Aller au contenu principal
Publicité
© Blaise Kormann

L’orfèvre des tourne-disques

Publié mardi 1 septembre 2020 à 00:00
.
Publié mardi 1 septembre 2020 à 00:00 
.
Dans la Maison de passe et ses dessous vinyle, à La Neuveville, Stéphanie Harsch ne crée pas que des joyaux. La bijoutière restaure aussi des phonographes.
Publicité

Voilà quatre ans que Stéphanie Harsh, artiste indépendante du Jura bernois, a transformé la vieille maison de passe de La Neuveville en espace de création. L’ancienne étudiante en bijouterie à l’Ecole d’arts appliqués de La Chaux-de-Fonds y organise des expositions pop-up lorsque, un jour, elle tombe sur un tourne-disque abîmé. «Grâce à des tutoriels, j’ai réussi à réparer ce pickup en bois que j’avais trouvé à la déchetterie», se rappelle l’autodidacte. Une passion naît. Le nom «les dessous vinyle» s’ajoute alors à son atelier en clin d’œil coquin au passé du lieu.

Depuis, cette mère de famille chine ces objets sur des sites de ventes aux enchères. De fil en aiguille, elle a redonné vie à une quarantaine de platines, les ornant de sa touche de joaillière. «Je les customise avec des pierres précieuses.» Son mantra: retravailler ces appareils de musique en y ajoutant une touche contemporaine durable.

Pour perfectionner sa technique, la jeune quadragénaire suit l’apprentissage de René, artisan de 80 ans à la retraite. «Depuis plus de deux ans, il m’apprend le métier. Mais avec le covid, c’est devenu plus compliqué, car il faut respecter les distances quand il me transmet son savoir-faire.»

La bijoutière avoue s’évader grâce à cette activité vintage. «Ces réparations m’offrent des escapades avec Richard, petit surnom que j’ai donné au site web Ricardo, où je déniche mes trouvailles. C’est à chaque fois une aventure», résume celle qui vient de rentrer du Liechtenstein avec, dans son coffre, plusieurs phonographes. «J’aime écouter le problème du tourne-disque, me balader dans les rouages et résoudre l’énigme pour qu’il fonctionne de nouveau.»

Stéphanie Harsch précise toutefois ne pas en réparer à la demande pour éviter la course aux délais. «Chercher les pièces manquantes peut prendre du temps. Je dois aussi réaliser mes autres projets.» Elle expose sa nouvelle collection de bijoux en septembre à Paris, à la Galerie Street Art Alley. Et pour les amateurs de vinyles, une nouvelle gamme de tourne-disques sera disponible sur son site à la mi-­septembre.

>> Découvrez en plus sur la Maison de passe et ses dessous vinyle

>> Vous connaissez une ou un Romand qui a un talent particulier?
Signalez-le nous à l'adresse: courrier@illustre.ch


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré