1. Home
  2. Actu
  3. 10 décennies, 10 pionnières: Lise-Marie Morerod, sur ses skis, le soleil d’une génération

10 décennies, 10 pionnières

Lise-Marie Morerod, sur ses skis, le soleil d’une génération

Lise-Marie «Boubou» Morerod a été, à 21 ans, la première Suissesse à remporter une Coupe du monde de ski alpin, en 1977. Mais le cirque blanc n'a pas été le seul à la mettre à l'épreuve. Portrait d'une héroïne des années 1970.

10 héroïnes Morerod

Lise-Marie, si populaire qu'on l'appelle par son seul prénom.

La Mayo

L’accent des Ormonts en bandoulière, le bonnet rouge se faufilant entre les piquets des slaloms, Lise-Marie «Boubou» Morerod fut le soleil sportif helvète des années 1970, jusqu’à devenir la première Suissesse à remporter le grand globe de la Coupe du monde, en 1977, à 21 ans, avec ceux du géant et du spécial. Elle s’en souvient avec cette gouaille qu’elle a gardée malgré les épreuves qui ont jalonné sa vie. «Le trophée était plus petit pour les femmes que pour les hommes. Je suis allée le dire à Serge Lang, le patron. Depuis 1978, ils ont la même taille.»

Lorsqu’elle remporte le classement général de la Coupe du monde de ski en mars 1977, elle est si populaire qu'on l’appelle tout simplement par son prénom.

Elle est ainsi, Lise-Marie, authentique, avec une lumière dans la voix héritée d’une mère méditerranéenne. Son sourire emplit L’illustré de l’époque, avec un récit à la Cosette. «A Vers-l’Eglise (VD), j’avais quatre frères et nous habitions une ferme isolée. Mon père faisait l’écurie à la chandelle. Mais c’était le bonheur. Après l’école, le gars du téléski m’attendait pour que je puisse rentrer.» Parfois, il l’oubliait. Elle finissait à pied, à skis, dans la forêt. «C’est ce qui m’a forgée…»

«L’illustré» la photographie avec son père dans la ferme familiale.

Elle a commencé avec les skis en bois, les fixations à lanières; en 1969, elle gagne les Championnats romands avec… 4 secondes d’avance. «J’ai été la première à oser taper dans les piquets. J’en avais les épaules bleues!» rit-elle. La préparation du matériel était capitale: il fallait avoir un bon serviceman et elle avait le meilleur, Jean-Pierre Ansermoz. Puis tout s’embrouilla.

En 1977, elle remporte le classement général de la Coupe du monde de ski.

Un terrible accident de voiture en 1978, avec trois semaines de coma, la faucha. Elle tenta de revenir, sans succès. S’y greffèrent des soucis d’argent, «alors que j’aurais dû signer un contrat juste après l’accident. J’aurais touché 3000 francs à vie.»

En 2000, elle est malade, sans le sou: des articles suscitent un élan de solidarité. Le conseiller fédéral Adolf Ogi ou le couple Erika Hess-Jacques Reymond se mobilisent. Après avoir travaillé dans un EMS, la championne est aujourd’hui retraitée. Mère d’un fils dont elle est très fière, elle vit à Leysin (VD). Et reste Lise-Marie, l’éclat d’une génération.

Par Marc David publié le 14.09.2021