Aller au contenu principal
Publicité

Marie Laforêt, souvenirs d'une balade à Genève

Publié mardi 5 novembre 2019 à 09:20
.
Publié mardi 5 novembre 2019 à 09:20 
.
La chanteuse et actrice Marie Laforêt s’est éteinte le 2 novembre à la clinique de Genolier, à l’âge de 80 ans. Celle qui a vendu 35 millions d’albums et tourné dans 35 films vouait une passion à Genève.
Publicité
Giancarlo BOTTI/STILLS
Portrait de Marie Laforêt portant des fourrures Dior, en 1974.

«Genève est ma plus belle rencontre amoureuse», confiait-elle. Avec Hermann, son teckel, on l’avait accompagnée au parc des Bastions, qu’elle considérait un peu comme sa propriété privée, pour cueillir des feuilles de ginkgo pour ses crèmes de jour. Eh oui, la fille aux yeux d’or, à la beauté insolente, n’achetait que du savon et du dentifrice. Marie Laforêt est décédée dans ce pays qu’elle appelait son «couvent intérieur» et dont elle possédait le passeport, un mois après avoir fêté ses 80 ans.

«Le showbiz m’emmerde»

Toute sa vie, elle a gardé une certaine distance avec son métier. Toujours cash – «le showbiz m’emmerde», clamait-elle –, la native de Soulac-sur-Mer devient commissaire-priseur à Genève, en 1978, avant de fermer boutique «parce que je n’avais pas le sens des affaires». Côté cœur, ses Vendanges de l’amour ont parfois eu le goût de piquette. La chanteuse a eu cinq maris (dont un médecin suisse) et trois enfants. Son aînée, Lisa Azuelos, réalisatrice, a confié un jour que sa mère était plus douée pour chanter que pour élever des enfants. Marie Laforêt, qui n’était tendre avec personne, surtout pas avec elle-même, n’a jamais prétendu le contraire. Elle aura connu la gloire mais aussi la solitude, regrettant de n’avoir jamais trouvé «quelqu’un qu’on pourrait appeler à 2 heures du matin».

Episodes excentriques

Elle avait avoué tardivement avoir été victime d’un viol à l’âge de 3 ans et avait connu des épisodes un peu excentriques, il y a vingt ans, qui lui valurent quelques railleries, quand elle prétendait être la cible de complots ourdis par des sociétés secrètes.

Une femme, aussi, éminemment cultivée, spécialiste d’Hérode et lectrice de Sénèque, capable aussi de vous lancer tout soudain une blague du style: «Monsieur et Madame Pluspersonne ont un fils, comment s’appelle-t-il? Jonathan.»

Laurent Ruquier l’avait fait revenir sur le devant de la scène en 2002 pour jouer dans sa pièce La presse est unanime. Cinq ans plus tard, elle annulera une tournée d’adieu, déjà pour raisons de santé. On a souvent décrit une artiste en avance sur son temps, ce qui lui faisait dire qu’elle avait beaucoup attendu dans sa vie. Sa chanson Moi je voyage servira de modèle vocal à la future Mylène Farmer. Bon dernier voyage, Marie Laforêt.

GAMMA-RAPHO
Portrait de Marie Laforêt paru autour de 1970.

Publicité

Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré

Découvrez votre nouveau magazine L'illustré et profitez d'une offre d'abonnement exceptionnelle!