1. Home
  2. Actu
  3. VIP: Miss: «Je ne suis plus le même homme…»

VIP

Miss: «Je ne suis plus le même homme…»

A l’affiche du film «Miss», dans le rôle principal, Alexandre Wetter crève l’écran. Ce mannequin qui défile en homme et en femme a inspiré le film au réalisateur Ruben Alves. Il y joue le rôle d’un garçon qui rêve de devenir Miss France et fait tout pour y parvenir. C’est son premier rôle au cinéma et il est bouleversant.

Partager

Conserver

file7d4yw6y9qk81fws4zj67
Alex, alias Alexandra, Miss Ile-de-France, aspirant au titre de Miss France.

En découvrant l’affiche du film Miss pour la première fois, on se demande qui est cette actrice à la beauté singulière, couronnée. On ne la reconnaît pas. On cherche son nom et on le trouve: Alexandre Wetter. Alexandre... Biologiquement, il est né garçon, mais il aime parfois s’habiller en fille.

file7d4yw6lsvsm1mfklqhrj
En janvier 2016, l’un de ses rêves se réalise: il défile en corset et talons hauts pour la collection haute couture printemps-été 2016 Jean Paul Gaultier, à Paris. Gamma-Rapho via Getty Images

Mais qui est-il? On se souvient d’avoir vu défiler Alexandre Wetter chez Jean Paul Gaultier, en janvier 2016, pendant la semaine de la haute couture. Il était déjà un phénomène dans le monde de la mode, mais sa féminité était plus caricaturale. On le voyait arriver de loin, avec ses jambes infinies, ses yeux dardant vers l’objectif des photographes. Dans le film Miss, en revanche, on ne voit rien venir, jusqu’à sa transformation spectaculaire en femme. Il est juste un garçon orphelin, prénommé Alex, qui rêve de décrocher le rôle de Miss France depuis qu’il a 9 ans, et qui surprend par sa beauté et la justesse de son jeu.

Le pitch peut sembler simple. Le film de Ruben Alves ne l’est pas. Il s’agit d’une exploration non pas de l’identité, ni même de la fluidité des genres, mais des limites que peut se fixer un être lorsqu’il ose réaliser ses rêves. Est-ce que tout est possible, vraiment, comme les parents du personnage le lui affirmaient lorsqu’ils étaient encore vivants? Tout l’enjeu du film est là: prouver que oui, envers et contre toutes les attentes que les parents, les amis, et la société projettent sur vous dès la naissance. Et en cela, le film entre en résonance avec la vie d’Alexandre Wetter.

Il est né le 16 décembre 1989 dans une petite commune du sud de la France et, très jeune déjà, il sentait que sa personnalité ne s’arrêtait pas à ce qu’il voyait dans le miroir. «J’ai fait de la danse, mais j’ai arrêté, car les autres garçons se moquaient de moi.» Malgré une maman aide-soignante et un papa ingénieur en pétrochimie, Alexandre n’était pas un foudre de guerre au collège. Au point que ses enseignants l’ont dirigé vers une filière professionnelle. Il a donc fait un BEP de comptabilité, «mais je voulais étudier l’art, porter un autre regard sur la vie. J’ai eu la chance de pouvoir entrer à l’université, à Toulouse, malgré l’avis des professeurs du collège qui pensaient que j’étais un élève médiocre», confie-t-il au téléphone. Là-bas, il a pu se mettre en scène lors de performances durant lesquelles il se déguisait en femme, sans jamais être jugé. Ses études en art plastique ont marqué le début de ses recherches sur son androgynie.

file7d4yw72wl2rj21h3eo
Pendant ses études d’art plastique, à Toulouse, il a pu explorer l’aspect féminin de sa personnalité lors de performances artistiques.

Puis il a quitté le Sud pour Paris. Il voulait devenir mannequin. Ses parents ont laissé faire. «Ils avaient peur, ils voulaient être rassurés sur mon avenir professionnel, mais j’étais libre, dans un milieu libre.» Il a trouvé un petit boulot de serveur et s’est inscrit dans des agences de mannequins dans les deux catégories: homme et femme. «Mais j’ai plus souvent défilé en femme.» Et il s’est laissé pousser les cheveux. Très longs.

«L’univers de la mode est un espace de liberté qui permet à des personnes comme moi d’explorer leur part de féminité. On nous le pardonne. Et en devenant mannequin, je cherchais en quelque sorte un moyen de me faire pardonner, alors qu’il n’y a rien à pardonner», dit-il. Il rêvait de défiler pour Jean Paul Gaultier. Il a donc fait le siège du 325, rue Saint-Martin en attendant que le couturier sorte de son atelier pour lui transmettre son book. Mais il n’est jamais sorti. Alexandre s’est fait remarquer par son équipe trois ans plus tard. «C’était le lendemain de la mort de David Bowie et on m’a proposé de défiler pour Gaultier. La rencontre fut extraordinaire. En me faisant défiler en corset avec des talons, il a valorisé ma quête identitaire. Je venais de réaliser l’un de mes rêves, mais qu’allais-je faire après? Et c’est là que j’ai rencontré Ruben.»

file7d4yw703zcnk1g2kp7e
Avec le grand couturier Jean-Paul Gaultier, lors du défilé haute couture.

Le réalisateur Ruben Alves n’avait pas encore écrit «Miss» lorsqu’ils se sont connus. Il avait vu le mannequin défiler et l’avait contacté via les réseaux sociaux pour lui proposer un projet de téléfilm sur la transidentité. Qui s’est transformé en Miss. Ce film est une cocréation: «Il est né de notre rencontre. Toutes les recherches que j’avais faites sur ma féminité depuis l’université peuvent s’apparenter à une démarche artistique. J’ai offert ce travail à Ruben», explique Alexandre Wetter.

Pendant l’heure et demie que dure le film, on se laisse emporter dans l’univers binaire du personnage, qui oscille entre ses deux identités – parfois homme, parfois femme, parfois perdu entre les deux – et qui court après l’enfant qu’il a été. Après ses rêves, surtout. Ce film est aussi une quête d’amour. «Le personnage a peur de ne pas être aimé en étant simplement lui, c’est-à-dire une espèce d’entre-deux.»

Alex vit dans une maison peuplée de gens un peu foutraques, une propriétaire baba cool, une drag-queen sur le retour qui fait le tapin pour quelques euros, des voleurs à la tire, une immigrée indienne qui fut chirurgienne et qui désormais coud des jeans. Et tous ces personnages, avec leur générosité et leur maladresse, leurs failles et leur force, aident Alex à s’approcher au plus près de la consécration.

file7d4yw6va6xzeqxsmmr7
Il pose avec une partie de l’équipe du film «Miss», de Ruben Alves. De gauche à droite: Amanda Lear, Alexandre Wetter, Pascale Arbillot, Thibault de Montalembert et Ruben Alves. Corbis via Getty Images

Alexandre Wetter a travaillé son rôle avec le comédien et coach Daniel Marchaudon. «Je pensais qu’il fallait être extrêmement féminin pour ce rôle, or la première chose qu’il m’a dite, c’est: «Pourquoi dois-tu te justifier d’être un garçon féminin?» Paradoxalement, son travail fut de m’aider à me réconcilier avec ma part masculine. J’ai appris à me connecter à mes émotions, à comprendre ce personnage, à le rendre vivant. J’ai aussi inscrit Alex dans mon corps: j’ai fait du sport de manière intensive et j’ai perdu 10 kg pour me conformer aux critères que l’on attend des Miss.»

Est-ce que ce rôle l’a fait grandir? «Quand on arrive à regarder en face l’enfant que l’on a été et qu’on lui dit: «Je t’ai perdu mais désormais je vais réaliser ton rêve, cela nous fait appréhender la vie d’une autre manière.» Après le tournage, Alexandre Wetter s’est aussi coupé les cheveux. Très court. «Depuis ce film, je ne suis plus le même homme.»


Par Isabelle Cerboneschi publié le 13 novembre 2020 - 08:58