion de l’eau, des grands espaces. La mer, pour moi, c’est la liberté! Quand on regarde l’océan, c’est juste la liberté! Et c’est quand même chouette de passer sa vie à jouer sur un bateau.

- Le record, c’était sept jours de liberté?
- Oui, carrément, je n’ai pas vu passer les journées. C’était top! J’étais libre, mais pas si libre que ça, en fait. Quand on fait une course au large, on fait tout soi-même: on décrypte les messages météo, on choisit sa route, on fait le routage, sa météo. Mais quand on est sur un record, on a une équipe à terre qui fait tout cela et qui nous indique la route à suivre.

Blaise Kormann
Alan Roura sur son voilier de 60 pieds, catégorie Imoca, pendant sa traversée historique bouclée à la moyenne de 15,57 nœuds (un nœud égale 1,8 km).

- C’est quoi le mieux?
- C’est quand même chouette d’être aidé. La météo, c’est un travail monstrueux. Dans une course au large, on y passe trois ou quatre heures par jour. Alors avoir des gens compétents qui le font pour nous, c’est top. Pendant le record, je me mettais devant l’ordi et deux secondes après, j’avais toute ma route tracée.

- Le plus dur, c’est le manque de sommeil?
- J’ai dû dormir huit heures en tout et pour tout durant ces sept jours. Parfois par tranches de vingt à trente minutes au maximum, mais parfois juste une ou deux minutes. On s’habitue, la tension nous tient éveillé.

- C’est dur mais agréable?
- Carrément! C’est le pied! Ce qui est bien avec la course au large, c’est qu’on y trouve tout ce que les gens n’aiment pas dans la vie de tous les jours. C’est-à-dire, par exemple, le sel sur la peau, la violence du vent, la tempête, la peur... Nous, on aime ça et on en redemande! On aime se faire mal!

- C’est le retour à des plaisirs purement existentiels?
- Oui, c’est un peu ça. On mange ce qu’on a, on boit ce qu’on a... Si on n’a plus d’eau, eh bien il y aura encore l’eau de pluie. On n’est pas des consommateurs. On revient vraiment à l’essentiel, on est dans la vraie vie.

- Qu’est-ce que vous mangiez?
- J’avais de l’eau en bouteille et des plats lyophilisés. Des sachets qu’on met au bain-marie, on rajoute de l’eau chaude. C’est très bon.

- Vous avez maigri?
- Aucune idée. Je dois être entre 68 et 69 kilos pour 1,76 mètre.

- Aurélia m’a dit que vous vous êtes mariés il y a un mois.
- Oui, c’était le 15 juin, juste entre Lorient, où on est installés, et Quimper. On voulait faire le repas de mariage sur la plage, mais comme il pleuvait, on l’a fait dans un endroit atypique et c’était top. On était dans des serres! Dans un jardin botanique avec d’énormes serres.

- L’amour, ça ne rend pas plus prudent en course?
- Je pense que ça ne change rien, parce que quand on court, on est totalement dans notre bulle. Je peux penser à Aurélia pendant dix minutes et puis, une heure après, je ne pense plus à elle et je fais un truc qui me met en danger complètement! Beaucoup de gens pensent que les marins qui ont des enfants naviguent différemment, mais ce n’est pas vrai. Les plus grands marins ont tous été des pères de famille.

Blaise Kormann
Devant son ordinateur, pour le pilotage automatique.

- Vous voulez gagner pour qu’elle soit fière de vous?
- Oui, c’est aussi vrai. J’ai envie de la rendre fière, heureuse.

- Vous voulez des enfants?
- Mais oui, bien sûr! Mais on ne sait pas encore quand. Un jour! On a le temps!

- Vous repensez souvent à votre enfance sur un bateau?
- Oui, très souvent. Ce sont des souvenirs importants et qui me donnent du peps. Comme j’ai eu une vie un peu atypique, ça me permet de me poser des questions: d’où je viens, où je veux aller… J’ai quitté la Suisse avec mes parents quand j’avais 8 ans, je suis rentré quand j’en avais 19 et je suis reparti tout de suite en France. J’ai passé plus de temps aux quatre coins du monde qu’en Suisse.

- Vous êtes un citoyen du monde?
- Oui, mais j’ai toute ma famille en Suisse. J’ai deux sœurs et un frère. Ma sœur habite à Thoiry, juste à côté; mon frère habite à Genève et mon autre sœur en Italie.

- Sur le bateau, il y a des moments d’angoisse?
- Pas vraiment d’angoisse, mais des pensées négatives. C’est lié à des questions personnelles, à des projets. Par exemple, notre contrat avec notre sponsor principal, La Fabrique, arrivera à échéance en 2021, après le prochain Vendée Globe. On a un feeling extraordinaire avec La Fabrique et on est en train d’écrire quelque chose de fort ensemble, mais je ne sais pas ce qui se passera après. C’est une angoisse que j’ai souvent, parce que je dois trouver du boulot pour mes gars. On est six dans notre équipe. On a tous des loyers, des emprunts... Avec Aurélia, on a acheté une maison à Lorient. En voiture, on est à trois minutes du port, c’est cool. J’ai la maison, le boulot, le chien, la femme, marié, posé... La totale! (Rire.)

- Comment s’appelle votre chien?
- Luna. C’est une chienne. C’est une staffie de 4 ans et demi. Elle est tout le temps avec nous.

Blaise Kormann
Les parents d’Alan Roura, Georges et Myriam, attendent leur fils dans la rade de Brest.

- Aurélia est Parisienne, vous êtes Genevois et vous vivez à Lorient.
- On adore Lorient. Je ne reviendrais pas habiter dans la région genevoise après avoir vécu en Bretagne. Ici, les gens sont vrais, ils sont sincères.

- Mais à Genève aussi, non?
- Oui, bien sûr. Je les ai connus enfant, je les connais encore via mes parents, mais ce n’est pas mon mode de vie. Je passe une semaine à Genève et il faut que je me casse. Ce n’est pas parce qu’on est né dans un endroit qu’il faut forcément rester à cet endroit. Il faut s’ouvrir, il faut rebondir, il faut voir plus loin. Oui, je suis Genevois, je suis né à Onex, mais j’habite en France et je suis très bien où je suis. La Suisse, pour moi, c’est magnifique, mais il ne faut pas hésiter à élargir son monde.

- Vous avez un passeport suisse?
- Oui, j’ai uniquement un passeport suisse. Quand on voyage, c’est vraiment le passeport top! Mais peut-être que je demanderai aussi le passeport français, un jour. Quand on a fait le tour du monde en bateau avec mes parents, on est resté au Venezuela pendant deux ans et demi, aux Caraïbes pendant un an, en Nouvelle-Zélande un an… Les gens sont très sympas partout.

- Je me rappelle qu’un marin, Bernard Moitessier, avait abandonné une course gagnée «pour sauver son âme». Il y a une dimension spirituelle dans la voile?
- Sur un Vendée Globe, qui dure trois mois, on se pose des tas de questions. On est seul au milieu de l’océan. On se met dans un mode guerrier, on laisse son cerveau au vestiaire, parce qu’il faut être hyperconcentré sur la course. On voudrait que le monde s’arrête et que ce moment dure toujours, mais on sait que c’est impossible. Alors on a des pensées qui vont dans tous les sens. On pense toujours au moment où on va devoir revenir, on se demande si on va retrouver notre place.

Blaise Kormann
La mère du skipper genevois, Myriam, enthousiaste et joyeuse, agite un drapeau suisse à l’arrivée de son fils.

- Votre prochain objectif?
- Tant que je n’aurai pas gagné le Vendée Globe, j’y retournerai à chaque fois. Avec un bateau performant, je peux gagner, carrément. Pour la prochaine course, qui partira le 8 novembre 2020, je pense que ce sera impossible, mais on a l’idée de construire plus tard un bateau neuf et de gagner. Le Vendée Globe, c’est une course incroyable. On tourne autour de notre planète. C’est un challenge d’enfer.

- Vous caressez parfois votre bateau, comme un cavalier caresse son cheval.
- C’est mon partenaire, donc je vis des émotions avec lui: quand il a mal, j’ai mal, puisqu’on est liés. Et quand il est heureux, c’est que je suis heureux aussi! On est une équipe, c’est pour cela que je dis toujours: «On a passé la ligne d’arrivée.» On, c’est moi et mon bateau, on est toujours liés et dès que je peux, j’essaie de le remercier. Pour moi, un bateau, c’est un objet qui a une âme.

- C’est une relation de couple?
- Oui, bien sûr. C’est une histoire d’amour qui peut être assez dure entre «Je t’aime» et «Je vais t’exploser». On en veut à l’autre quand il nous fait des crasses et on l’adore quand il a tenu toute la course et qu’on passe la ligne d’arrivée. Là, on remercie l’océan et le bateau. En passant la ligne, on donne toujours une goutte d’alcool au bateau et à l’océan. Ça peut être n’importe quel alcool, de la bière, du vin... C’est un rituel très fort et je trouve important de le faire.

* En multicoque, le record de cette même traversée de l'Atlantique Nord en solitaire est détenu depuis juillet 2017 par le Français Thomas Coville en 4 jours, 11 heures et 10 minutes.


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré