Aller au contenu principal
Publicité

Médecines complémentaires et douleurs chroniques

Publié jeudi 1 octobre 2020 à 17:23
.
Publié jeudi 1 octobre 2020 à 17:23 
.
En Suisse, on estime que 20% de la population souffre de douleurs chroniques. Rarement visibles ou exprimées lors d’examens médicaux, elles n’en ont pas moins un effet dévastateur au quotidien. Bonne nouvelle, les médecines complémentaires peuvent s’avérer utiles pour y faire face. Le point avec la professeure Chantal Berna Renella, responsable du Centre de médecine intégrative et complémentaire du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Publicité

La douleur est un phénomène universel qui sert généralement de système d’alarme face à un événement menaçant. Les spécialistes distinguent la douleur aiguë de la douleur chronique. La première est soudaine et intense, apparaissant avec une problématique spécifique, dite aiguë, comme un accident, et disparaissant soit spontanément après résolution de l’atteinte à la santé, soit après traitement spécifique de la cause. «La douleur chronique est une douleur persistant au-delà de trois à six mois après son apparition, dans certains cas sans qu’une lésion soit visible, ce qui rend sa réalité encore plus complexe, explique Chantal Berna Renella. Il s’agit d’une souffrance individuelle d’autant plus dramatique pour la personne. Elle dépasse le modèle biomédical classique parce que de nombreux facteurs – spirituels, socio­économiques, environnementaux – la composent.» Bien loin d’être irréelles, ces douleurs, qui sont modulées par le vécu de la personne, rendent le quotidien de ceux qui en souffrent difficilement supportable. Surtout, on touche aux limites des thérapies conventionnelles. «Les médecines complémentaires n’offrent pas de solution miracle, avertit la professeure Berna Renella. Par contre, des techniques comme l’hypnose, l’acupuncture ou la méditation peuvent aider les personnes à vivre avec des douleurs chroniques.»


Devenir maître de sa douleur
Une douleur qui s’est installée ne va pas s’évanouir du jour au lendemain. Comme le dit la professeure Berna Renella, il faut la «travailler au corps». On peut s’en distancier ou gagner un certain contrôle sur elle. Au mieux, elle va disparaître et ne revenir que de façon épisodique. «Peu importe la technique choisie, ce qui change le quotidien des gens est de trouver une manière de se mettre à distance ou de ne percevoir cette sensation pénible que de manière momentanée», ajoute la spécialiste. Ce qui signifie que le corps et l’esprit ne reviendront pas à ce que la personne connaissait avant la douleur. Par contre, savoir qu’on a des compétences pour y faire face change la donne. «Par exemple, si la douleur apparaît dans une réunion, on ne se dit plus qu’elle va durer pour le reste de la semaine», note la professeure vaudoise. Au fond, les médecines complémentaires peuvent offrir des outils pour se mettre en mouvement. Même si ces approches ne marchent pas pour tout le monde, elles peuvent ouvrir des portes, redonner de l’énergie et permettre de sortir d’une situation décrite comme un cul-de-sac.


Opter pour une stratégie multimodale
Les principes de traitement des douleurs aiguës ne s’appliquent souvent pas aux douleurs installées depuis longtemps. Reconnaître cette différence est essentiel pour gérer les frustrations face à un soulagement partiel ou à des progrès parfois lents ou fluctuants. Devant la complexité des douleurs chroniques et rebelles, la réponse ne peut être que globale et combiner plusieurs types d’approches. Même si cela demande du temps et des ajustements, les efforts sont le plus souvent payants en termes d’amélioration de la qualité de vie. «La meilleure façon de choisir son traitement est d’en parler à son médecin traitant ou à un spécialiste en antalgie, insiste Chantal Berna Renella. Avoir un avis neutre face à un trajet complexe est souvent une aide précieuse, tant certains thérapeutes pourraient être tentés de favoriser la technique qu’ils maîtrisent. Cela dit, construire sa propre boîte à outils face à la douleur est un processus de maturation et d’apprentissage en soi.»


«Les douleurs chroniques et rebelles» de Suzy Soumaille, en collaboration avec Valérie Piguet (coll. J’ai envie de comprendre, Ed. Planète Santé)
Ce petit guide pratique répondra à toutes les questions que vous vous posez sur les douleurs chroniques. Quel est le rôle des émotions dans les symptômes? Comment contrôler soi-même les douleurs? Et comment faire face aux douleurs neuropathiques ou à la fibromyalgie? En plus de donner des clés de compréhension de la douleur, il propose une série d’outils pour redevenir pilote de sa vie.


Quelques douleurs chroniques et leurs traitements complémentaires

Les recommandations spécifiques d’une médecine complémentaire pour un type de pathologie commencent à émerger. Cependant, les études sont encore trop peu nombreuses et réalisées sur des petites populations. La recherche doit donc encore se développer dans le domaine. Pour Chantal Berna Renella, «en attendant, ce qui prime pour l’individu est sa propre évaluation de l’effet de la technique sur son quotidien».

Lombalgie chronique. Plusieurs études ont montré que les manipulations de la colonne et l’ostéopathie, le yoga et le taï-chi ont un effet bénéfique pour lutter contre ce type de douleur.

Côlon irritable. Selon des études récentes, l’hypnose apporterait une amélioration des symptômes dans 50 à 80% des cas. L’efficacité du traitement se maintiendrait par ailleurs sur le long terme.

Douleurs postopératoires. L’acupuncture et l’hypnose permettraient de réduire l’inconfort faisant suite à une opération, notamment en diminuant la douleur, le stress et les nausées.


Newsletter L'Illustré Recevoir la newsletter L'Illustré