1. Home
  2. Actu
  3. LVX, le gin genevois de Quentin

Actu

LVX, le gin genevois de Quentin

Il était dans la finance avant de tout lâcher pour se lancer dans la distillerie. Quentin Verne a élaboré une recette originale de gin aux couleurs genevoises.

file7dxptewmamg59jy7kfx
Magali Girardin

Il ne boit pas de gin au petit-déjeuner comme certaines vedettes hollywoodiennes, mais Quentin a créé un gin qu’il rêve de voir rejoindre d’autres spécialités cantonales, à l’image de la marmite en chocolat ou la longeole. D’ailleurs son gin s’appelle LVX Gin, d’après l’adage calviniste: «Après les ténèbres, la lumière.» En tout cas dans le gosier. C’est un tatoueur qui a dessiné le logo de la bouteille.

A la base de tout gin, il y a des baies de genièvre, des graines de coriandre et de la racine d’angélique. Quentin, lui, a ajouté de la fleur de sureau, de la cardamome, des graines de paradis et des écorces d’agrume pour lier les plantes entre elles. Les druides ne révèlent pas leurs secrets, lui énumère volontiers les ingrédients de sa potion magique. «Ce qui fait la différence, c’est le dosage!»

Nous vous proposons aussi

Comment un jeune homme de 33 ans spécialiste de hedge funds dans une banque en est-il venu à fabriquer de l’alcool? «Pendant mes études, j’ai distillé avec un copain dans un garage. Quand mon employeur a licencié, j’ai saisi cette occasion pour me lancer.» Il rencontre en 2018 un distillateur qui lui apprend la technique, qu’il va encore perfectionner avec des cours à Changins.

Aujourd’hui, il distille à Féchy chez un professionnel, mais espère bientôt le faire à Genève. Depuis le lancement de sa marque en 2019, Quentin Verne a vendu près de 3000 bouteilles qu’il livre lui-même à vélo cargo aux cavistes ou restaurants, privilégiant les circuits courts et les produits naturels. «La production d’une bouteille prend entre sept et dix jours et chacune est numérotée», explique le jeune homme. Pour l’instant, tous ses gains sont réinvestis. Ce qui lui a permis de commander de petits alambics et un appareil de distillation à froid qui protège mieux les plantes fragiles et lui permettra d’enrichir ses recettes. Dans son bar La Distillerie, ouvert cette année, il offre en plus aux amateurs la possibilité de créer leur gin. «On choisit les plantes, on distille et on peut repartir avec sa bouteille.»

>> Le site de LVX Geneva Dry Gin

>> Vous connaissez une ou un Romand qui a un talent particulier? Signalez-le nous à courrier@illustre.ch


Par Baumann Patrick publié 06.01.2021
Nous vous proposons aussi