Aller au contenu principal
Publicité
© Sedrik Nemeth

Avec Marianne Maret, «il n’y a ni calcul, ni embrouille»

Publié mercredi 6 novembre 2019 à 08:43
.
Publié mercredi 6 novembre 2019 à 08:43 
.
Qui est la première Valaisanne à être élue au Conseil des Etats? On sait qu’elle est mère de quatre enfants, dont un adopté, grand-mère de cinq petits-enfants, qu’elle a été arbitre de basket et qu’elle aime dire ce qu’elle pense. Rencontre croisée avec Marianne Maret et son mari depuis quarante ans.
Publicité

On peut faire dire ce qu’on veut à des chiffres. Par exemple que le jour de naissance de Marianne Maret, le 15 juin, comme un certain Johnny Hallyday, n’a pas pour autant rendu sa candidature rock’n’roll dans le Valais romand. Mais encore? Gémeaux, comme le Taulier donc, la nouvelle sénatrice est née Bachmann, en 1958, à Martigny, d’un père zurichois et d’une mère valaisanne, quinze ans pile après l’idole des jeunes.

Hasard du calendrier, cela faisait justement depuis 1943 que le Chablais valaisan n’avait plus eu de représentant au Conseil des Etats. Autant dire que l’élection de l’ancienne présidente de la commune de Troistorrents-Morgins, même «à la raclette» pour utiliser une métaphore locale – 1370 voix de plus que son rival socialiste Mathias Reynard – est historique à double titre. Marianne Maret est non seulement la première Valaisanne de l’histoire à siéger à la Chambre haute à Berne, mais elle entre sous la Coupole septante-six ans après son devancier du coin. Cerise sur le gâteau, grâce à elle, son parti, le PDC, pourtant en déliquescence dans la République, conserve les deux sièges qu’il occupe depuis… cent soixante-deux ans! Une hégémonie qui fait dire dans les estaminets qu’en Valais, c’est comme avec la Mannschaft en football. A la fin, c’est toujours le PDC qui gagne…

DR
Marianne Maret à l’âge de 3 ans, à Sion.

Une ruse payante

Côté premières, cette mère de quatre enfants (une fille de 37 ans, deux garçons de 36 et 33 ans ainsi qu’un fils handicapé physique et mental adopté il y a trente ans à l’orphelinat de Mère Teresa, à Calcutta) et grand-mère de cinq petits-enfants n’en est pas à son coup d’essai. Dans un domaine plus sportif – encore que – elle fut en effet l’une des premières femmes du pays arbitre de basket.

Ainsi, dire qu’elle sait prendre la balle au bond relève de l’euphémisme. Mais de là à assurer un panier vainqueur, il y a un pas que ses détracteurs et adversaires politiques étaient certains de l’empêcher de franchir. Erreur. En martelant qu’elle ne connaît pas les affaires fédérales, ils sont tombés dans le panneau. Car à défaut d’expérience nationale, la nouvelle élue a bien saisi les particularismes d’un canton qu’elle laboure depuis vingt-deux ans, comme elle dit. La preuve, sous prétexte d’améliorer son allemand, elle a passé une partie de ses vacances d’été dans le Haut-Valais. Une «attention» que les électeurs du «Haut» lui ont parfaitement rendue. Ne dit-on pas d’un Gémeaux qu’il a le sens de la ruse? Elle n’en a cure. «Jusqu’à nouvel avis, le Valais n’est pas composé de deux demi-cantons», rétorque-t-elle, un brin agacée quand on lui fait remarquer que c’est la partie germanophone qui l’a propulsée sur son siège. «Peu importe. Pour moi, c’est une belle histoire qui continue. J’en suis très honorée mais également très fière.» Dont acte!

Sedrik Nemeth
La sénatrice valaisanne est félicitée par sa fille Aurélie.

Cordon-bleu et cérébrale

Car elle a du répondant, Marianne Maret. Et même un caractère fort, ose Christian, son jovial mari depuis quarante ans, fraîchement retraité de l’enseignement spécialisé, qui peine à lui trouver un vrai défaut.

Idem du côté des ami(e)s ou des collègues de parti. Aux mêmes questions fusent les mêmes réponses. On résume: la sénatrice est une bosseuse acharnée, passionnée de politique et de la chose publique, qui aime rencontrer les gens et les écouter.

Anything else? «C’est un vrai cordon-bleu, une marcheuse impénitente, qui adore dévorer des romans pour se changer les idées», complète Christian qui, réflexion faite, la trouve parfois un peu trop cérébrale. «Au moins, lorsqu’elle prend une décision, on sait que celle-ci a été mûrement réfléchie», se marre ce pince-sans-rire. «Avec elle, il n’y a ni calcul ni embrouille. Au contraire, elle est plutôt franche et directe. Même s’il a été raillé, son slogan de campagne, "sincèrement", la caractérise parfaitement», enchaîne Stéphane Veya, qui l’a côtoyée dans les travées du Grand Conseil, au temps où elle présidait la Commission de gestion.

Transparence

Comme pour attester cette volonté de transparence, Marianne Maret n’hésite pas à déclarer son budget de campagne: 66 000 francs. Fleur bleue ascendant rêveuse de son propre aveu, la sénatrice certifie pourtant n’avoir jamais imaginé son historique destin. «Me porter candidate a été une décision de couple. Je n’ai jamais eu de plan de carrière. J’étais prête à tout accepter, y compris la défaite», assure l’ancienne employée de commerce, mère au foyer pendant dix-neuf ans avant de céder à sa passion.

DR
A 15 ans, la jeune Marianne étudie avant de bifurquer vers un apprentissage d’employée de commerce. A 21 ans, elle se marie avec celui qui est toujours à ses côtés.

Témoignage de sa bonne foi, celle qui a refusé de se porter candidate à la vice-présidence du parti suisse, il y a deux ans, après la démission de Yannick Buttet, a même participé à la recherche des personnalités susceptibles de remédier au renoncement de ce dernier, auquel le siège laissé vacant par Jean-René Fournier était promis. Mais c’était avant ses frasques extraconjugales. «A ce moment-là, jamais je ne pensais être candidate.» «Cela démontre qu’à 60 ans passés on est loin d’être foutu! Les gens devraient s’en inspirer», assène au passage Roger Savioz, conseiller communal à Grimisuat et membre de l’équipe de campagne.

Femme de cœur

A écouter la colistière de Beat Rieder, son premier de cordée, elle semble même plus affûtée que jamais, d’attaque pour faire reconnaître et apprécier le Valais à sa juste valeur à Berne (sic). «Bien sûr que l’idée de me retrouver dans cette salle chargée d’histoire me fait frissonner. Mais je ne suis pas une peureuse. J’y vais avec sérénité. Me mettre une pression exagérée ne m’aiderait pas à faire du bon travail», analyse la Chablaisienne, qui se décrit comme un miroir à deux faces: bûcheuse, rationnelle et obstinée, comme quand elle s’oppose à son parti sur la question de la retraite des femmes à 65 ans avant de garantir l’égalité salariale, mais aussi extravertie, épicurienne et capable de se lâcher. Et pas que dans sa vie privée.

Aux piques ou aux sarcasmes, elle répond du tac au tac, fût-ce en serrant les dents. «Se faire battre (de 28 voix) par son rival dans sa propre commune n’est pas très plaisant à vivre. L’effet Pascal Couchepin sans doute, qui a appelé les PLR à voter Reynard. Si je lui en veux? Pas du tout. C’est du passé, maintenant», répond la bergère de Troistorrents au berger de Martigny.

Choix de vie

Autre bon compte à régler parmi ceux qui font les bons ennemis, la thèse selon laquelle Mathias Reynard serait plus féministe qu’elle. «Ça a été d’autant plus dur à entendre que, malgré son engagement, M. Reynard ne pourra jamais témoigner de ce que vit et ressent la femme, la mère, la grand-mère et la politicienne que je suis.»

A la parole, Marianne Maret a surtout l’avantage d’avoir joint un acte: l’adoption de Kamal, ce fils handicapé, à l’âge de 18 mois. Un choix de vie. «Faire quelque chose pour les autres, ne pas rester campés sur notre chance et un certain égoïsme nous apparaissait comme une évidence. Comme nous étions limités financièrement, nous avons décidé d’offrir une famille à un enfant qui n’avait pas beaucoup de chances d’être adopté», confie-t-elle avec pudeur. Derrière Madame la sénatrice se cache une femme au grand cœur…


«Putzfrau» et masturbation, le «bad buzz»

Une petite phrase toute bête, lâchée à la cantonade par Marianne Maret au micro de la chaîne Canal 9 dans les minutes qui ont suivi son élection, a beaucoup fâché la coprésidente de l’association Solidarité femmes Valais et députée socialiste au Grand Conseil Sarah Constantin.

Les faits. A la question de savoir comment elle avait occupé son temps en attendant le résultat, la nouvelle sénatrice a répondu: «J’ai fait ce que toute femme au foyer fait quand elle s’embête: j’ai rendu la maison impeccable!» Ce à quoi la députée a rétorqué sur sa page Facebook: «Comme toute femme au foyer qui s’embête, je me masturbe!»

«Bad buzz»

Il n’en a pas fallu plus pour enflammer les réseaux sociaux et déclencher un «bad buzz» ainsi qu’une polémique post-électorale, qui en dit long sur les tensions ayant présidé à la campagne et la frustration que son issue a causée.

Si Marianne Maret admet avoir été prise de court par la question et y avoir répondu maladroitement, elle ne voit pas en quoi ses propos seraient graves. «Je n’ai dit que la vérité. Je peine à comprendre cette réaction. C’est une polémique stérile qui discrédite celle qui l’a provoquée et ceux qui la soutiennent.» «[C’est] le caractère stéréotypant du rôle de la femme que je dénonce. Mon post visait à illustrer cela, crûment, j’en conviens, mais sans volonté de blesser. [...] c’est avec sincérité et sans trahir mes valeurs et engagements que je suis à même de dire que je n’avais aucune intention de blesser et que je m’en excuse si tel a été le cas», a écrit pour sa part Sarah Constantin sur sa page Facebook. La jeune militante a choisi de démissionner lundi soir.


Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré

Découvrez votre nouveau magazine L'illustré et profitez d'une offre d'abonnement exceptionnelle!